Publié par Sylvain Labbé le 11 juillet 2012 à 20h30

A Béziers, l'inquiétude aussi...

Pro D2

Malgré la situation et la menace qui pèse sur le sort de l'ASBH, les joueurs biterrois s'avouent solidaires du vestiaire berjallien. (Maxppp)

A Béziers, l'inquiétude aussi...

De Bourgoin à Béziers, les conséquences de la situation du CSBJ, menacé de rétrogradation en Fédérale 1, rejaillissent sur l’ASBH et ses joueurs, toujours dans l’expectative quant à la division dans laquelle le club héraultais évoluera la saison prochaine. L’effectif, par l’intermédiaire de Provale, en appellent aux instances nationales.

Les développements autour de la situation du CS Bourgoin-Jallieu, rétrogradé en Fédérale 1 pour raisons financières, ne concernent pas seulement le club isérois. Présent mardi, à Béziers, Provale, le syndicat des joueurs professionnels, se fait le relais du témoignage et surtout de l'inquiétude qui prévaut depuis plusieurs semaines dans les rangs de l'effectif de l'ASBH, suspendu désormais au recours devant le CNOSF d’un CSBJ, reçu mercredi par l'instance olympique.  

Dans l’attente, Béziers, relégué sportivement en Fédérale 1, garde l'espoir d'un repêchage dans le cas où la rétrogradation pour raisons financières des Berjalliens venait à être confirmée. Un espoir que domine pourtant "l'incertitude concernant la division dans laquelle nous allons évoluer la saison prochaine", expliquent les joueurs biterrois dans un communiqué, relayé par Provale ; une situation qui "rend notre situation sportive et personnelle très difficile, d'autant plus que certains d'entre nous pourraient se retrouver sans emploi si le club restait en Fédérale 1". Et d'en appeler aux instances dirigeantes concernées (LNR, FFR, CNOSF, Clubs de Bourgoin et de Béziers) afin de régler la situation le plus rapidement possible. Même si à seulement six semaines de la reprise de la saison de Pro D2, Bourgoin, dans le cas où la mesure de rétrogradation était entérinée par le CNOSF, pourrait encore saisir le Tribunal Administratif.

Des Biterrois qui, loin de jeter la pierre à l’ensemble du club berjallien, s’estiment victimes collatérales de l’inconséquence de certains dirigeants peu scrupuleux et se montrent surtout solidaires du vestiaire isérois : "Nous nous associons aux joueurs du club de Bourgoin, qui traversent une situation au moins aussi délicate que la nôtre et nous regrettons qu’une fois encore le manque de rigueur dans la gestion des clubs prenne en otage plusieurs dizaines de joueurs". A Béziers, comme à Bourgoin, la reprise est gâchée.        

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...