Publié par Sylvain Labbe le 3 septembre 2017 à 19h30

Laporte, l’autre coup de fil qui dérange 

Actualités

Bernard Laporte, déjà sous enquête du Ministère des Sports, est attaqué sur un nouveau front.

Laporte, l’autre coup de fil qui dérange 

De nouvelles révélations du JDD et de RMC font état d’une nouvelle pression exercée par Bernard Laporte pour favoriser un joueur de la Seyne-sur-mer avec lequel le président de la FFR est lié en affaires.

Loin de se calmer, la tempête autour de Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby (FFR) dans la tourmente, et sous enquête du ministère des Sports, promet de secouer un peu plus le rugby hexagonal, à la lumière des nouvelles révélations du JDD et de RMC. Comme si les soupçons de pression sur la commission d’appel de la FFR pour favoriser le MHR de Mohed Altrad, avec lequel Laporte s’était lié en affaires (avant de rompre son contrat d’images), ne suffisaient pas…

Que pensez-vous de l'affaire #Laporte ? Résultats dans le #CRC !

— Canal Rugby Club (@CanalRugbyClub) 3 septembre 2017

En cause, un nouveau coup de fil qui dérange. Ou comment Laporte serait intervenu en avril dernier pour permettre à deux joueurs du club de la Seyne-sur-mer, près de Toulon, d’être alignés lors d’un 8e de finale de Nationale B à Lavaur, alors même que leurs licences n’étaient pas en règle. Décrocher son téléphone pour joindre le nouveau patron du rugby français, en poste depuis seulement quelques mois, et permettre d’arranger les choses, rien de plus facile visiblement… Et c’est depuis Singapour, où il est en déplacement pour la candidature de la France à la Coupe du monde 2023, que Laporte aurait alors joint en direct le délégué de la rencontre.

Fast-food

Selon les termes de la notification de décision de la commission des règlements de la FFR, en date du 19 avril 2017 et que cite le JDD, "le président de la FFR lui aurait signalé qu'il serait préférable que ces deux joueurs participent à cette rencontre". Si Lavaur va porter réclamation à la fin d’un match que les deux joueurs en question auront bien joué, son président, Alexandre Martinez, qui est aussi le trésorier de la FFR, se gardera bien d’interjeter appel.

Et on comprend mieux pourquoi Laporte se serait montré aussi interventionniste quand on apprend que Julien Ory, l’un des deux joueurs de La Seyne ainsi "protégés", se trouve être le directeur général de la SAS Juber, une société de restauration rapide de Six-Fours-les-plages, en banlieue toulonnaise, dont le président n’est autre que… Bernard Laporte. Aïe !

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS