Publié par Sylvain Labbé le 8 août 2012 à 14h00

Fernandez-Lobbe, le chef de meute

Four-Nations

Fernandez-Lobbe, figure respectée des Pumas du haut de ses 43 sélections et de ses deux Coupes du monde avec la sélection argentine. (Reuters)

Fernandez-Lobbe, le chef de meute

Successeur de Felipe Contepomi en tant que capitaine des Pumas, Juan Martin Fernandez Lobbe aura l’honneur d’emmener dans son sillage la sélection argentine à l’occasion de ses grands débuts dans le nouveau Four Nations, que le troisième ligne toulonnais et ses partenaires débuteront le samedi 18 août, au Cap, face aux Springboks.

Une page se tourne chez les Pumas. Et non des moindres. Après des années d’efforts et d’exploits aux quatre coins de la planète rugby, le rugby argentin s’apprête enfin à obtenir la reconnaissance qu’il mérite avec l’intégration de la sélection nationale dans le nouveau Rugby Championship ou Four Nations. A partir du 18 août, au Cap, face aux Springboks, et désormais chaque année, les joueurs de Santiago Phelan se frotteront l'été successivement aux trois géants de l’hémisphère sud: Australie, Afrique du Sud et Nouvelle-Zélande. Un immense défi pour lequel les Argentins avaient forcément besoin d’un leader de choix.

Felipe Contepomi proche à 34 ans de la retraite internationale -l’ouvreur parisien a choisi de privilégier sa préparation avec le Stade Français- Phelan a confié les clés du camion argentin à une autre figure historique du vestiaire, cadre de la dernière décennie. Un Juan Martin Fernandez Lobbe qui, du haut de ses 30 ans, 43 sélections et deux Coupes du monde (2007, 2011), affiche l’aura d’un nouveau grand timonier chez les Pumas, digne de ses glorieux prédécesseurs, les Hugo Porta et autre Agustin Pichot. "C’est une grande responsabilité, que je suis très fier de prendre, a assumé le troisième ligne du RC Toulon à l’annonce de sa nomination. C’est un grand honneur et je ressens de la gratitude vis-à-vis de tous ceux qui m’ont appris, d’une manière ou d’une autre, les valeurs qui m’ont permis d’en être là." Un nouveau statut à un moment charnière pour l’ensemble du rugby argentin qui s‘apprête à éprouver ses progrès au feu du rugby de l’hémisphère sud. Pour des joueurs élevés en grande majorité à la culture du plus haut niveau… dans l’hémisphère nord. Fernandez-Lobbe en étant le parfait exemple. 

"Parce qu’il donne l’exemple et qu’on a envie de tous le suivre…" (Benjamin Lapeyre, son coéquipier à Toulon)

De sa découverte du rugby européen il y a de cela six ans, en Angleterre, sous le maillot de Sale, avant qu’il n’accompagne Philippe Saint-André à Toulon, où il fait depuis bientôt trois ans l’unanimité. Le portrait que dressait de lui récemment pour le site rugbynews.fr son coéquipier sous le maillot rouge et noir, Benjamin Lapeyre, parle de lui-même : "C’est un des meilleurs n°8 au monde, tellement technique, mais aussi un des meilleurs leaders de l’équipe et quand il parle, tout le monde l’écoute. Vraiment un joueur charismatique, mais il n’y a pas de secret, parce qu’il donne l’exemple et qu’on a envie de tous le suivre." Le portrait robot du capitaine idéal en quelque sorte.

Même si l’intéressé ne fait surtout pas de cette reconnaissance une fin en soi : "Etre capitaine des Pumas n'est pas un objectif ; il ne l’a jamais été pour moi, souligne-t-il, cité par lanacion.com.On n'entre pas sur un terrain pour être capitaine. (…) Je pars pour m'appuyer sur les gens qui sont depuis longtemps dans la sélection. Je veux continuer à faire mes preuves sur le terrain. Etre exemplaire par mon implication dans le jeu de l’équipe". Mais si rien ne change sur le terrain, le nouveau capitaine ne nie rien du caractère historique de l’instant qui s’annonce: "Nous connaissons l’ampleur du défi qui nous attend, mais nous devons nous servir de ce contexte pour continuer à grandir en tant qu’équipe. La vérité du terrain est la seule qui compte. Je me bats pour ça depuis longtemps. Aujourd’hui, les Pumas ont leur compétition annuelle et c’est tout simplement incroyable !" Fernandez-Lobbe et l’Argentine touchent pourtant leur Graal du doigt.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...