Publié par Jean Temime le 14 septembre 2012 à 14h37

Labit: "Garder les pieds sur terre"

Pro D2

Christian Labit veut vivre une demi-finale de Pro D2 à la tête de Carcassonne. (Crédit: Maxppp)

Labit: "Garder les pieds sur terre"

Encore pensionnaire de Fédérale il y a trois ans, l'US Carcassonne a depuis fait du chemin. Passé à un point d'une demi-finale d'accession l'année dernière, les hommes de Christian Labit restent en ce début de saison sur deux victoires consécutives et ,après trois journées de championnat, réalisent un début d'exercice prometteur. De bon augure avant le déplacement samedi, à Pau, l'un des favoris de cette Pro D2, même si le coach audois Christian labit, plein d'humilité, veut que ses joueurs "gardent les pieds sur terre"

Christian, quel regard portez-vous sur ce championnat de Pro D2 qui donne l'impression d'être particulièrement relevé ?
Je suis ravi que le niveau de la Pro D2 soit plus élevé. Ça donne beaucoup plus d'attrait, de motivation aussi. Ça permet d'avoir une exigence plus forte et de friser ce qui se fait de mieux en termes de qualité. C'est dans ce sens qu'il faut poursuivre pour que ce championnat devienne de plus en plus attrayant.

Après 3 journées, quel bilan faites vous de ce début de saison ?
Je crois qu'on mérite de gagner ce premier match face à Auch (défaite 24-23). Ça se joue sur une pénalité sifflée à la 82e. Mais, mis à part cette rencontre, c'est un début de saison plutôt réussi avec une victoire face à Brive, un ancien pensionnaire du Top 14 (34-14), et une autre contre Massy (44-23), un promu, face auquel on prend en plus le bonus offensif. Ça n'est pas un bilan exceptionnel non plus parce que pour y prétendre, il aurait fallu gagner à Auch, mais on est dans la continuité de ce qu'on fait depuis plusieurs saisons. Maintenant, c'est difficile de savoir vraiment où on en est après seulement trois matchs, mais disons qu'on réalise un début de saison plutôt bon.

Vous dites que vous ne faites rien d'exceptionnel, mais quand même. Il y a moins de trois ans vous étiez en troisième division et il y a deux semaines, vous infligez 20 points à Brive, ex-pensionnaire de l'élite. Comment expliquez vous cette ascension fulgurante ?
Ce n'est pas non plus une victoire surprise puisque ça fait deux ans qu'on figure bien dans ce championnat. L'année dernière, on finit cinquième ex æquo avec la Rochelle avec qui ça s'est joué à un point pour la place en demi-finales, donc ce n'est pas si étonnant. Ce que je demande aux joueurs, c'est de faire mieux d'année en année afin qu'il y ait une continuité comme on le fait depuis cinq ans. On a été champions en Fédérale 1 et maintenant on fait partie des équipes de Pro D2 qui sont respectées. On a l'un des plus petits budgets du championnat, donc on n'a pas forcément les meilleures individualités, mais on essaie d'avoir un collectif très fort, c'est très important pour moi. Je m'appuie beaucoup là-dessus, sur la cohésion du groupe aussi, afin que chacun soit en mesure de donner le meilleur et d'exprimer au mieux ses qualités. Ce n'est pas toujours facile, notamment à cause de l'arbitrage qui est disons... différent d'un week-end à l'autre. Il faut s'adapter à tout ça, essayer de gommer le négatif et conserver uniquement le positif, ce qui n'est pas évident.

"L'arbitrage est différent d'un week-end à l'autre"

Que voulez vous dire par "arbitrage différent" ?
Je ne fais référence à rien en particulier, mais je crois qu'à l'image de ce qu'on voit en Top 14, où le niveau de l'arbitrage est de qualité, il faudrait avoir la même chose en Pro D2. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de bons arbitres dans notre championnat, mais ils ne le sont pas tous. Je ne fais pas d'allusion en particulier, mais un petit ne devrait pas être arbitré de manière différente qu'un gros, c'est tout. L'année dernière, on rate la demi finale a un point face à La Rochelle et ça fait partie du rugby, mais si le résultat est lié à à autre chose que le sportif, je trouve ça dommage. Même si on avait le plus petit budget de Pro D2 l'an passé, on méritait autant que la Rochelle de figurer en demi finales.

