Publié par Laurent Duyck le 18 octobre 2012 à 13h02

Le Racing met le cap à l’ouest

Coupe d'Europe

Le Racing-Métro 92 a décidé de s'exporter à l'ouest. (Maxppp)

Le Racing met le cap à l’ouest

Si Lille a longtemps été évoqué, c’est finalement Nantes qui accueillera le Racing-Métro 92 à l’occasion d’une deuxième délocalisation en H Cup. Le club francilien recevra les Saracens le 12 janvier prochain, lors de la cinquième journée de la compétition, à la Beaujoire qui n’avait jusqu’alors accueilli que le XV de France.

Les Anglais des Saracens ont tiré les premiers en accueillant samedi le Racing-Métro 92 à Bruxelles pour une première dans la capitale belge en H Cup. Le club francilien leur répond en les invitant à jouer le match retour, le 12 janvier prochain (probablement à 16 heures), à Nantes. Une première là encore dans l’histoire de la compétition et pour Nantes qui n’avait jusqu’ici accueilli que le XV de France. "On sera le premier club de rugby à aller jouer dans cette enceinte", se félicite Arnaud Tourtoulou, le directeur général du Racing. "La Beaujoire a connu deux grosses fêtes populaires avant nous en rugby, avec le test-match France-Fidji en novembre 2010 et le match de poule de la Coupe du monde 2007 avec l’Angleterre. On avait une vraie volonté de faire vivre le rugby dans le nord-ouest de la France, une région qui s’y prête beaucoup avec plein d’écoles de rugby qui fonctionnent très bien comme à Saint-Nazaire ou Rennes."

Une affiche qui aurait pu avoir pour cadre Lille où le Grand Stade, qui recevra le XV de France contre l’Argentine en novembre, ressemble beaucoup à l’enceinte rêvée par le Racing à Nanterre. Les liens privilégiés entretenus par les dirigeants franciliens avec Waldemar Kita, le président du FC Nantes, qui gère l’exploitation du stade, et surtout les conditions financières réclamées par la Communauté urbaine de Lille ont poussé le Racing à mettre le cap à l’ouest entre deux autres délocalisations au Stade de France dans le cadre du Top 14, le 1er décembre contre le Stade Français et le 30 mars contre le Stade Toulousain.

"On a des conditions qui permettent de partager les risques, un peu comme ce que l’on a fait au Stade de France contre le Munster, une belle réussite puisqu’on a eu 28 000 personnes, soit la deuxième affluence de la première journée de H Cup", précise le conseiller du président Jacky Lorenzetti, avouant du bout des lèvres qu’ils n’étaient réellement que 21 102 dans l’enceinte dionysienne le week-end dernier, 23% des spectateurs attendus ayant été refroidi par la pluie… "C’était un pari, parce que les matches de poules de H Cup ne sont pas encore hyper attractif en France. On pense avoir réussi. Je crois savoir que nos partenaires, nos abonnés et nos supporteurs n’étaient pas déçu parce qu’on a vu un match plutôt sympa malgré les conditions météo", ajoute Tourtoulou qui fait aujourd’hui le vœu que cette rencontre de la cinquième journée de H Cup présente "un gros enjeu sportif". Une responsabilité qui incombe cette fois-ci aux joueurs.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...