Publié par Sylvain Labbé le 29 juillet 2012 à 17h52

CM 2007: Quand Henry accuse la France...

International

Graham Henry affirme avoir été pris de nausées lors du visionnage des images du quart de finale perdu par ses All Blacks face au XV de France en quart de finale du Mondial 2007 (20-18). (Reuters) 

CM 2007: Quand Henry accuse la France...

Cinq ans après les faits, Graham Henry, âgé de 66 ans, laisse entendre, dans une autobiographie à paraître, que le quart de finale du Mondial 2007, perdu à Cardiff face aux Bleus dans des conditions toujours très contestées en Nouvelle-Zélande, aurait pu faire l’objet d’un trucage.

La conquête d'un titre de champion du monde, qui échappait aux All Blacks depuis plus de vingt ans, n'a de toute évidence pas pansé chez Graham Henry la blessure de l'élimination subie lors du Mondial 2007 face à la France en quarts de finale (20-18). L'ex-sélectionneur néo-zélandais affirme que ce match l’a rendu "physiquement malade" lorsqu’il en a revu les images.  

Alors que Steve Hansen lui a succédé à la tête des Blacks pour prendre de nouvelles fonctions au sein de la Fédération néo-zélandaise (NZRU) et endosser un rôle de consultant technique auprès des Pumas, Henry ressasse toujours dans une biographie à paraître le deuxième essai tricolore et cet en-avant évident sur la passe de Traille pour Michalak à l'origine de l'action décisive ce soir d’octobre 2007, à Cardiff. "J’ai brièvement envisagé un trucage du match comme la seule explication logique, a déclaré Henry à son biographe Bob Howitt. L'arbitre Wayne Barnes et ses assistants ont raté un en-avant évident sur l'essai de la victoire française, une passe tellement en-avant que tout le stade l'a vue à part l'arbitre".

Le score final aurait dû être de 42-3 ou 42-6 !

L’Anglais Wayne Barnes reste à ce jour très bien placé sur la liste des ennemis publics au pays du long nuage blanc. Et à 66 ans, Henry, que l’on a connu plus fair-play, n’a toujours pas digéré. "Vous savez, nous n’avons rien dit durant quatre ans, rien du tout, n’est-ce pas ? L’heure est venue de dire ce que nous pensons réellement, ou plutôt ce que je pense vraiment…" D’un match au cours duquel les All Blacks affichèrent une occupation du terrain écrasante de 73%, remportèrent quelques 166 rucks (contre 42 à la France) et ne réalisèrent que 73 plaquages, comparés aux 331 des Bleus ce soir-là. Sans compter l’unique pénalité accordée à McCaw et les siens lors des cinquante dernières minutes de la rencontre – les Blacks n’en obtiendront que deux au total sur l’ensemble du match. "Nous avons simplement été « sciés » par les décisions prises par les arbitres au cours de ce match". Pour Henry, Barnes aurait fermé les yeux sur pas moins de quarante infractions des Français au règlement et si son équipe avait bénéficié de toutes ces pénalités, le score aurait, selon lui, été de 42-3 ou 42-6 !

Face à ce constat plein d’amertume, Henry, persuadé que de telles incohérences auraient conduit à l’ouverture d’une enquête dans d’autres sports, affirme avoir sollicité l’International Rugby Board (IRB) afin de savoir si elle disposait, à l’instar de la Fédération internationale de football (Fifa), d’un système d’analyse pour surveiller les "matches bizarres" et "les possibilités autour des paris sportifs". Des allusions à peine voilées qui iront droit eu cœur de Thierry Dusautoir et des Bleus de Bernard Laporte…

D’une correction exemplaire à l’époque, le technicien s’était refusé à blâmer Wayne Barnes, et avait même été récompensé d’un trophée international pour la manière dont il avait accepté la défaite. "Nous n’avons pas d’excuses, nous l’avons juste encaissée (la défaite) au menton et dit que nous n’avions pas joué aussi bien que nous l’aurions dû. Les Français ont bien joué, mieux que nous ne le pensions et nous n’avions pas eu le contrôle du ballon". Une attitude commandée par la volonté de Henry de poursuivre sa mission à la tête des All Blacks, là où tous les entraîneurs en échec après ce Mondial furent débarqués et malgré les critiques. Même s’il gardait le soutien décisif de ses joueurs. "Je me devais de rester debout parce que c’est ce que je leur ai demandé de faire ces quatre dernières années". Pour le résultat que l’on sait à l’automne dernier lorsque les All Blacks prirent la plus belle des revanches sur le XV de France en finale du dernier Mondial. On aimerait en revanche entendre Henry sur l’arbitrage ce soir-là, à l’Eden Park d’Auckland, d’un certain Craig Joubert.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Tout le monde s’envoie"

    On a pu couper un mois depuis la tournée. Un mois de vacances, ça fait du bien.