Publié par Jean Temime le 8 septembre 2012 à 00h27

Péjoine: "Un match qui va valoir très cher"

Pro D2

Le Brive de Jean-Baptiste Péjoine affrontent Lyon ce week-end. (Maxppp)

Péjoine: "Un match qui va valoir très cher"

Relégué du Top 14 l'année dernière, le CA Brive redécouvre la Pro D2 cette saison. Onzième après une victoire contre Béziers et une défaite à Carcassonne, les Corréziens doivent "s'adapter à ce nouveau championnat très équilibré et très exigeant". Mais avec déjà 5 points de retard sur le leader lyonnais, l'équipe de Jean-Baptiste Péjoine n'a plus vraiment le temps, et doit s'imposer dans le choc qui l'oppose au LOU ce weekend pour sa grande première à domicile.

Jean-Baptiste, Brive est passé du Top 14 à la Pro D2 l'an passé. Quelles sont, selon vous, les différences entre ces deux compétitions ?
Les deux n'ont vraiment rien à voir. L'année dernière on pratiquait un jeu beaucoup plus léché avec un petit plus d'animation offensive. Cette année on voit que la mêlée, les ballons portés, le milieu de terrain sont des choses très bien maitrisées par les équipes. Donc c'est un jeu un peu plus agressif. C'est un autre championnat avec d'autres joueurs peut être un peu moins bons techniquement et moins mobiles mais plus agressifs au contact.

 Etes-vous d'accord pour dire que tout autre résultat que la remontée en Top 14 à l'issue de la saison serait un échec ?
Notre ambition est de nous qualifier pour les phases finales, après si on y parvient ça serait un échec de perdre en demi-finales ou en finale. Maintenant historiquement, très peu d'équipes qui sont descendues du Top 14 ont réussi à remonter l'année suivante, je crois d'ailleurs qu'il n'y a qu'un seul exemple, c'est Albi. C'est dire à quel point il est difficile de se sortir de ce championnat qui est à la fois très long et très exigeant.

 Justement comment expliquez-vous  la difficulté qu'éprouvent les équipes qui descendent en Pro D2 à retrouver le Top 14 ?
Je pense que c'est une question d'adaptation. Il y a beaucoup d'équipes qui sont habituées à ce championnat et pas forcément les joueurs de Top 14. Les matchs sont souvent plus rudes avec beaucoup de jeu au pied, beaucoup de mêlées, beaucoup de ballons portés ce qui demande souvent certain temps d'adaptation. On s'en est vite rendu comptes lors du dernier match contre Carcassonne où on prend trente points. C'est un championnat très long et très relevé et il faut être prêt tous les weekends si on veut être compétitifs.

 "On a pris une vraie déculottée" 

Après une victoire à Béziers (27 20) et une défaite à Carcassonne (34 14) quel premier bilan faites-vous de ce début de saison ?
Le premier bilan, on le fera après les cinq premiers matchs. On a un début de championnat compliqué, notamment du point de vue du calendrier, avec des déplacements à Carcassonne et à Aurillac et la réception de Lyon. On a réussi notre premier match à Béziers puisqu'on a ramené 4 points même si au niveau du contenu c'était moyen. Ensuite on est passés complètement au travers à Carcassonne. Là on s'apprête à recevoir le LOU qui est le favori de ce championnat. Ça risque d'être un match très compliqué qui va valoir très chermême si le championnat est encore très long. En tout cas on devrait avoir une meilleure idée de notre niveau et de là ou on se situe après cette rencontre.

 Pour revenir sur ce match contre Carcassonne. Comme vous dîtes vous êtes passés au travers, notamment en première période à l'issue de laquelle vous êtes menés 24-0. Que s'est-il passé ?
On a choisi de débuter contre le vent en première période. On savait qu'il fallait tenir le ballon et être guerriers aux quatre coins du terrain contre cette équipe pour encaisser le moins de points possibles mais on n'a pas réussi à le faire. On a raté notre première mi-temps, Carcassonne a pris le large et ensuite quand on joue avec quinze ou vingt points d'avance c'est toujours plus facile de se libérer. En deuxième mi-temps c'était un peu mieux même si ça reste très anecdotique par rapport à la prestation générale de l'équipe.

