Propos recueillis par PAUL LANDINT Pour , à Lyon le 23 août 2012 à 20h23

Nallet: "L'approche est la même"

Pro D2

Nallet l'avoue: ''J'ai été tout de suite adopté par le LOU''. (Maxppp)

Nallet: "L'approche est la même"

Une semaine après le Top 14, c'est au tour de la Pro D2 de reprendre ses droits dès ce week-end. Un championnat dont le LOU Rugby est le grandissime favori dans le sillage de ses deux compères Lionel Nallet et Sébastien Chabal. L'ancien capitaine des Bleus, s'il avoue ne rien changer à sa préparation, reconnaît la nécessité pour son équipe de s'imposer par le jeu.

Lionel, on imagine pas mal d'excitation à la veille de ce coup d'envoi de la saison...
Oui, pas mal d'excitation, beaucoup d'envie parce que c'est la reprise de la compétition, parce que c'est un nouveau club, c'est un nouveau groupe et j'ai envie de me tester sur cette Pro D2, de voir aussi ce que donne l'équipe en conditions de compétition. Donc, oui, beaucoup d'attentes et beaucoup d'envie.

C'est de la Pro D2, mais qu'est-ce que ça change ?
Rien. Il n'y a pas lieu d'avoir une approche différente. Je me prépare pareil et avant le match, je me préparerai comme je me suis toujours préparé. Il n'y a pas de différences à faire que ce soit du Top 14 ou de la Pro D2.

Malgré ces trois défaites en matches de préparation, sentez-vous votre groupe prêt à en découdre et à lancer ce marathon de la Pro D2 ?
Trois défaites, c'est vrai. On fait un premier bon match (défaite face à Clermont 31-19), le deuxième un peu plus moyen (défaite face à Grenoble 21-12) et un troisième nettement plus médiocre (défaite face à Oyonnax 22-14), mais en fin de compte, on a pu se jauger et se rendre compte de ce que sera la Pro D2. C'était un bon avertissement avant d'aborder ce premier match. On a eu la preuve contre Oyonnax qu'il fallait qu'on arrive à imposer notre jeu aux équipes, à imposer de la vitesse et que si l'on restait en attente, on devenait en fin de compte une équipe classique.

"Avoir un groupe qui reste sain..."

Du Racing au LOU, vous avez conservé le brassard de capitaine. Ce rôle de leader vous colle toujours et plus que jamais à la peau...
Ça faisait partie des discussions que j'ai pu avoir dès le départ avec les entraîneurs et le président, qui étaient désireux de me voir apporter mon expérience. Xavier (Sadourny, l'entraîneur) m'a demandé si j'avais toujours la volonté de continuer à jouer ce rôle. Ça ne me posait pas de souci particulier.

Comment pensez-vous gérer l'énorme attente née de cette saison dernière en Top 14 ?
Il y a les supporters, bien sûr, mais il y a aussi les joueurs et les dirigeants, tout le monde vise cette remontée. La meilleure façon de la gérer, c'est d'être performant sur le terrain. C'est donc de bien bosser la semaine, d'avoir un groupe qui reste sain et d'afficher toujours beaucoup d'envie tous les week-ends. Même si ce n'est pas toujours évident d'être performants sur toute une saison.

Dans cette Pro D2 si différente du Top 14, les équipes qui descendent de l'élite éprouvent régulièrement beaucoup de difficultés à s'adapter ?
Oui, c'est différent ; sur ce que j'ai en voir, c'est sans doute plus haché, c'est plus difficile d'enchaîner des phases de jeu longues, à plusieurs temps, et bien souvent, au bout de deux ou trois temps, ça s'arrête par une faute. L'enseignement tiré de nos matches de préparation, je l'ai dit, il faut qu'on arrive à imprimer un certain rythme lors de matches aux autres équipes. Si on propose un jeu à un temps, on deviendra une équipe quelconque.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...