Publié par Sylvain LABBE le 28 juillet 2012 à 18h59

Michalak en finale !

International

Déjà auteur de 15 points face aux Reds, en barrages, Michalak signe une nouvelle performance de très haut niveau face aux Stormers.

Michalak en finale !

Au bout de son rêve, ou presque. Frédéric Michalak a une nouvelle fois été ce samedi le grand artisan de la qualification de ses Sharks pour leur 4e finale du Super 15. Auteur de 16 points au pied sur le terrain des Stormers, défaits (19-26), le futur ouvreur toulonnais a conduit avec maestria sa formation vers un choc superbe dans une semaine face aux Chiefs de Sonny Bill Williams. Avec le titre suprême pour enjeu.

John Plumtree ne s'était pas trompé à l'heure de dresser le portrait de son "Frenchie" à la veille de cette demi-finale à disputer une nouvelle fois dans un contexte totalement hostile à son équipe des Sharks, une semaine après une victoire à Brisbane, sur le terrain des Reds, tenants du titre: "Frédéric est le dépositaire de notre jeu. C'est un grand joueur qui aime les grands matchs. Plus l'enjeu est grand, plus il aime." Ça, Michalak est servi aux antipodes ! Comme il nous le signifiait cette semaine dans un entretien accordé à notre site, le futur Toulonnais se régale dans ce qu'il considère, sans doute à juste titre -n'en déplaise au Top 14...- comme le meilleur championnat du monde. Confronté face aux Stormers à la meilleure défense de ce Super 15, le Français, décisif de bout en bout, a prouvé à quel point il avait pris une autre dimension dans son jeu.

Dans un Newlands rempli jusqu'à la gueule, l'intensité de cette seconde demi-finale est palpable au coup d'envoi. Et pas seulement à travers ces premiers impacts terribles qui suffisent à donner le ton de ce choc 100% sud-africain. Le public peut rugir de plaisir quand le buteur local, Peter Grant, l'homme aux... 94 % de réussite au pied cette saison (!), ouvre le score (3-0, 7e). Un avantage qui restera sans lendemain pour des Stormers incapables de mettre en musique leur plan tactique. Bien au contraire, c'est par l'intermédiaire de l'une de leurs deux flèches des ailes, Lwazi Mvovo, que les Sharks se signalent. L'ailier repris à dix mètres de la ligne d'essai, s'en suit un pilonnage en règle de l'en-but des Stormers: dix phases de jeu finalement gâchées par un en-avant (11e). Mais le réalisme appartient aux visiteurs parmi lesquels Michalak s'offre ses premiers points sur pénalité (3-3, 13e), puis sur ce drop parfait (3-6, 19e). Le futur Toulonnais est parfaitement rentré dans son match.

Michalak, décisif de bout en bout

Sur l'un des très rares ballons perdus par les Sharks, les Stormers s'offrent bien une première opportunité avec le débordement sur son aile de Bryan Habana, dont la remise intérieure est à deux doigts d'envoyer en terre promise un Jean de Villiers repris in extremis par Alberts et Pietersen (31e).

Mais les Sharks, à défaut d'avoir su d'emblée prendre le large, maîtrisent leur sujet et finissent par faire mouche. Sur ce long jeu au pied de Riaan Viljoen dans la moitié de terrain adverse, son homologue Joe Pietersen est coupable. L'arrière ne saute pas au ballon et se laisse surprendre par l'ailier Louis Ludik qui s'en va profiter de plusieurs plaquages ratés pour planter avant la pause le premier essai que transforme Michalak face aux perches (3-13, 35e). Pour ces Stormers contrés, il n'y a bien que la botte de Grant, qui réduit l'écart avant la pause (6-13, 40e), pour se réjouir au terme de ce premier acte.

Toujours aussi en confiance, Michalak lance la seconde période sur deux nouvelles tentatives de drop, cette fois en échec, toutes les deux aux 40 mètres (43e, 44e). Le Français ne tremble pas en revanche pour passer, malgré une position excentrée, sa troisième pénalité du jour et mettre son équipe à l'abri d'un essai transformé (6-16, 45e). Une histoire de coups de pied que cette reprise avec le relais au but de Viljoen, prompt à suppléer Michalak à... 59 mètres des perches. Sans réussite (51e). La mainmise des Sharks n'en reste pas moins évidente. Là où leurs adversaires semblent s'enfermer dans un jeu de rentre-dedans stérile, qui ne rapporte que trois points de plus à Grant (9-16, 56e). Le coup de grâce, c'est Michalak qui le porte. On croit à la nouvelle tentative de drop du Tricolore, mais l'ouvreur gicle pour servir à hauteur son pote JP Pietersen qui, comme le week-end dernier, face aux Reds, se montre encore décisif. Et Michalak transforme (9-23, 59e). On croit les Stormers KO, à l'image de ce premier échec de Grant, qui rate là seulement son quatrième coup de pied de la saison (62e).

Le break est fait. Encore faut-il tenir, d'autant que le Springbok Gio Aplon fait renaître l'espoir sur ce premier essai des Stormers, qui ramène les joueurs du Cap à un essai transformé (16-23, 67e). Sous la pression cette fois brûlante, c'est... Michalak qui s'y colle et libère pour de bon les siens d'un nouveau drop parfait (16-26, 76e). Un Michalak que l'ultime pénalité de Grant (19-26, ) et le rush final des Stormers ne priveront pas d'une finale de rêve dans une semaine, à Hamilton. Face à face avec Sonny Bill Williams.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Ça n’a pas de prix"

    "Du stade de France à l’accueil que Toulon nous a réservés, on n’est pas vraiment descendu de notre nuage."

  • "Les critiques sont normales"

    "C’est tristement la même histoire avec ces tournées d’été."

  • "Les premiers déçus"

    On avait déjà vécu ça l’an dernier, en Nouvelle-Zélande. Perdre trois matches d’affilée, ça n’a rien d’évident à...