Publié par Sylvain Labbé le 15 août 2012 à 18h17

Nouvelle-Zélande: Les All Blacks à plus d'un titre...

Four-Nations

Richie McCaw et les All Blacks grandissimes favoris du premier Four Nations de l'histoire. (Reuters)

Nouvelle-Zélande: Les All Blacks à plus d'un titre...

A moins d'une semaine du coup d'envoi du nouveau Four Nations (ou Rugby Championship), Rugbynews.fr vous propose de passer en revue les quatre prétendants de ce nouveau tournoi de l'hémisphère sud.  Dix mois après la reconquête du titre de champions du monde, les All Blacks repartent en campagne à l’occasion du nouveau Four Nations, qu’ils ouvrent ce samedi, à Sydney, face à l’Australie, tenante du titre. Soucieux de récupérer leur suprématie au Sud, Richie McCaw et les siens, forts de la prolongation de Sonny Bill Williams pour les deux levées de la Bledisloe Cup, font plus que jamais figures de favoris.

LE CONTEXTE
Graham Henry peut bien jouer les vieux grincheux et se discréditer aux yeux de toute la planète rugby en portant des accusations sans fondement, les All Blacks sont restés sur leur nuage. Les champions du monde néo-zélandais sont prêts à défendre leur couronne. Sous la houlette désormais de Steve Hansen, adjoint d’Henry promu au poste de sélectionneur, l’équipe, habituée durant vingt-quatre ans à rafler tous les honneurs, sauf le titre suprême, entend maintenant assoir sa légitimité. Dès juin dernier, le retour des héros a donné le ton à l’occasion d’une série de trois test-matches face à l’Irlande qui, malgré l’absence de quelques cadres et l’introduction par Hansen de quelques jeunes pousses à suivre (l’ailier Julian Savea, le demi de mêlée Aaron Smith ou le deuxième ligne Brodie Retallick), a confirmé que l’appétit des champions restait intact: trois levées pour autant de victoires, dont une dernier carnage (60-0), qui risque de marquer O’Driscoll et les siens pour longtemps.   

LA PHRASE : "Sonny Bill fait des choses différentes et parfois, en Nouvelle-Zélande, nous n’aimons pas les gens un peu différents." (Par Steve HANSEN, sélectionneur des All Blacks, sur espnscrum.com)
Pour Steve Hansen, pas question de bouder l’incontestable star du rugby néo-zélandais qui, malgré son prochain exil japonais, tant décrié au pays du long nuage blanc, où l’on goûte mal les choix de carrière très lucratifs de l’ancien Toulonnais, a le don de transfigurer une équipe, fut-ce les All Blacks. Irrésistible durant toute la saison de Super 15 qu’il a largement contribué à offrir aux Chiefs en guise de cadeau d’adieu, "SBW", avant de soigner son compte en banque et… ses adversaires dans le championnat nippon, n’a pu résister à la perspective d’honorer ses 18e et une 19e cap à l’entame de ce Four Nations. Et si son profil atypique continue d’irriter, son amour du maillot, selon Hansen, n’est pas discutable : "Il ne s’agit pas de dire qu’il n’a rien à faire de son pays. Nous savons que ça n’est pas le cas, affirme le technicien, et quand j’ai parlé avec lui de cette opportunité (de jouer le Rugby Championship), il n’aurait pas pu me répondre oui plus vite".

LE JOUEUR A SUIVRE : Julian SAVEA (ailier, 22 ans, 2 sélections ; Hurricanes)
Attention talent ! L’irruption fracassante dans le paysage all black de Julian Savea, auteur le 9 juin dernier d’un triplé face à l’Irlande (42-10) pour ses débuts sous le maillot noire frappé de la fougère argentée, n’a rien d’une surprise. L’ailier au profil très "lomuesque" (1,92m, 107kg) semble même programmé pour marcher dans les traces des Rokocoko et autre Sivivatu, ses glorieux prédécesseurs, lui qui fut à 20 ans le lauréat en 2010 du trophée IRB de meilleur junior de l’année après avoir inscrit huit essais lors de la victoire des Baby Blacks dans la Coupe du monde des -20 ans.  
 
L’OBJECTIF
On l’aura compris : tous les feux sont au vert, ou presque pour un rugby néo-zélandais qui, après la Coupe du monde et le Super 15, semble bien décidé à réaffirmer sa suprématie sur l’hémisphère sud – les All Blacks sont recordmen des victoires dans le Tri Nations avec onze succès - et à remporter pour cela, le premier Four Nations (ou Rugby Championship). "Nous attendons beaucoup de cette nouvelle compétition et des nombreux défis qu'elle nous propose, souligne Hansen. Mais nous savons aussi que nous pouvons bâtir sur les succès de nos tests. Maintenant, nous avons l'opportunité de nous améliorer et d'atteindre un niveau supérieur dans notre rugby. Les trois meilleures nations du monde vont s'affronter et l'arrivée de l'Argentine ne peut être que grandement excitante".

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Besoin de tout le monde"

    Face au Leinster, on n'avait que la victoire et la qualification en tête.

  • Un peu juste pour Castres

    Ma blessure à la cuisse retarde ma reprise. C’est dommage car c’est une blessure un peu bête, qui aurait pu être évitée.

  • Rester dans les six premiers

    La défaite face au Munster ne nous a pas fait du bien, c’est une certitude mais on a gagné contre Brive et c’est le...