Publié par Laurent Duyck le 13 septembre 2012 à 15h58

Barcelone, les revoilà

Top 14

En avril 2011, le stade de Montjuïc avait fait le plein aux couleurs des Sang et Or. (Maxppp)

Barcelone, les revoilà

Plus d’un an après une première délocalisation couronnée de succès, sur le terrain avec alors une qualification pour le dernier carré de la H Cup et en tribunes, pleines pour l’occasion, l’Usap est de retour samedi à Montjuïc, l’autre stade de Barcelone, pour y accueillir cette fois-ci le Stade Toulousain à l’occasion de la cinquième journée de Top 14. L’affiche est belle, mais n’a pas fait l’unanimité.

Més que un partit ! (*) C’est l’Usap qui le dit et ce n’est pas tout à fait faux. Si ce n’est pas une première, ni pour le club perpignanais, qui avait déjà investi Barcelone lors d’un quart de finale de H Cup en 2011 contre Toulon, ni pour le Top 14, qui s’est exporté la saison dernière en Espagne (mais de l’autre côté des Pyrénées, à Saint-Sébastien), à travers le derby entre Biarritz et Bayonne, une délocalisation reste une affiche à part, plus encore lorsqu’elle est programmée à l’étranger. Fort du succès de son premier match à Montjuïc, l’autre stade de Barcelone qui avait quasiment fait le plein pour l’occasion, Perpignan a décidé de renouveler l’expérience, cette fois-ci dans le cadre du Top 14, la réception du grand Stade Toulousain, double champion de France en titre, étant l’occasion rêvée pensait-on pour faire de nouveau la fête.

La transhumance vers la capitale catalane s’accompagnera malheureusement de quelques nuages noirs. Parce qu’à l’instar de Guy Novès, volontiers grincheux à l’idée de passer les Pyrénées même s’il dit comprendre l’intérêt d’une telle initiative pour l’Usap - "Ce sont des contraintes supérieures. On va être obligé de partir plus tôt, le matin. De couper le voyage en deux. C'est vraiment un périple dont, quand même, on aurait pu se passer", a confié l’entraîneur en chef du club toulousain – ce choc de la cinquième journée n’a finalement pas fait l’unanimité, seules 25 à 30 000  personnes étant attendues samedi après-midi dans les tribunes du stade olympique.

Paul Goze, le président de l’Usap, le chef d’orchestre de ce rapprochement avec le grand Barça, y voit le signe de la crise qui frappe de plein fouet l’Espagne, mais aussi les conséquences d’un début de championnat poussif de son équipe. Si bien que le côté folklorique de cette rencontre passe presque au second plan. "C’est un match important, qu’il faut gagner", prévient ainsi le demi de mêlée Florian Cazenave, pas rassuré de voir débarquer peut-être si tôt dans la saison ce match au point de réclamer la clémence de ses supporteurs : "Il ne faudra pas être trop attentif au résultat, qu’il soit positif ou négatif, ce n’est que le début du championnat."

Ils seront là… et les autres devant leur télé

Vous l’aurez compris, l’Usap, qui souffre en mêlée par les absences de certains cadres dont son capitaine Nicolas Mas, s’avance sous pression, loin de la marée humaine joyeuse et festive qui avait envahi Barcelone le 9 avril 2011 et prolongé cette ambiance tard dans la nuit après la victoire (29-25). "On n'a que des bons souvenirs de Montjuïc, avoue Cazenave à l’évocation de ce quart de finale européen contre Toulon. Dans ma petite carrière, c’est même l’un des meilleurs. On est très heureux de revoir ce stade."

Des joueurs qui se sont prêtés de bonne grâce à la campagne de promotion du club - intitulée "Ils seront là, et vous ?" – au même titre que certains élus locaux, comme Jean-Marc Pujol (maire de Perpignan), Christian Bourquin (président du Conseil régional du Lanquedoc-Roussillon) ou Jean-Paul Alduy (président de Perpignan-Méditerranée communauté d’agglomération), le chanteur Cali toujours prêt de son club de cœur, ou d’anciens glorieux anciens comme Jean-François Imbernon, Sébastian Bozzi ou Manny Edmonds, qui ont tous promis de se rendre au stade.

Ils seront là, et vous monsieur le président de la LNR ? Sondé par L’Indépendant, Pierre-Yves Revol a botté en touche, ajoutant faire son possible pour s'y rendre. En attendant, il saluait cette nouvelle initiative du club catalan. "C'est une belle promotion pour le rugby, note-t-il dans les colonnes du quotidien régional. Culturellement, c'est assez fort pour l'USAP et la Catalogne. Pour avoir assisté au quart de finale de H Cup, il y a un véritable intérêt des dirigeants du FC Barcelone, une vraie curiosité des dirigeants des clubs catalans."

Et qu’importe si le stade n’affichera pas complet pour l’occasion: "Même si cela ne correspond pas aux attentes du club, 25 000 spectateurs, c'est quand même une affluence qui est loin d'être ridicule. Au football, en dehors du PSG, l'OM et Lyon, peu de clubs arrivent à réunir autant de spectateurs." Alors que la fête soit belle !

(*) Plus qu'un match.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Tout le monde s’envoie"

    On a pu couper un mois depuis la tournée. Un mois de vacances, ça fait du bien.