Publié par Sylvain Labbe le 22 octobre 2012 à 14h11

Trinh-Duc se fait violence

Coupe d'Europe

François Trinh-Duc, félicité par Combezou et Ouedraogo, a inscrit un essai et offert un autre lors de la victoire face à Sale (33-18).

Trinh-Duc se fait violence

Sous la menace d'un Frédéric Michalak pressenti pour endosser le maillot d'ouvreur titulaire du XV de France pour le premier test-match des Bleus cet automne face à l'Australie, François Trinh-Duc n'abdique pas. A l'image de sa performance accomplie dimanche, lors de la victoire (33-18) de Montpellier face aux Anglais de Sale. De quoi nourrir la réflexion de Saint-André...

Ne l'enterrez pas trop vite... A l'heure où la Michalak-mania repart de plus belle sous l'effet du retour, il est vrai brillant et probant, de l'ancien Toulousain dans le championnat de France sous les couleurs de Toulon, François Trinh-Duc ne baisse pas les bras. La cote de Michalak a beau être au plus haut, au point de faire de la nouvelle coqueluche de Mayol le favori pour le poste d'ouvreur des Bleus cet automne dans la foulée d'une dernière sortie réussie, lors de la dernière tournée du XV de France en Argentine (49-10), le n°10 montpelliérain n'abdique pas et tend à prouver à chacune de ses sorties avant le rassemblement du groupe tricolore le 2 novembre, à Orly, qu'il demeure bel et bien, malgré sa destitution durant la Coupe du monde, le taulier du poste.

Dimanche, Philippe Saint-André aura sans nul doute été très attentif à la performance de Trinh-Duc en Coupe d'Europe face à Sale. Privé d'une opposition directe avec Michalak une semaine plus tôt à Mayol, où ses entraîneurs avaient choisi de laisser leurs cadres au repos, l'enfant du Pic-Saint-Loup passait un test dans un contexte européen le plus proche du niveau international ; et même si les Sharks, lanternes rouges de Premiership, n'ont que très peu de choses à voir avec les Wallabies que défieront les Bleus dans moins d'un mois, le stratège du MHR a montré qu'il n'avait pas tiré un trait sur ses ambitions. Et si la victoire finale (33-18) de son équipe doit beaucoup à un pack survolté par le retour de ses Pumas, sa prestation, d'abord hésitante en première période sous la pluie, a non seulement mis sous l'éteignoir son homologue anglais, Danny Cipriani, autre talent brut contesté outre Manche, mais a surtout parachevé au cours d'une seconde mi-temps de haute volée ce premier succès de la saison sur la scène européenne de Ouedraogo et sa bande.

Michalak, concurrent ou associé ?

Comme lors de la victoire quinze jours plus tôt, à Colombes, face au Racing (12-16), Trinh-Duc a tout à la fois étalé les errements, qui continuent de polluer son jeu, avant de libérer les chevaux. Un premier essai derrière l'énorme abattage de son pack, avant que ce talent pur ne régale le public de Yves-du-Manoir avec cet exploit personnel au coeur d'une défense anglaise aux abois. D'un coup de pied par-dessus parfait, suivi d'une accélération fulgurante, avant une fixation pleine de lucidité et cette passe croisée pour offrir le deuxième essai à son demi de mêlée Julien Tomas. Du grand art !

Plus tôt dans l'après-midi, ironie du calendrier de ce deuxième week-end européen, Frédéric Michalak était à l'oeuvre du côté de l'Arms Park de Cardiff, où le RC Toulonnais signait une neuvième victoire (14-22) en dix matches cette saison, toutes compétitions confondues. Là aussi, du solide de la part de l'autre prétendant au n°10 chez les Bleus, vif, inspiré et clairvoyant dans ses choix. A ceci près que dans la capitale galloise, Michalak évoluait encore une fois, non pas à l'ouverture, où officiait Jonny Wilkinson, mais à la conduite de la mêlée varoise. Une limite qui pourrait s'imposer aux sélectionneurs trop conscients de la nécessité d'évoluer régulièrement à un poste si sensible que celui d'ouvreur. A moins que les performances de Michalak en n°9 ne finissent par convaincre Saint-André et ses adjoints d'étrenner une nouvelle charnière et de faire des deux concurrents leur paire de demis face aux Wallabies.     

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Besoin de tout le monde"

    Face au Leinster, on n'avait que la victoire et la qualification en tête.

  • Un peu juste pour Castres

    Ma blessure à la cuisse retarde ma reprise. C’est dommage car c’est une blessure un peu bête, qui aurait pu être évitée.

  • Rester dans les six premiers

    La défaite face au Munster ne nous a pas fait du bien, c’est une certitude mais on a gagné contre Brive et c’est le...