Publié par Sylvain LABBE, envoyé spécial de Rugbynews.fr, à Wellington le 1 octobre 2011 à 01h02

Ma carte postale de... Wellington

Coupe du monde 2011

Soleil couchant sur le port de Wellington: "la petite capitale la plus cool" s'apprécie aussi la nuit. (Reuters)

Ma carte postale de... Wellington

Avec l’espoir qu’il ne s’agisse pas pour les Bleus d’une destination finale, l’équipe de France a mis le cap sur Wellington, théâtre de son "huitième de finale" officieux face aux Tonga. La capitale néo-zélandaise, nichée sur la pointe septentrionale de l’île du Nord, est à l’image de ce petit pays… "The coolest little capital" (la petite capitale la plus cool) est aussi ramassée qu’Auckland est étendue et ne compte que 180 000 habitants. Une capitale à taille humaine.

Une heure de vol, tout au plus, est nécessaire pour rallier Auckland, le centre économique du pays, à Wellington, sa capitale administrative et politique depuis 1865. Sa situation géographique sur le détroit de Cook, qui sépare les îles du Nord et du Sud, lui confère le titre de capitale nationale la plus australe du monde, mais aussi la plus isolée : aucune capitale n’est située plus loin d’une autre capitale que Wellington. Là encore, les éléments ont une place prépondérante : également surnommée "Windy City" ("ville venteuse"), située dans les 40e rugissants (et sur une faille sismique majeure), elle est balayée par un vent qui y souffle à plus 63 km/h environ 200 jours par an (dont 45 jours à plus de 96 km/h !).

La densité de cette ville, agglutinée autour de son port, vous frappe de prime abord. Un joyau en eaux profondes, l’un des plus beaux au monde, qu’enserrent une multitude de collines vertes et boisées, où s’accroche une myriade de maisons d’habitations. Pour les Bleus, ce sera Down town, la seule surface plate de la ville, à un jet de pierre du Westpac Stadium, surnommé "Le moule à gâteau" pour sa forme si particulière. Une équipe de France confrontée dès son arrivée à la forte communauté tongienne de la ville : les Aigles des mers évoluent ici à domicile. A chaque coin de rue, une voiture ou un van rivalise en nombre de drapeaux aux couleurs de la petite île du Pacifique. Dans ce centre-ville tout aussi condensé, sorte de petite city à l’américaine, les gratte-ciels côtoient les bâtiments coloniaux d’époque. Et pourtant, pour peu que l’on s’éloigne du centre administratif, lugubre et désert dès 17 heures, Wellington dégage une certaine chaleur, liée à son activité culturelle et nocturne qui va bien au-delà de la moyenne néo-zélandaise.

Sur les traces de Peter Jackson et du Seigneur des Anneaux

Si l’on ne manquera pas de prendre place dans le fameux Cable Car, ce petit train à crémaillère, construit par des Suisses, qui du centre-ville vous emmènera découvrir les hauteurs de la cité, préférez à Lambton Quay et ses enseignes sans grand intérêt, le quartier plus authentique et plus branché autour de Cuba Street. On dit de Wellington qu’elle possède plus de cafés par personne que New York. Une scène musicale importante, qui rappelle aussi que "Windy City" est une ville d’arts.

Le septième s’y est fait une place importante, dans le sillage du plus illustre de ses représentants: Peter Jackson, qui a produit et tourné les films de la trilogie du Seigneur des anneaux en Nouvelle-Zélande, et dont le studio, Weta, est situé à Wellington. Mais n’oubliez surtout pas avant de quitter "la petite capitale la plus cool" de faire un détour obligatoire par l’un des plus beaux musées du pays : Te Papa. C’est la visite incontournable pour aller à la rencontre de l’histoire du pays, des traditions maories à l’activité sismique, en passant par l’art contemporain. Un lieu moderne et interactif pour embrasser la culture néo-zélandaise.

Réagissez

Résultats Coupe du Monde

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Plutôt positif"

    Des nouvelles de Fulgences Ouedraogo, après trois journées de Top 14. 

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...