Publié par Sylvain Labbe le 6 juillet 2017 à 16h15

Ashton est venu "bronzer" à Toulon !

Top 14

Chris Ashton n'a pas hésité à tirer un trait sur le XV de la Rose pour rejoindre le Rugby Club Toulonnais.

Ashton est venu "bronzer" à Toulon !

A 30 ans, Chris Ashton, recrue vedette du RCT, ne manque pas d’humour à l’heure de justifier son choix de rejoindre le club varois pour les 3 prochaines saisons. 

"C’est facile à deviner… Je suis venu pour bronzer." Le teint déjà plus halé que de raison, Chris Ashton (30 ans, 39 sélections), s’il est aussi inspiré sur le terrain avec Toulon que le nouvel ailier du RCT l’a été lors de sa conférence de presse de présentation, alors l’international anglais a tout pour réussir du côté de Mayol. "Je suis allé une fois à la plage et j’ai pris un coup de soleil", raconte-t-il, hilare, face à la presse, avant de justifier son premier exil à l’étranger. "Plus sérieusement,j’avais besoin de changement. Après ma suspension (13 semaines pour avoir mordu un adversaire), j'ai compris que la sélection, c'était mort pour moi. C’était une occasion en or pour moi comme pour ma famille", explique l’un des meilleurs finisseurs de la planète rugby.

Ashton, en s’engageant pour les trois prochaines saisons avec le club varois, a peut-être tiré un trait sur le XV de la Rose avec lequel son compteur restera probablement bloqué à 19 réalisations, l’ancien joueur de Northampton et des Saracens n’en reste pas moins une véritable machine à marquer, crédité d’un total de 127 essais en club et nouveau recordman des essais inscrits en Coupe d’Europe (37) devant son nouveau coéquipier Vincent Clerc.

"Ash-Splash" et mauvais gestes

Voilà pour le côté pile, le plus positif, d’un joueur encore sacré Champion d’Europe avec les Sarries la saison dernière, avec un essai en finale à la clé face à Clermont - "son meilleur souvenir face à une équipe française" -, et dont Mourad Boudjellal aimerait sans doute qu’il marche dans les traces de son compatriote, un certain Jonny Wilkinson… Mais il faut aussi compter avec le côté face, nettement moins glorieux d’un Ashton souvent considéré à juste titre par ses adversaires comme par les supporteurs des équipes adverses comme arrogant et « dirty » (sale), comme on dit outre Manche, à la fois pour ses « Ash-Splash », les fameux plongeons au moment de célébrer ses essais dans l’en-but et pour ses suspensions à répétition pour de mauvais gestes.

"Je peux comprendre ça, lance la recrue toulonnaise. Mais quand je vois les enfants qui viennent me voir et qui adorent ça, c’est pour moi beaucoup plus important que quelques-uns qui n’aiment pas." Et tant pis pour ceux qui l’imaginent avant tout comme un mercenaire, venu monnayer ses talents à prix d’or sur les bords de la Rade… "Vous savez, j’espère jouer au moins jusqu’à mes 45 ans alors… Mais c’est un ensemble, c’est le bon timing pour changer (par rapport à ses déboires en Angleterre) après cinq très belles années avec les Saracens. Bien sûr, l’aspect financier a compté, mais ça n’a pas été décisif dans ma décision. (…) Quand tu regardes jouer Toulon à la télé, les joueurs qui sont passés ici et ceux qui sont présents actuellement... ça donne envie de jouer ici." Mayol ne demande qu’à voir… "Je n’ai joué ici qu’une seule fois et l’ambiance est énorme." Pour peu qu’il continue à affoler les défenses et le peuple rouge et noir lui pardonnera tout...
-------------------------------------------------------
(*) Chris Ashton a signé deux doublés avec les Saracens en remportant la Premiership (2015, 2016) et la Coupe d'Europe (2015, 2016) ; l'ailier anglais perd une finale de Coupe d'Europe face à Toulon (2014).  

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS