Publié par Sylvain Labbe le 12 septembre 2012 à 19h42

Mêlée: Le sondage du malaise

Actualités

La phase de la mêlée reste plus emmêlée que jamais... (Maxppp)

Mêlée: Le sondage du malaise

S'il fallait une illustration supplémentaire du malaise suscité par l'arbitrage des phases de mêlée depuis le début de saison, le sondage réalisé par Provale, le syndicat des joueurs professionnels, auprès des joueurs de première ligne du Top 14 s'avère édifiant avec 91 % des interrogés qui considèrent les décisions arbitrales dans ce secteur comme incompréhensibles.

Cette fois, il n'est plus question d'éluder le problème : le secteur de la mêlée, que l'instauration par l'IRB de nouveaux commandements -passage de trois à quatre temps- à l'entame de cette saison devait permettre de clarifier, reste plus que jamais le sujet de toutes les crispations. Sans espérer une révolution, joueurs et entraîneurs attendaient au moins que ces nouvelles règles permettent de se libérer de certains points de divergence avec le corps arbitral. La réunion, provoquée dès l'entame de ce nouveau Top 14 entre les directeurs de jeu et les techniciens de l'élite, et qui se sera éternisée très tard dans la nuit toulousaine, semblait avoir été l'occasion de mettre les choses à plat et d'accorder les violons des uns et des autres. "Dans notre sport, la mêlée, c'est quelque chose de magnifique, c'est une phase de combat organisée et collective, il serait dommage de s'en passer. Les arbitres ont vraiment la volonté de surveiller ce compartiment du jeu et ce sera complètement positif pour les joueurs et les spectateurs", lâchait ainsi à l'issue de celle-ci William Servat, cité par La Dépêche du Midi. Au lieu de quoi force est de constater que le malaise persiste, voire même ne fait que s'accentuer...

Au point qu'après seulement quatre journées disputées, la mêlée apparaît plus que jamais comme le secteur le plus instable et suscite chez les principaux intéressés, à savoir les acteurs de celle-ci un agacement, pour ne pas dire une exaspération de plus en plus perceptible, dont un sondage, réalisé par Provale, le syndicat des joueurs professionnels, se fait l'écho pour mieux le mettre en évidence. Sur 238 joueurs de première ligne (issus en majorité de la Pro D2) (*), sondés entre le 4 et le 10 septembre, ils sont ainsi 91% à déclarer "incompréhensible" la façon dont est arbitrée cette phase de jeu.  

Pour la création d'"un arbitre spécifique à la mêlée"

Un malaise qui s'intensifie et que cette consultation confirme à travers des résultats édifiants :
- 76% des joueurs sont peu ou pas satisfaits par le traitement actuel de la mêlée
- 79% des joueurs trouvent les sanctions liées aux mêlées incohérentes
- 71% des joueurs les trouvent trop fréquentes
- 78% des joueurs pensent que la formation des arbitres concernant les mêlées est insuffisante.
- 59% des joueurs estiment que la modification des temps d'entrée en mêlée n'apporte pas d'amélioration.

Par-delà ce simple constat d'échec dans la nouvelle approche de la mêlée, les sondés, s'ils déplorent "le manque de consultation des principaux acteurs du jeu (entraîneurs, joueurs, anciens joueurs)", livrent leurs propres conclusions, comme autant de possibles pistes de réflexion. Ainsi, lorsqu'ils pointent du doigt le manque de formation des arbitres, parmi lesquels aucun n'a jamais évolué au plus haut niveau en première ligne, et plaident pour la création d'un "arbitre spécifique à la mêlée", mais aussi pour "que les arbitres de touche soient plus impliqués dans les décisions prises sur la mêlée, ce qui aurait pour conséquence d'aider l'arbitre de champ". Ou encore, lorsqu'ils jugent qu'"en raison du changement de temps d'entrée en mêlée, les arbitres devraient s'accorder sur le rythme d'élocution de ces temps de jeu qui perturbe les joueurs puisque ce tempo est différent d'un arbitre à l'autre". Un manque de cohérence au sein du corps arbitrale dénoncée de manière unanime et qui revient également dans l'appréciation des sanctions par des joueurs qui "ont l'impression que les sanctions sont choisies au hasard, ce qui peut empêcher l'avancement correct du jeu". Une uniformisation qui continue de faire défaut et de créer l'incompréhension sur le terrain. Comme en tribunes.
(*) Sondage réalisé auprès de 30 clubs professionnels (Top 14 et Pro D2) entre le 4 et le 10 septembre 2012. 28 clubs y ont répondu (Toulon et Oyonnax ne sont pas prononcés). Soit 238 questionnaires réceptionnés (94 en Top 14 et 144 en Pro D2).

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...