Publié par Sylvain Labbe le 25 juillet 2017 à 19h15

Waisea et Raisuqe nient toute agression sexuelle

Actualités

Vuidravuwalu Waisea et Josaia Raisuqe lors de la préparation du Stade Français l'été dernier. 

Waisea et Raisuqe nient toute agression sexuelle

Déférés devant le parquet de Paris dans la matinée, Josaia Raisuqe et Waisea Nayacalevu, les deux ailiers du Stade Français, seront jugés le 29 novembre prochain pour « violence en état d’ivresse » et « agression sexuelle ». Un dernier chef d’inculpation qu’ils réfutent.  

De la cellule de dégrisement au placement en garde à vue dimanche, jusqu'à la confrontation avec leurs victimes et le déferrement devant le parquet en fin de journée lundi, tout s'est accéléré ces dernières heures pour Josaia Raisuqe (23 ans) et Waisea Nayacalevu (27 ans, 16 sélections). Les deux joueurs fidjiens du Stade Français devraient à l'heure qu'il est suer sang et eau en pleine préparation de leur club à la prochaine saison, mais l'un comme l'autre se retrouvent aujourd'hui à préparer leur défense pour des faits d'une extrême gravité.

Agression sexuelle, violences volontaires: plaintes contre 2 Fidjiens du Stade Français !    https://t.co/kHZkN5Omg1pic.twitter.com/T784ul0JBV

— Europe1 Sports (@sports_fr) 23 juillet 2017

Raisuqe et Waisea, après leur présentation à un juge dans la matinée, seront jugés le 29 novembre prochain, à 9 heures, devant la 24e chambre correctionnelle de Paris, rapporte L’Equipe. « Violence volontaire en état d'ivresse » pour les deux ailiers, « agression sexuelle » pour le seule Raisuqe: ce sont les chefs d'inculpation retenus, après la nuit du 22 au 23 juillet au cours de laquelle les deux rugbymen, en état d'ébriété avancée à la sortie d'une boîte de nuit, auraient roué de coups de poings deux jeunes gens qui tentaient de s'interposer pour protéger une amie victime des assauts plus que déplacés de Raisuqe - il aurait violemment saisi la jeune femme par les seins.

S'ils ont reconnu leur état d'ivresse et les coups portés aux deux personnes, qui ont tenté de s'interposer, les deux accusés ont en revanche nié l'agression sexuelle ; tous deux ont été libérés dans le courant de la matinée. On imagine mal évidemment comment le staff parisien pourrait impliquer ses deux joueurs dans le début de saison d'ici la date de ce jugement.  

Réagissez