Publié par Sylvain Labbe le 21 octobre 2012 à 18h00

Montpellier: Merci les gros !

Coupe d'Europe

François Trinh-Duc inscrit un essai et en offre un autre à Julien Tomas.

Montpellier: Merci les gros !

Fort du retour de ses Argentins, Montpellier a construit ce dimanche dans le sillage de ses avants sa première victoire de la saison (33-18) en Coupe d'Europe aux dépens des Anglais de Sale. Avant que François Trinh-Duc, très en vue, ne porte l'estocade. Ne manque que le bonus sans lequel le MHR laisse Toulon s'isoler seul en tête de la Poule 6. 

Montpellier a signé ce dimanche aux dépens de Sale la deuxième victoire (33-18) de sa jeune histoire en Coupe d'Europe. Une donnée qu'il convient de rappeler quand certains préfèreront faire la fine bouche devant l'absence d'un bonus offensif, qui tendait pourtant les bras aux joueurs de Fabien Galthié capables de dominer avec une belle autorité une équipe anglaise de Sale, qui a fini par se noyer sous la pluie de l'Hérault, à l'image de son ouvreur Danny Cipriani, dont la prestation ne risque pas d'avoir convaincu Stuart Lancaster, le sélectionneur anglais, de lui redonner sa confiance.  

François Trinh-Duc, lui, garde la confiance de Philippe Saint-André et se bat pour conserver un statut d'ouvreur n°1 chez les Bleus à l'occasion des prochains tests d'automne. Le dix montpelliérain aura eu besoin que ses avants fassent le boulot pour ouvrir une défense anglaise hermétique, avant qu'il n'étale son incontestable talent pour faire jouer son équipe comme elle aime. Trois essais au final et un succès qui relance Fulgence Ouedraogo et ses coéquipiers, à défaut de leur permettre de rester au contact de l'ogre toulonnais. "Forcément, on voulait ce bonus, regrettait le capitaine montpelliérain, interrogé au micro de France 2. On s'en sentait capable, ça n'a pas souri en fin de match. Aujourd'hui, on en laisse passer un à notre portée, j'espère qu'on ne s'en mordra pas les doigts ; en tout cas, on essaie de jouer notre carte dans cette compétition."

Trinh-Duc se libère

On annonçait avant ce match un Cipriani sur la voie d'un retour à son meilleur niveau. L'ancien ouvreur du XV de la Rose tend à le prouver dès l'entame de ce match. Les Montpelliérains sont à l'oeuvre dans les 22 mètres adverses sur un premier temps fort quand la perte du ballon se transforme en un contre de 80 mètres au terme duquel Cipriani adresse une merveille de passe au pied pour son ailier Mark Cueto. L'essai est imparable pour un MHR surpris d'entrée (0-5, 4e). Les Héraultais ont le mérite de ne pas paniquer, mais de reprendre le fil de leur match de manière méthodique, fort d'une cohésion renforcée de ses avants suite au retour de leur Argentins. Un travail dans l'axe qui porte ses fruits et permet à un autre joueur des Pumas, le buteur Martin Bustos Moyano de concrétiser cette belle réaction. Trois pénalités (7e, 15e, 19e) pour prendre le score (9-5) et s'installer aux commandes de cette partie.

Sous la pluie qui s'intensifie, Ouedraogo et ses coéquipiers sont forcément peu enclins à déployer le jeu enlevé qu'on leur connaît. Des conditions typiquement britanniques dont ils s'accommodent pourtant. A l'image de ce superbe ballon porté juste avant la pause (39e), preuve de la parfaite tenue de leurs "gros", qui aurait mérité un meilleur sort et qui, sans doute, aurait nécessité l'intervention de M. Paterson, l'arbitre écossais de la rencontre, pour sanctionner des avants anglais à la peine et surtout à la faute. Au lieu de quoi l'arrière Rob Miller, d'une première pénalité (9-8, 25e) à laquelle sait répondre Bustos Moyano (12-8, 34e), permet aux Sharks de rester menaçant à la pause.

Contraint d'adopter un jeu plutôt contre nature, Montpellier se doit dans ces conditions de se montrer irréprochables en matière de discipline. Ce n'est pas le cas et Miller dès la reprise ramène les siens à un point (12-11, 44e). Jouer simple : ce devrait être le credo de François Trinh-Duc dans ces conditions, mais l'ouvreur se complique la vie, tente des choses difficiles et met son équipe en difficulté. Ses avants, d'un nouvel effort salutaire en mêlée fermée pour chiper l'introduction anglaise, lui ouvrent la voie de l'essai que lui sert à hauteur son troisième ligne Johnnie Beattie pour libérer l'ouvreur et avec tout un stade (19-11, 51e). C'est surtout un collectif qui prend confiance et signe dans la foulée l'essai du break, le premier en H Cup de Timoci Nagusa, suite à un joli par-dessus de Santi Fernandez bien transformé sur l'extérieur par Thomas Combezou pour son ailier fidjien (26-11, 55e).

Le verrou a sauté sur le terrain comme dans les têtes. Et Trinh-Duc s'envole : un jeu au pied pour lui-même dans sa moitié de terrain et le stratège montpelliérain s'arrache sur 30 mètres, repique au centre pour une croisée sublime, qui envoie Julien Tomas sous les poteaux (33-11, 59e). Quelle inspiration ! Le bonus offensif, si précieux, est bon à prendre, mais c'est Sale qui s'en sort avec les honneurs avec le deuxième essai, signé Richie Vernon (33-18, ). De quoi nourrir des regrets...    

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Plutôt positif"

    Des nouvelles de Fulgences Ouedraogo, après trois journées de Top 14. 

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...