Publié par Sylvain Labbe le 3 septembre 2017 à 20h40

Pour Lièvremont, Laporte disqualifie le rugby français

Actualités

Pour Lièvremont, Laporte disqualifie le rugby français

L’ancien sélectionneur Marc Lièvremont s’avoue choqué par l’affaire Laporte qui, selon lui, doit dissuader World Rugby d’attribuer le Mondial 2023 à la France. 

Invité ce dimanche à réagir sur le plateau du Canal Rugby Club de Canal+ à l'affaire Altrad-Laporte, qui secoue le rugby français, Marc Lièvremont, l'ancien sélectionneur du XV de France aujourd'hui consultant pour la chaîne cryptée, a estimé, sans avoir a priori pris connaissance des dernières révélations du JDD et RMC, qu'un tel scandale discréditait d'ores et déjà la candidature de la France pour la Coupe du monde 2023.

Marc Lièvremont : "Si je me mets à la place de World Rugby, pourquoi donner cette candidature à #France2023 quand je vois ce marasme ?" #CRCpic.twitter.com/LTJAXhvW37

— Canal Rugby Club (@CanalRugbyClub) 3 septembre 2017 

"Ça a déjà commencé à perturber (le rugby français), déjà que les relations sont pour le moins conflictuelles depuis pas mal de mois", estime Lièvremont pour lequel le mal est déjà fait et les conséquences, en termes de préjudice, déjà considérables. "Je trouve regrettable que Bernard Laporte signe un contrat avec un des principaux acteurs du Top 14. Il y a quand même une clause précisant qu'il ne doit pas nuire à l’image de Mohed Altrad. Derrière, ces démissions successives à la commission de discipline, a priori ce soi-disant coup de fil à un membre pour réduire les sanctions de Montpellier. Tout ça me paraît assez grossier et regrettable en tout cas. Tout ça dans un climat délétère entre Ligue et Fédération, au sein de la Ligue elle-même." Et d'avoir cette conclusion: "Si je me mets à la place de World Rugby, pourquoi donner cette candidature à la France quand on voit ce marasme ? Il n'y a pas d'autre mot..." Laporte peut-il à ce stade sauver sa tête ?  

"Il a droit aussi de faire un mea-culpa, convient l'ancien 3e ligne des Bleus sans convaincre. Mais bon, il a quand même une réputation, et quelques mois à peine après son arrivée, vraiment, ça fait désordre." C'est le 15 novembre prochain, à Dublin, que sera désigné le pays hôte de la Coupe du monde 2023 et rien n'assure désormais que Laporte, même s'il affirme ne pas envisager une seule seconde devoir jeter l'éponge, soit encore à la barre de la FFR d'ici là.  

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS