Publié par Sylvain Labbe le 12 octobre 2012 à 23h00

Castres refroidi d'entrée

Coupe d'Europe

Pierre Bernard et les Castrais ont souffert mille maux sur la pelouse du vice-champion d'Europe sortant.

Castres refroidi d'entrée

Si Labit et Travers veulent quitter le Tarn en fin de saison sur un coup d'éclat, la Coupe d'Europe risque de ne pas en être le terrain. Dès leur entrée en lice dans la compétition ce vendredi, à Belfast, les Castrais ont subi un très lourd revers (41-17) face à une équipe de l'Ulster dominatrice de bout en bout et créditée du bonus offensif.

Et de dix ! Le Castres Olympique a enregistré ce vendredi, à Ravenhill, l'antre de la province de l'Ulster une dixième défaite de rang (41-17) en déplacement sur le front de l'Europe. Une série qui s'éternise depuis janvier 2007 et un succès en Italie face à Trévise (40-21). Laurent Travers, à l'heure d'évoquer cette entrée en matière sur les terres du vice-champion d'Europe sortant, avait semblé flairer le traquenard : "Un vendredi soir, en Irlande, il y a mieux pour débuter...", avait déclaré l'entraîneur des avants castrais. Le revers est lourd, mais sanctionne un rapport de force dont l'évidence n'aura pu que sauter aux yeux tant les vainqueurs du soir auront dominé leur sujet.

Une treizième victoire dans le même temps à domicile pour des Ulstermen, toujours invaincus cette saison -six victoires en six matches, H Cup et Ligue Celte confondues- et déjà dans le ton de cette Coupe d'Europe qui, pour les Irlandais revêt plus que jamais une importance toute particulière en cette année de tournée des Lions coachés par un Warren Gatland, dont il leur faudra combattre l'a priori supposé favorable aux joueurs de la sélection galloise. Avec de telles performances et un effectif si complet, capable de surmonter le forfait de dernière minute d'un Stephen Ferris et de laisser au repos son Springbok Ruan Pienaar, de retour du Four nations et suppléé de main de maître par un Paul Marshall, qui est bien plus qu'une doublure, les joueurs de l'Ulster peuvent être optimistes et espérer rééditer le parcours qui, la saison dernière, les avaient menés jusqu'en finale. Castres ne jouait tout simplement pas dans la même cour. Un CO qui n'a d'ailleurs peut-être pas fini de régler une note que Tekori pourrait payer par une citation pour un mauvais geste au cours de cette seconde période.

Bernard, le pire et le meilleur

Epargnée par la pluie, mais pas par le froid glacial de l'hiver nord-irlandais, l'entame de match, après un échange de premières pénalités entre Romain Teulet et Paddie Jackson, les deux buteurs, bascule sur une mésentente. Sur le jeu au pied de Pierre Bernard au centre du terrain, les Castrais se précipitent à la chute du ballon et laissent le seul Marcel Garvey en couverture. La récupération irlandaise est fatale, le plaquage de Bernard raté et au bout du contre, le retour de Pedrie Wannenburg sur son ancien coéquipier Andrew Trimble ne suffit pas à empêcher un premier essai en coin peut-être imparable, mais entaché d'un probable en-avant de passe (10-3, 10e). Et le mauvais début de soirée de Bernard se poursuit avec cet échec longue distance au pied (14e). S'ils avaient voulu mettre leurs adversaires en confiance, les Castrais, privés de ballon et à nouveau sanctionnés (13-3, 17e), n'y se seraient pas pris autrement.

La vitesse et la possession sont l'apanage des Irlandais, conduits par un Paul Marshall parfait dans ses options tactiques, comme dans la réalisation. A l'image de ce service à hauteur pour son ailier Tommy Bowe, qui déchire la ligne défensive adverse et oblige Marc Andreu à le reprendre à la course (19e). Marshall au four et au moulin pour profiter d'un turn-over au coeur de ce ruck aux 22 mètres et s'offrir d'un jeu au pied pour lui-même, qui pointe l'absence de troisième rideau, déjà l'essai du break (18-3, 23e). Bernard, qui retrouve un statut de titulaire, a aussi du talent et le prouve. La séquence de près de cinq minutes de pilonnage sur la ligne d'essai irlandaise est concrétisée par la petite diagonale au pied du jeune ouvreur, qui trouve Andreu pour l'essai du réveil castrais que transforme Teulet (20-10, 34e). Malgré une nouvelle pénalité de Jackson (23-10, 37e), le CO reste dans le match à la pause.

Constat de courte durée quand l'Ulster rend aux visiteurs la monnaie de leur pièce sur cette penaltouche derrière laquelle l'incontournable Marshall en filou s'arrache pour aplatir l'essai de son doublé personnel (28-10, 44e). Un fossé que creuse la nouvelle pénalité de Jackson (31-10, 46e). La cause semble entendue, même si les Castrais ont le mérite de ne pas lâcher. Mais que d'efforts pour voir Garvey atteindre en coin la ligne et relancer l'espoir d'un possible point bonus (31-17, 53e). Que la supériorité numérique offerte durant dix minutes par l'ascendant des Tarnais en mêlée, fatal au pilier Tom Court devrait appuyer (58e). C'est pourtant à quatorze que Jackson sale un peu plus l'addition (34-17, 61e). C'en est trop pour ce CO que l'arbitrage de l'Anglais M. Small, un peu trop gros pour être honnête, finit d'enfoncer. Et d'agacer avec ce carton jaune stupide récolté par Yannick Forestier (75e). Que ses coéquipiers finissent par payer par manque de lucidité, piégés sur un dernier contre de 70 mètres, conclu par Ruan Pienaar et synonyme de bonus offensif pour l'Ulster (41-17, 80e+2). Une soirée à oublier.    

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...