Publié par Sylvain Labbe le 10 décembre 2017 à 00h15

Allumer le feu, l’obsession rochelaise

Coupe d'Europe

Les Rochelais retrouvent l'antre de Marcel-Deflandre, où l'Ulster a déjà lourdement chuté en octobre dernier (41-17).

Allumer le feu, l’obsession rochelaise

Déjà crédité de deux victoires en deux journées, le Stade Rochelais, épatant bizuth de la Coupe d’Europe, veut garder l’envie d’emballer la compétition à l’occasion de la première de ses deux confrontations face aux Wasps dimanche, à Marcel-Deflandre (14h). 

Inespérés pour certains, les grands débuts du Stade Rochelais en Champions Cup avec deux victoires enthousiasmantes en deux journées sur deux références européennes, les Harlequins à l’extérieur (34-27) et l’Ulster à domicile (41-17), n’ont pourtant fait que confirmer l’irrésistible montée en puissance des Maritimes. 

L’équipe de Patrice Collazo, installée parmi les bons élèves du Top 14, apprend vite, très vite. Ça vaut donc aussi pour la Coupe d’Europe, où cette envie d’avoir envie, comme dirait l’autre, s’exprime pleinement. Et va être mise à l’épreuve lors d’un test a priori supérieur encore face aux Wasps, prévient le manager rochelais: "Aujourd’hui, il faut prendre conscience qu’on bascule en Coupe d’Europe. Que les deux matches gagnés, O.K., nous mettent dans de bonnes conditions (La Rochelle est leader de la Poule 1), mais ne nous octroient pas une qualification. Il faut encore en gagner des matches." Or, prévient Collazo, "jouer les Wasps, la tâche qui s'annonce et les huit jours qui arrivent, ce n’est pas le plus simple, c’est même le plus compliqué." Le deuxième « crunch » du week-end, après Toulon-Bath (24-20) et avant Saracens-Clermont (16h15), va déterminer la réelle capacité des coéquipiers de Victor Vito à prétendre décrocher un billet en quarts de finale face à des doubles champions d’Europe (2004, 2007) de retour à leur meilleur niveau, après un passage à vide de plusieurs saisons.

Raison de plus pour ne pas changer de credo et continuer à vouloir allumer le feu en cette semaine d’hommage à Johnny, à laquelle n’a pas échappé le vestiaire rochelais, a reconnu en conférence de presse le centre Pierre Aguillon: "Depuis ce matin (mercredi), on écoute que du Johnny". Et les étrangers de l’effectif ont-ils apprécié cette play-list ? "Ils n’ont pas le choix-là ! (sourire)" Une chanson pour dimanche ? "L’envie, je pense, parce que ça va être vraiment un gros match face à une très belle équipe, qui est en train de monter de très belles choses et qui monte en puissance. Donc à nous de continuer sur notre lancée, de ne pas les regarder jouer et de jouer notre carte à fond. Ça nous a réussis jusqu’à présent, donc il faut qu’on continue dans ce sens-là." Des paroles pleines de bon sens, justement.              

Réagissez