Publié par Laurent Duyck le 18 octobre 2012 à 18h28

Ducalcon, pas oublié par tout le monde...

Coupe d'Europe

Luc Ducalcon a beaucoup donné de sa personne depuis le début de la saison. (Maxppp)

Ducalcon, pas oublié par tout le monde...

Passé de Castres au Racing-Métro 92 avec l'ambition de s'inscrire durablement au plus haut niveau, Luc Ducalcon, malgré un début de saison réussi avec sa nouvelle équipe, a déchanté mardi en constatant qu'il ne figurait pas dans les petits papiers de Philippe Saint-André pour les test-matches de novembre. Heureusement, le pilier droit international peut compter sur le soutien de son entraîneur, qui le titularisera encore face aux Saracens samedi à Bruxelles.

Mardi. L'entraînement collectif du Racing-Métro 92 se termine au Plessis-Robinson. Gonzalo Quesada réunit tous ses joueurs en cercle autour de lui pour leur annoncer la présence de quatre d'entre eux dans la liste dévoilée quelques minutes plus tôt, en direct depuis Marcoussis, par Philippe Saint-André pour les test-matches du XV de France en novembre (le 10 contre l'Australie, le 17 face à l'Argentine et le 24 contre les Samoa) : Dimitri Szarzewski, Maxime Machenaud, Benjamin Fall et... Eddy Ben Arous. Chambré peu avant par ses coéquipiers qui venaient d'avoir eu vent de l'info, ce dernier, appelé pour la première dans le groupe France, prend conscience de la nouvelle, félicité comme il se doit par la communauté des premières-lignes. Parmi eux, Luc Ducalcon, l'un des premiers à sauter dans les bras de son jeune compère...

"Il était heureux pour Eddy avant même de se rendre compte qu'il n'y était pas", assure l'entraîneur en chef des Ciel et Blanc. Avec 10 sélections au compteur, dont les trois dernières enregistrées lors de la Coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande, l'ancien Castrais, l'un des oubliés de la liste, avec Jean-Marcellin Buttin ou Yannick Nyanga pour ne citer qu'eux, aurait pu se sentir plus légitime que ce gamin de six ans son cadet pour préparer ce triptyque automnal à Marcoussis. "Quand je vois les performances de Luc cette année je suis assez étonné, avoue Gonzalo Quesada qui, en mal de piliers droits, l'a beaucoup sollicité depuis le début de la saison. Je suis plus que satisfait. De ce qu'il nous donne sur le terrain mais aussi de ce qu'il nous donne en dehors."

Du baume au coeur

Car à écouter l'ancien spécialiste du jeu au pied en équipe de France lors du mandat de Marc Lièvremont, la réaction de Ducalcon envers son pendant à gauche de la première francilienne n'a rien d'étonnante. "C'est l'un des leaders de travail de ce groupe, dit-il de cette recrue estivale, venue au Racing pour franchir un palier dans sa carrière. Si l'état d'esprit est aussi bon dans ce groupe, c'est aussi grâce à lui et à ceux qui nous ont rejoints: ils ont insufflé de l'humilité et de la joie dans le travail. On sent vraiment chez lui cette joie de faire partie de ce groupe. Parfois, ça se voit de l'extérieur, d'autres fois moins..."

Une pierre fondamentale de notre édifice.

Gonzalo Quesada

Trop gentleman pour créer la moindre polémique, conscient que Nicolas Mas et David Attoub, "deux supers piliers droits", n'ont pas volé leur place en équipe de France où la concurrence joue à plein, Quesada préfère se féliciter de la présence de Ben Arous dans ce groupe élargi de 33 joueurs, une récompense plus que justifiée à l'écouter (voir par ailleurs). "Je trouve très bien l'idée de Philippe de le convoquer, déclare-t-il. Je ne sais pas s'il sera son premier choix (en pilier gauche) mais c'est une façon de lui dire: «tu es là, tu es jeune et on compte sur toi». C'est déjà un travailleur mais ça va le confirmer dans cette dynamique de travail, il va prendre conscience que ses objectifs individuels sont réalisables. Ça peut montrer aux autres que le travail paie. Et ça sera peut-être un autre la prochaine fois."

Et pourquoi pas Luc Ducalcon... "J'imagine que la situation de Luc a été évoquée (au sein du comité directeur). Et quand je vois ses prestations depuis le début de l'année, je pense qu'il ne va pas tarder à revenir dans la discussion", s'avance l'entraîneur du Racing qui, en attendant, comptera plus que jamais sur son pilier droit, de nouveau titulaire samedi contre les Saracens à Bruxelles. "C'est la preuve que nous sommes à fond avec lui et qu'il reste une pierre fondamentale de notre édifice. On compte énormément sur lui." Du baume au coeur de l'intéressé. S'il en avait besoin...

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Besoin de tout le monde"

    Face au Leinster, on n'avait que la victoire et la qualification en tête.

  • Un peu juste pour Castres

    Ma blessure à la cuisse retarde ma reprise. C’est dommage car c’est une blessure un peu bête, qui aurait pu être évitée.

  • Rester dans les six premiers

    La défaite face au Munster ne nous a pas fait du bien, c’est une certitude mais on a gagné contre Brive et c’est le...