Publié par Sylvain Labbé le 13 octobre 2012 à 03h39

H Cup: "Cali" lance les paris

Coupe d'Europe

Califano se lance dans la mêlée des pronostics pour la Coupe d'Europe... (Maxppp)

H Cup: "Cali" lance les paris

Vainqueur de la première Coupe d’Europe avec le Stade Toulousain, l’ancien pilier international aujourd’hui reconverti en tant qu’animateur et consultant, Christian Califano, s’est prêté pour le site Rugbynews.fr, à l’heure du coup d’envoi de la Coupe d’Europe, au petit jeu des pronostics. "Cali" passe en revue les sept clubs français engagés et avoue évidemment un faible pour le Toulouse de Novès qu'il croit même capable de réaliser enfin le doublé.

POULE 1 : Racing-Métro 92 (FRA),Munster (IRL), Edimbourg (ECO), Saracens (ANG)

"Le Racing connaît un apprentissage vraiment difficile dans cette compétition, notamment la saison dernière avec cette défaite incroyable (48-47) contre Edimbourg. Un match de folie. Ils sont auteurs d’un bon début de saison, avec notamment un très gros match à Clermont (défaite 13-12). Malgré un coup de moins bien, je les vois capables cette saison de faire bonne figure, bien encadrés qui plus est avec Gonzalo Quesada et Patricio Noriega notamment. Le team argentin travaille très bien."

POULE 2 : Toulouse (FRA), Leicester (ANG), Ospreys (GAL), Trévise (ITA)

" Le quart de finale de la saison dernière (perdu 19-14 face à Edimbourg), ils l’ont en travers. Et puis Guy (Novès), c’est son rêve absolu et je parle en son nom –je ne devrais pas- mais je m’engage : son rêve, c’est de réaliser le doublé. C’est peut-être celui de tous les clubs, mais pour lui qui a tout gagné, il a peut-être l’opportunité de le réaliser enfin."

POULE 3 : Biarritz (FRA), Harlequins (ANG), Connahct (IRL), Zebre (ITA)

"Leur victoire la saison dernière dans le Challenge Européen était hyper importante pour le club de Serge Blanco. Cette compétition leur a permis de se reconstruire dans une saison par ailleurs très compliquée en championnat. Maintenant, on connaît cette équipe, elle ne lâchera rien dans une épreuve où elle a pour elle l’expérience. Les Biarrots évoluent cette année dans une poule, quoi qu’on en dise, assez relevée, du simple fait de la présence des Harlequins. C’est le top du top du rugby anglais, une équipe qui s’est restructurée, championne d’Angleterre et qui a su aller gagner en ce début de saison sur le terrain de Leicester."

POULE 4 : Castres (FRA), Ulster (IRL), Glasgow (ECO), Northampton (ANG)

"Même si les Castrais ont pu perdre de très bons joueurs à l’intersaison, et parmi eux le plus important, Chris Masoe, les entraîneurs ont su soigner leur profondeur de banc en retour, tant en qualité qu’en quantité. Cette équipe joue, on le sait, désormais, sans le moindre complexe et peut être difficile à jouer. Cette Coupe d’Europe, durant sa phase de poules, va se jouer en hiver, sur des terrains gras qui peuvent très bien leur convenir ; ce qui ne signifie pas qu’ils se contentent de jouer un jeu restrictif parce que les deux Lolo (Travers et Labit) réalisent là-bas un super boulot. Mais face à des formations plutôt rugueuses, ils peuvent poser pas mal de problèmes."

POULE 5 : Clermont (FRA), Leinster (IRL), Exeter (ANG), Scarlets (GAL)

"Vern Cotter dit qu’à Clermont : « Le beau jeu, c’est fini. » Ce qu’il faut en fait déchiffrer, c’est qu’il faut la gagne. On en a marre faire plaisir à tout le monde, de faire du beau jeu, c’est bien beau, ce qui compte au final, c’est la victoire, le trophée et la ligne sur le palmarès. Et basta ! Maintenant, tout a été dit, ou presque, sur cette équipe : à chaque poste, on trouve un international et, s’il leur manque peut-être un brin de finition, c’est une équipe tellement bien armée que cette Coupe d’Europe doit finir par leur sourire, tout comme le Top 14 a fini par leur sourire. Ça s’est d’ailleurs joué à très peu de choses la saison dernière (défaite 15-19 en demi-finales face au Leinster, ndlr). Sans compter qu’ils perpétuent leur couple inséparable avec les Irlandais du Leinster… Cette rivalité, on en reparlera encore dans dix ans, dans vingt ans, mais c’est ça le charme de la Coupe d’Europe."

POULE 6 : Toulon (FRA), Montpellier (FRA), Sale (ANG), Cardiff (GAL)

"D’abord, j’aimerai dire à quel point je suis content pour Fredo Michalak, et là, ça n’est pas le « Cali » de la télé qui en parle, c’est son pote. Je suis heureux pour lui parce qu’il a quand même longtemps galéré, avant de vivre une super expérience avec les Sharks dans le Sud, où il s’est reconstruit. Le voilà qui arrive à Toulon, où il est l’électron libre dans le système de Bernard, qui lui a donné les clés du camion. Lui ne se pose plus de questions de savoir s’il joue neuf ou dix, c’est un super avantage pour lui, il ne se pose plus de questions. Maintenant, attention, avec cette équipe de Toulon, la Coupe d’Europe, ce n’est pas le championnat. Tous les matches se jouent avec beaucoup d’intensité, leur répétition n’est pas sans risque en termes de blessure, ajoutés aux exigences du Top 14, il faut savoir s’y adapter. Leurs premiers matches seront importants : est-ce que tu te mets en confiance, est-ce que tu prends la foudre ? Cette compétition ne t’autorise pas à te poser des questions, il faut foncer à 200%."

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...