 Dans une interview accordée à la LNR cette semaine Didier Cassadei a déclaré avoir l'impression que les autres équipes se donnaient à 200% contre Brive, un ancien pensionnaire du Top 14. Ressentez-vous la même chose ?
Brive a un nom emblématique en première division, c'est un club qui a gagné aussi la Coupe d' Europe donc c'est sûr que nos adversaires sont toujours très motivés et se préparent peut être encore plus que pour les autres matchs lorsqu'ils doivent nous affronter. On l'a vu à Béziers où l'entame de match a été très dure même si on a su répondre présent au niveau de l'engagement physique. Par contre quand on n'est pas à 100% et qu'on joue contre une équipe qui au contraire en met encore plus que d'habitude, ça ne passe pas. On a pu le constater lors du match face à Carcassonne où on a pris une vraie déculottée.

" Lyon est encore plus fort que l'an dernier"

 Votre premier match à domicile contre le Lou, l'immense favori du championnat ne s'annonce pas facile...
Ça risque d'être très difficile c'est sûr. Pour moi Lyon est encore plus fort que l'an dernier lorsque l'équipe évoluait en Top 14. Elle s'est renforcée avec des grands joueurs qui ont beaucoup d’expérience comme Nallet et Chabal. Ils ont aussi une charnière performante, un centre très costaud et un cinq devant très solide et compact. On sait que c'est une équipe qui va être difficile à manier. La clé va être pour nous de réussir à les priver de ballons parce que lorsqu'ils ont la possession ils ont tellement de qualités qu'ils mettent très facilement en position délicate l'équipe adverse. Il faudra essayer de bien rentrer dans le match sans se mettre trop de pression non plus car il ne s'agit que du troisième match de la saison qui est encore très longue et surtout essayer de faire plaisir à notre public pour cette première à la maison.

Paradoxalement, l'an dernier vous avez perdu le match aller à domicile face au Lou mais vous vous êtes imposés sur leur pelouse pour le retour. Est-ce juste une coïncidence ou y a-t-il une pression supplémentaire lorsqu'on évolue à domicile ?
L'année dernière on avait très mal débuté la saison avec une défaite dans les dernières minutes contre Agen dont on a eu beaucoup de mal à se remettre. Après on a essuyé beaucoup de revers à domicile mais c'était un autre championnat. Aujourd'hui notre ambition est de jouer le haut du tableau donc il faut d'emblée monter à nos adversaires qu'il va leur falloir livrer un vrai combat s'ils veulent s'imposer chez nous. Ça doit commencer dès ce weekend avec la réception de Lyon.

D'une manière générale quel regard portez-vous sur le championnat de Pro D2 cette année qui donne l'impression d'être particulièrement relevé ?
Il est extrêmement relevé. Beaucoup d'équipes se sont renforcées avec des joueurs de Top14 qui nous rejoignent pour récupérer du temps de jeu. Il y a vraiment de bons joueurs de ballon, de bons joueurs de combat. La Pro D2 est très homogène. C'est vrai qu'il y quand même des favoris dont on fait partie avec Lyon, La Rochelle et Pau mais il y a aussi des équipes comme Carcassonne, Aurillac ou Oyonnax qui sont également très compétitives. Même des clubs réputés plus faibles comme Colomiers ou Auch arrivent à s'en sortir donc c'est un championnat très ouvert qui ne va rien laisser au hasard. A mon avis la profondeur de banc risque d'être un facteur déterminant lorsque pendant l'hiver, les premières blessures vont commencer à arriver parce qu’au niveau du 15 de départ, chaque équipe a une carte à jouer. En tout cas il va falloir se remettre en question chaque semaine si on veut tirer notre épingle du jeu.

Réagissez

Les blogs des joueurs