Publié par Laurent Duyck le 4 décembre 2012 à 19h12

"Basta" redevient Rocket

Coupe d'Europe

Mathieu Bastareaud garde les Bleus dans un coin de sa tête. (Maxppp)

"Basta" redevient Rocket

Plus d'un an après son arrivée sur la Rade, Mathieu Bastareaud semble enfin revenir à son meilleur niveau, celui qui lui avait valu 9 sélections en équipe de France à cheval sur 2009 et 2010. Sorti sous l'ovation de Mayol samedi pour sa performance contre Grenoble, l'ancien Parisien savoure, mais dit ne penser que tout bas aux Bleus.

"Basta, Basta..." Ne vous y trompez pas, par ces cris, Mayol ne réclamait pas samedi la fin du supplice pour une équipe grenobloise balayée par Toulon (39-3). Non, l'exigeant public varois saluait simplement à sa juste valeur l'énorme prestation de Mathieu Bastareaud au centre de la ligne de trois-quarts du RCT. Une ovation comme il en existe peu dans ce temple du rugby. Un hommage comme un mea-culpa de la part d'une grande majorité, qui doutait du retour à son meilleur niveau du centre international (24 ans, 9 sélections). "Ça me fait plaisir pour lui, les gens voient qu'il fait des efforts et de bons matches", notait librement Bernard Laporte en conférence de presse à l'issue de la rencontre.

La confirmation d'une renaissance. Car il y a des signes qui ne trompent pas : on n'est pas titulaire cinq fois de suite dans une équipe aussi relevée que le RCT sans raison. C'est un fait, Mathieu Bastareaud a su se faire une place au centre entre Maxime Mermoz et Matt Giteau. Une première victoire pour l'ancien Parisien qui, pendant plus d'un an, a traîné sa peine et ses kilos superflus sans convaincre. A des années-lumière du bulldozer qui a fait exploser samedi la défense iséroise et reculer les attaques adverses, passeur décisif pour l'essai de son talonneur Jean-Charles Orioli à défaut d'avoir lui-même trouvé le chemin de l'en-but (il compte deux essais en 12 matches toutes compétitions confondues cette saison, ndlr).

"On est tombé sur un mur et plus particulièrement sur le mur Bastareaud qui nous a remis en place !", en souriait presque Fabrice Landreau, son ancien coéquipier parisien aujourd'hui manager de Grenoble, cité par Var Matin. "Il a été énorme ce soir, renchérissait Joe Van Niekerk. Il a vraiment mis de gros plaquages et on l'a senti très agressif tout au long du match. Je ne sais pas pourquoi, mais il était arrivé fâché au match et il l'a traduit sur le terrain."

La porte n'est pas fermée...

Des compliments en écho du plus bel hommage que puisse recevoir un joueur, celui de son public. "Ce n'est pas tous les jours que ça arrive, savourait "Basta Rocket", son surnom de la belle époque. Je suis content et très fier, même s'il ne faut pas se laisser griser par ça parce que maintenant j'ai l'expérience : un jour tu es tout en haut, un autre tout en bas." Celui qui s'est perdu depuis une rencontre inopportune avec une table de chevet en Nouvelle-Zélande semble cependant à l'abri d'une nouvelle descente aux enfers. "Mathieu réalise une très grosse saison, notait lundi son entraîneur sur le site du club. C'est la récompense de son travail. Il s'entraîne beaucoup plus qu'il ne le faisait. Il a pris conscience des exigences du haut niveau. C'est tout à son honneur. Comme je lui disais : « On ne peut pas s'entraîner pour toi ». Il en fait plus que les entraînements organisés par le club. Il a envie et il est récompensé. Donc bravo à lui. Qu'il continue comme ça."

Mais bien sûr qu'on le suit...

Philippe Saint-André (sélectionneur du XV de France)

"J'enchaîne les matches et quand on joue régulièrement, les repères sont meilleurs, lui répond l'intéressé, loin de tirer la couverture à lui. J'ai quand même la chance d'avoir des joueurs de talents autour de moi comme Jonny, Matt ou Max qui me donnent des caviars par leurs courses et leurs passes. Je me régale !" Et ça se voit. Même Philippe Saint-André, qui l'a eu quelques semaines sous ses ordres, avant de prendre la tête du XV de France, ne peut pas faire semblant d'ignorer les sorties prometteuses du Toulonnais. "Mais bien sûr qu'on le suit. Le truc n'est pas fermé, assurait-il à l'issue de la tournée automnale du XV de France. Mathieu sait les objectifs qu'il a, notamment sur les déplacements. Apparemment, il fait des efforts ; il enchaîne les matches. Après, en équipe de France, on a tellement peu de temps que toutes les minutes sont importantes."

Entendez que Bastareaud devra saisir sa chance quand l'occasion lui en sera donnée, peut-être l'été prochain lors de la tournée des Bleus en... Nouvelle-Zélande, même si ce n'est peut-être pas le meilleur contexte pour un retour de l'intéressé. En attendant, ce dernier ne nie pas son désir de retrouver le maillot bleu. "C'est dans un coin de ma tête mais ça reste dans un coin. Pour revenir en équipe de France, il faut enchaîner les bons matches. Moi, je fais ma route et j'espère être un jour dans le bagage à main", conclut-il dans un sourire qui en dit long...

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Besoin de tout le monde"

    Face au Leinster, on n'avait que la victoire et la qualification en tête.

  • Un peu juste pour Castres

    Ma blessure à la cuisse retarde ma reprise. C’est dommage car c’est une blessure un peu bête, qui aurait pu être évitée.

  • Rester dans les six premiers

    La défaite face au Munster ne nous a pas fait du bien, c’est une certitude mais on a gagné contre Brive et c’est le...