Publié par Sylvain Labbé le 11 octobre 2012 à 12h52

O'Driscoll, une envie de Super 15

Ligue Celte

O'Driscoll a tout gagné avec le Leinster et l'Irlande dans l'hémisphère nord : une aventure au Sud ne serait pas pour lui déplaire... (Reuters)

O'Driscoll, une envie de Super 15

Alors qu’il part dès ce week-end, sous les couleurs de sa province du Leinster, à l’assaut d’une 4e Coupe d’Europe, qui égalerait le record du Stade Toulousain, Brian O’Driscoll, à 33 ans, pourrait se laisser tenter par une aventure dans le Super 15, où la nomination de son ancien coach Michael Cheika à la tête des Warathas aura suffi à faire enfler la rumeur.

La belle réussite de Frédéric Michalak, finaliste du dernier Super 15 sous les couleurs des Sharks, semble inspirer d'autres stars de l'hémisphère nord, intéressées elles aussi à l'idée de se frotter au rugby du Sud.

C'est le cas de l'icône du rugby irlandais, le capitaine du XV du Trèfle, Brian O'Driscoll qui, à 33 ans, avoue qu'une telle perspective ne serait pas pour lui déplaire : "Les joueurs des trois meilleures équipes du monde évoluent dans le Super 15, et au regard des individualités, de la qualité des équipes et du tournoi, et de son intensité, franchement, c'est d'un niveau très élevé", a déclaré dans les colonnes du Daily Telegraph le trois-quarts centre sous contrat avec le Leinster et la fédération irlandaise jusqu'en juin prochain.

Cheika : "La seule chance de le voir jouer dans le Super Rugby serait de le kidnapper"

"Si je joue une année de plus, mon corps me dira alors plus tard si j'en suis capable". Il aura en fait suffi que Michael Cheika, sous les ordres duquel "BOD" décrocha la première de ses trois Coupes d'Europe remportées avec le Leinster (2009), prenne en charge la province australienne des Warathas pour que la rumeur enfle d'un départ de la star pour les antipodes.

Cheika qui, lui, pourtant s'avoue plutôt sceptique : "O'Driscoll est un joueur de classe sur le terrain comme en dehors, et je suis persuadé que nous verrons cette classe au cours de la tournée des Lions l'année prochaine, a souligné l'ancien coach du Stade Français, avant de préciser : "Sydney est un long voyage depuis Dublin, si bien que la seule chance de le voir jouer dans le Super Rugby serait de le kidnapper durant notre match face aux Lions en juin prochain".

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Ça n’a pas de prix"

    "Du stade de France à l’accueil que Toulon nous a réservés, on n’est pas vraiment descendu de notre nuage."

  • "Les critiques sont normales"

    "C’est tristement la même histoire avec ces tournées d’été."

  • "Les premiers déçus"

    On avait déjà vécu ça l’an dernier, en Nouvelle-Zélande. Perdre trois matches d’affilée, ça n’a rien d’évident à...