Revenons à cette saison. Vous disiez que l'important était de faire mieux que la saison précédente et effectivement, c'est le cas depuis cinq ans. Dés lors, vu ce que vous avez réalisé l'an passé, quels sont vos objectifs pour cette saison ? L'accession en Top 14 est-elle envisageable ?
Je pense qu'il ne faut pas s'enflammer. Comme vous l'avez mentionné, il y a trois ans, on était en Fédérale (troisième division), donc gardons les pieds sur terre. Ce que j'essaie de faire comprendre aux joueurs, c'est qu'avec beaucoup de générosité, d'ambitions personnelles et collectives, on peut arriver à faire de très belles choses, comme on l'a déjà prouvé à plusieurs reprises. Je le répète, l'essentiel, c'est de mieux faire d'année en année, d'ailleurs ce n'est même pas un objectif, c'est mon travail. Vu tout le temps qui est investi dans la préparation, je considère ça normal. Cette année si on réalise nos objectifs, par obligation, on se retrouvera en demi-finales, ce qui serait un aboutissement par rapport à la frustration qu'on a accumulé depuis la saison dernière.

Qu'avez vous pensé de la prestation de vos joueurs lors du dernier match à domicile contre Massy ?
On a fait 60 minutes d'un très bon niveau. Après, on s'est un peu relâchés, ce qui est normal, je pense. On a produit beaucoup de jeu, ce que je demande aux joueurs, même si l'arbitrage ne le favorise vraiment pas. Je suis très content de notre prestation, mais il ne faut pas s'enflammer. On a joué contre Massy qui, avec tout le respect que je lui dois, est un promu qui a vécu un été compliqué. Cette équipe doit aussi prendre le temps de s'adapter à ce nouveau championnat. Je ne vais pas les dénigrer, loin de la, mais il faut garder les pieds sur terre.

"La défaite doit être insupportable"

C'est vrai que vous produisez beaucoup de jeu. Vous marquez énormément de points, mais vous en encaissez beaucoup aussi. Est-ce le prix à payer lorsqu'on est aussi performants offensivement ou y-a-t-il un équilibre à trouver ?
Oui, c'est sûr, mais seules les grandes équipes arrivent à trouver cet équilibre. Carcassonne n'en est pas encore une. Continuer à marquer autant d'essais, mais ne plus en prendre, vous vous rendez compte ? C'est normal d'alterner le bon et le moins bon dans un match, ce qui faut, c'est gommer les choses qu'on fait moins bien, ce qui demande beaucoup de travail et de maturité. Ce n'est pas facile, l'équipe est encore jeune puisque cela fait trois ans seulement que nous sommes professionnels. C'est quelque chose qui va venir avec le temps, mais il faut savoir être patients. Pour le moment il y encore du travail, mais heureusement d'une certaine manière, sinon je reste chez moi !

Pour votre prochain match, c'est un nouveau test qui vous attend avec le déplacement à Pau, une autre grosse équipe de ce championnat. Comment abordez vous cette rencontre ?
Avec toujours ce même état d'esprit. L'envie de mouiller le maillot, parce lorsqu'on décide de le porter, il faut le respecter, se défoncer quel que soit le terrain. Il faut surtout y aller avec l'envie de gagner. Les joueurs ne doivent plus supporter la défaite. C'est avec cette mentalité qu'on gagne les matchs. C'est ce que j'essaie d'inculquer aux garçons, même si pour certains, qui viennent de Fédérale, c'est un état d'esprit un peu nouveau. Je ne supporte pas de perdre, c'est dans ma nature, il faut aussi que ça soit le cas de cette équipe. Elle ne doit plus accepter de perdre. C'est vrai que Pau fait partie des grosses équipes du championnat. On va se confronter à ce qui se fait de mieux en Pro D2, mais en même temps, cela donne encore plus envie de jouer ce match et de l'emporter. Est ce qu'on va y arriver ? Je n'en sais rien, mais on va tout faire pour. En tout cas, on marquerait encore un peu plus les esprits après nos deux victoires consécutives, si on y parvenait.

Justement quelle sera la clé pour l'emporter ?
Il va déjà falloir être à la hauteur et livrer une prestation de qualité, ce qui veut dire essayer de ne pas rééditer ce qu'on n'a pas bien réussi à faire lors des matchs précédents et garder uniquement le positif. Je pense notamment à la concentration qu'on n'a pas su maintenir au même niveau systématiquement, notamment lors de notre dernier match contre Massy. Ensuite, c'est sur que Pau a beaucoup de points forts avec un collectif assez exceptionnel, mais cette équipe doit également avoir des failles. A nous de les trouver pour nous imposer.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...