Publié par Be. C. le 24 août 2012 à 10h30

Trois questions pour une saison...

Pro D2

Chabal et les Lyonnais ont tenté d'aiguiser leurs crocs au mieux pour assumer leur statut de grandissimes favoris de cette saison de Pro D2. (Maxppp)

Trois questions pour une saison...

Une semaine après le Top 14, c’est au tour de la Pro D2 de reprendre ses droits. Relégué la saison dernière, mais doté d’un projet ambitieux articulé autour de ses deux poids-lourds, Sébastien Chabal et Lionel Nallet, le LOU apparaît comme le grandissime favori de cet exercice 2012/2013. Derrière, Brive et Pau notamment s'annoncent comme de solides contradicteurs. En bas du classement, Massy, Béziers et Colomiers semblent condamnés à lutter pour leur maintien.

Le LOU est-il intouchable ?

Inévitablement, le LOU se place en grandissime favori. Ne pas retrouver le Top 14 à la fin de cet exercice serait un énorme échec pour un club qui présente un projet des plus ambitieux. Fort d’un budget digne de l’élite, le club rhodanien a réalisé un recrutement plutôt clinquant, avec les arrivées de Lionel Nallet, ancien capitaine du XV de France, et son compère Sébastien Chabal. Désormais à la tête de l’équipe en compagnie de Tom Smith, Xavier Sadourny ne se cache d’ailleurs pas derrière son petit doigt, et ce malgré une campagne amicale ponctuée de trois défaites, face à Clermont, Grenoble et Oyonnax. "L’objectif reste le même à savoir terminer premier du championnat pour retrouver directement le TOP 14, explique le coach, sur le site du club. Mais nous savons que cette saison va être longue et difficile. Nous serons attendus sur tous les stades, on l’a encore vu ce week-end à Oyonnax : au coup de sifflet final, on aurait cru qu’ils venaient d’être champions de France."

Qui pour le deuxième ticket ?

Derrière le LOU, les outsiders seront nombreux à briguer une place dans l’ascenseur pour le Top 14. On peut ainsi citer La Rochelle, Dax ou Oyonnax, mais Brive et Pau comptent bien tirer leur épingle du jeu. Pour les Brivistes, c’est un sentiment de revanche qui doit animer les Coujoux. Bien en place tout au long de la saison passée en Top 14, notamment défensivement, les joueurs d’Ugo Mola, auquel a succédé Nicolas Godignon, se sont en effet écroulés dans la dernière ligne droite, pour se retrouver dans la zone rouge au plus mauvais moment. "Il faut qu'on arrête de penser qu'on va jouer les premiers rôles en Pro D2 sans y mettre le nez", prévient toutefois Guillaume Ribes dans La Montagne, après les trois défaites subies en match amical. Côté palois, finaliste l’an passé, le budget a été augmenté, les ambitions avec. "Vu la saison passée, c'est normal que les objectifs soient plus élevés, l'attente du président est compréhensible. Mais les deux équipes qui descendent ont un gros budget, La Rochelle ne va pas se manquer à nouveau. Carcassonne et Oyonnax ont recruté… Ce sera difficile, comme tous les ans, note David Aucagne, l’entraîneur béarnais, dans les colonnes de Sud Ouest.

Qui sous la menace ?

Promus la saison passée, Béziers et Périgueux sont redescendus immédiatement. Les Biterrois n’ont dû leur salut qu’à la relégation administrative de Bourgoin, et retenteront donc de se maintenir cette année. Une ambition qu’ils partageront sans doute avec des équipes comme Tarbes, Aix ou Auch, mais surtout les deux nouveaux promus, Massy et Colomiers. Pour leur première saison à ce niveau, les Massicois ne partent en tout cas pas battus. "Nous sommes bien préparés. Nous n’avons pas de complexe physique à nourrir, explique le troisième ligne Bakary Meïté, dans les colonnes du Midi Olympique. Massy veut jouer un jeu tout feu tout flamme. On va jouer au rugby comme je l’aime. Ce qui ne constitue pas une garantie de réussite. Nous maintiendrons nous ? Le début de championnat nous fournira une sérieuse indication."</i> De son côté, Colomiers, habitué à faire des allers-retours, compte bien s’installer en Pro D2, et a recruté en conséquences. "Notre place est en Pro D2 !, lance Alain Carré, le président, sur le site de la Dépêche. Mais un maintien acquis le plus tôt possible, sans attendre l'avant-dernière ou la dernière journée, insiste le président. J'espère que nous serons tranquilles quatre ou cinq journées avant."

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Tout le monde s’envoie"

    On a pu couper un mois depuis la tournée. Un mois de vacances, ça fait du bien.