Publié par Sylvain Labbe le 15 septembre 2012 à 20h25

A Castres, le BO lâche prise

Top 14

Kockott, auteur de 16 points, dont un essai, reste sur le nuage de son début de saison.

A Castres, le BO lâche prise

Après 4 victoires de rang, l'invincibilité biarrote est tombée ce samedi, à Castres, où le BO a une fois encore subi la loi de sa bête noire tarnaise (28-13). Malgré sa bonne entame, le club basque a pêché par indiscipline, cédant après la pause dans une situation d'infériorité numérique sanctionnée par l'inévitable Rory Kockott.

La fête est finie à Biarritz et Damien Traille sait siffler la fin de la récréation : "Il y a de la frustration, je pense qu'aujourd'hui on réussit une bonne entame, et puis après, on fait n'importe quoi, commentait le capitaine biarrot, invité à s'exprimer au micro de Rugby+ à l'issue de la première défaite des Basques cette saison. Face à des Castrais qu'ils n'ont plus battu depuis six matches, le trois-quarts centre et ses coéquipiers ont fini par lâcher prise, trop imprécis et surtout trop indisciplinés pour espérer mettre en péril les Tarnais dans leur citadelle de Pierre-Antoine inviolée depuis onze matches (*).

Déjà tangents le week-end dernier face à Montpellier, malgré une victoire en trompe-l'oeil, les visiteurs du jour ont été, comme en convient Traille, "beaucoup trop pénalisés ; on avait dit que Biarritz était avantagé. Je ne sais pas si on le dira encore après ce match. On ne peut s'en prendre qu'à nous même, la belle série s'arrête ; c'était tout beau, maintenant, on va voir comment on va réagir après une défaite. Un peu plus d'humilité fera qu'on sera plus performants...", veut-il croire. Une humilité dont les Castrais, il faut bien le reconnaitre, ne manquent pas, à l'image d'un collectif surpris d'entrée de match (voir par ailleurs), mais capable de retourner à la mine pour assumer son statut d'équipe la plus disciplinée à domicile et mieux mettre son adversaire à la faute. Et que dire d'un Romain Teulet, en manque de réussite face aux barres, qui sait s'éclipser pour un Rory Kockott toujours sur le nuage de son début de saison parfait.

Kockott, l'état de grâce

En bon capitaine, Traille ouvre la voie à ses partenaires sur ce geste de grande classe pour dominer Antonie Claassen à la réception de cette chandelle et initier l'action d'un premier essai express. Superbe, l'action laisse sur le flanc le n°8 sud-africain, mais aussi son compatriote Jannie Bornman ; elle permet surtout au BO de frapper d'entrée grâce au revenant Dane Haylett-Petty, à la conclusion de ce mouvement, parfaite alternance entre avants et trois-quarts, pour envoyer l'homme en forme du moment dans les rangs basques, l'ouvreur Julien Peyrelongue derrière la ligne (0-7, 2e). Castres n'a pas encore eu le plaisir de caresser le cuir et s'offre -une mauvaise habitude qui se répète en ce début de saison...- un handicap inutile, même si la botte de Romain Teulet (5e, 8e, 22e), titulaire en lieu et place de Rory Kockott ce samedi, en n°9, permet au CO de recoller au score (9-10).

Curieux ces Biarrots qui donnent l'impression de pouvoir frapper à l'envie lorsqu'ils se mettent en tête d'envoyer du jeu. Encore faut-il le vouloir et les Rouge et Blanc auraient plutôt tendance à s'endormir sur leurs lauriers précoces et à pêcher par indiscipline. "On est notre propre ennemi en ce moment...", déplore Jack Isaac, interrogé au micro de Rugby+depuis son banc. Des visiteurs qui peuvent s'estimer heureux de voir Teulet, une fois n'est pas coutume, échouer sur deux de ses tentatives à plus de 40 mètres (20e, 26e). Là où Benoît Baby vole la vedette à "Robocop" avec ce coup de pied réussi au-delà de la ligne médiane (9-13, 34e), même si Teulet répond avant la pause (12-13, 40e).

Il y a une semaine, la victoire biarrote face à Montpellier avait dû beaucoup à l'arbitrage et aux deux cartons jaunes plus que discutables infligés aux Héraultais. Une semaine plus tard et les deux avertissements qui vont plomber le match du BO au retour des vestiaires sont en revanche incontestables. Des écarts de discipline qui ont déjà valu à Traille l'avertissement sans frais de l'arbitre avant la pause. Sans effet. Wenceslas Lauret (45e), pour un acte d'antijeu évident, et Fabien Barcella (56e), pour avoir annihiler un essai, laissent leur paquet d'avants durant vingt minutes à quatorze. Une aubaine sur laquelle se jette Castres pour faire la décision. Rory Kockott signe son entrée en jeu d'un essai plein d'opportunisme, qui valide le break (19-13, 53e). Le meilleur réalisateur du Top 14 aligne la bagatelle de 16 points en 23 minutes grâce à cette avalanche de pénalités (57e, 65e, 69e), qui finit d'enterrer les derniers espoirs biarrots (28-13). Le CO reste bien la bête noire du BO

(*) Le Castres Olympique ne s'est plus incliné à domicile en Top 14 depuis le28 octobre 2011 et un revers face au Racing (19-23).

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Tout le monde s’envoie"

    On a pu couper un mois depuis la tournée. Un mois de vacances, ça fait du bien.