Publié par Sylvain Labbe le 13 octobre 2012 à 00h30

Novès: "Une histoire d'amour"

Coupe d'Europe

Guy Novès (ici en grande conversation avec Jean-Baptiste Elissalde, l'entraîneur des arrières) ne sait que trop bien l'importance de ce premier match en Coupe d'Europe.

Novès: "Une histoire d'amour"

Encore marqués par leur sortie de route dès les quarts de finale la saison dernière, les quadruples champions d'Europe toulousains abordent revanchards une Coupe d'Europe qui leur a si souvent réussi par le passé. Une 18e édition qu'ils débutent ce dimanche face à un ténor du continent : au Stadium, les Anglais de Leicester n'auront rien d'un faire-valoir et Guy Novès ne jure que par cette entame.

Guy, on sait l'importance de ce premier match de poule en Coupe d'Europe. Quelle difficulté présente ce rendez-vous ?
Déjà sentir qu'on va jouer une équipe anglaise. Or, on sait très bien que les Anglais ont souvent gagné à Toulouse, surtout au Stadium (voir par ailleurs). Ensuite, se dire que si on passe cette équipe, on risque toujours d'avoir un relâchement, alors qu'il faudra rester motivé. Mais l'expérience nous dit que même si l'on a gagné les trois premiers matches, comme la saison dernière, on peut très bien chuter par la suite, et ça nous est arrivé, du coup, on s'est déplacé pour un quart de finale à l'extérieur (perdu face à Edimbourg 19-14). Dans cette compétition, il faut rester concentrés de bout en bout et surtout ne rien lâcher.

Est-ce que cette poule se résume à un mano a mano avec cette équipe de Leicester ?
Moi, en ce qui me concerne, cette poule se résume pour l'heure à ce premier match, et ensuite, on se concentrera sur les autres.

Il y a une histoire d'amour entre cette Coupe d'Europe et le Stade Toulousain. Vous ressentez toujours chez vos joueurs le même désir de la perpétuer ?
Une histoire d'amour, oui, quelque part parce qu'on a gagné le premier titre dès la première année et ça nous a fait rentrer de plein pied dans cette compétition ; on a pu voir la montée en puissance de celle-ci au fur et à mesure des années pour se rendre compte qu'elle nous avait vraiment permis de progresser, qu'elle était le marchepied entre le championnat et les matches internationaux. Pour nos joueurs, c'est tout de même une expérience extrêmement enrichissante et on se doit d'y participer pour pouvoir aligner une équipe très compétitive dans toutes les compétitions.

On aurait préféré avoir, comme nos amis biarrots, le Connacht, chez lequel on a gagné avec le bonus offensif la saison dernière et évidemment les Zebres puisque mon ami Christian Gajan a visiblement du mal à avoir 23 joueurs.

Si on vous dit que c'est une poule facile, on vous agace...
(ironique) Elle est facile pour ceux qui ne jouent pas avec le maillot toulousain et elle est extrêmement difficile pour nous ; bien sûr qu'elle est difficile, les Ospreys ont toujours posé des problèmes à leurs adversaires que ce soit chez eux ou à l'extérieur parce qu'ils possèdent un jeu très dynamique. Et Trèvise est la plus grosse province italienne. On se plaignait de ne pas avoir d'Italiens dans nos poules et on tombe sur Trèvise ! On aurait préféré avoir, comme nos amis biarrots, le Connacht, chez lequel on a gagné avec le bonus offensif la saison dernière et évidemment les Zebres puisque mon ami Christian Gajan a visiblement du mal à avoir 23 joueurs.  

Cette édition pourrait permettre aux Irlandais du Leinster d'égaler le record de victoires de Toulouse dans la compétition avec un quatrième sacre. Une motivation supplémentaire ?
Vous savez on est motivés par ce genre de palmarès quand on se retrouve en finale et on se dit : "On peut gagner ce match et avec éventuellement un nouveau titre." A ce moment-là et uniquement à ce moment-là, on y pense, mais quand on est si loin d'une finale, avant de penser au palmarès, pensons tout simplement à bâtir nos matches les uns après les autres. Et en l'occurrence ce premier match face aux Anglais sera déterminant.  

L'objectif, c'est pourtant bien de gagner à nouveau la Coupe d'Europe ?
(sourire) L'objectif, c'est gagner ce premier match.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Tout le monde s’envoie"

    On a pu couper un mois depuis la tournée. Un mois de vacances, ça fait du bien.