Publié par Sylvain Labbe le 10 décembre 2017 à 15h50

Les Rochelais reçus 3 sur 3 !

Coupe d'Europe

La joie du centre Pierre Aguillon, auteur d'un des 6 essais de la nouvelle victoire rochelaise bonifiée aux dépens des Wasps.

Les Rochelais reçus 3 sur 3 !

Le Stade Rochelais, qui découvre cette saison la Coupe d’Europe, devient le premier bizuth de l’histoire à remporter ses trois premiers matches de poule, après la superbe victoire bonifiée (49-29) sur les Wasps dimanche, dans un stade Marcel-Deflandre en fusion.  

Le feu d’entrée ! Ça commence, sur la réception du coup d’envoi, par une séquence rochelaise de près de deux minutes que le jeune talonneur Pierre Bourgarit (20 ans) ne parvient pas à conclure en coin, la faute à un pied passé en touche (3e). Mais le ton est donné. Les Maritimes avaient promis d’allumer le feu et ils tiennent leur promesse. Quel bonheur de voir évoluer les joueurs de Patrice Collazo, épatnts bizuths de cette Coupe d’Europe, toujours animés par la même envie et les mêmes intentions de jeu.

Le premier acte de cette double confrontation face aux Wasps est déjà un tournant dans la course à la qualification. Mais La Rochelle, imperméable à toute forme de pression, reste fidèle à son credo. L’ogre anglais de la Poule 1, double Champion d’Europe (2004, 2007), fait connaissance avec la folie de Marcel-Deflandre.

Une première depuis 1998 !

Au cours d’un premier acte à nouveau de très haute volée. Pas moins de trois essais rochelais, signé d’un Pierre Aguillon opportuniste pour contrer le dégagement de Danny Cipriani dans ses propres 22 mètres (12e), d’un Pierre Bourgarit avec de la suite dans les idées (15e) et d’un Levani Botia à la fois toujours aussi puissant et juste (26e). A l’image de toute son équipe. Les leaders du Top 14 sont si peu représentatifs de notre championnat si souvent soporifique avec ces intentions de chaque instant qui bousculent l’armada anglaise, réduite d’entrée à quatorze suite au carton jaune de Thomas Young (6e), mais qui prouve toute sa capacité de nuisance par Rob Miller sur un ballon en première main et une combinaison en sortie de mêlée (10e) et l’essai revanchard de Young de retour en jeu (22e). Pour un score que la botte Brock James (7e, 34e, 40e) a toutefois déjà permis de bien établir à la pause (30-12) encore atteinte en infériorité numérique par les visiteurs, suite au nouveau carton jaune de Juan de Jongh pour un en-avant volontaire (36e).      

Et le spectacle continue dès la reprise. Avec déjà cet essai du bonus offensif qu’aplatit Vincent Rattez sur une dernière passe de l’indispensable Victor Vito et surtout un deux contre un d’école (46e). La réaction des Wasps, grâce à l’ailier international Elliot Daly, n’est que sporadique (60e). C’est bien Rattez qui s’offre un doublé sur une passe au pied au cordeau de Ryan Lamb (42-17, 64e). Quel régal que ce rugby enlevé et léché ! Après l’Ulster (41-17), les Wasps, balayés (49-29) subissent le tarif de ce Stade Rochelais, dont la seule fausse note, sous l’effet d’un légitime essoufflement, aura été d’abandonner le bonus offensif à son adversaire sur les deux derniers essais de Joe Simpson (69e) et Will Stuart (74e). L’équipe de Collazo, en train de se construire une réputation européenne à toute vitesse, aura le dernier mot en contre grâce à Botia (78e) et devient au passage la sixième formation de l’histoire à réussir le carton plein après trois journées (15 points pris sur 15 possibles) – une première depuis 1998 ! Rendez-vous dimanche prochain, à la Ricoh Arena, pour la quatrième ?   

C'est fini ! 11 essais dans un match où le @staderochelais remporte une victoire bonifiée et consolide sa première place de la Poule 1 !
Les @WaspsRugby se consolent avec un point de bonus offensif#ChampionsCuppic.twitter.com/Fsxe00zpBb

— Champions Cup France (@ChampionsCup_FR) 10 décembre 2017

Réagissez