Publié par Thomas Siniecki le 26 octobre 2012 à 18h34

Blin: "Plus de concurrence"

Top 14

Mathieu Blin, au côté de David Darricarrère sur le banc d'Agen. (La Dépêche du Midi)

Blin: "Plus de concurrence"

A la veille de recevoir Castres samedi pour la neuvième journée de Top 14, Mathieu Blin se montre satisfait du comportement affiché la semaine dernière par ses troupes lors de la deuxième journée de Challenge européen, lors de la défaite concédée in extremis contre Bath (22-27) dans la poule 4. Si le chantier reste encore important à Agen, le travail sur la mêlée commence à porter ses fruits de la part de l’entraîneur des avants.

Mathieu, même si l’équipe a été largement renouvelée, avez-vous été rassuré par la prestation de vos joueurs contre Bath ?
Rassuré, non. Mais très satisfait du comportement des gars, car ça a effectivement tourné sur beaucoup de joueurs. Et en face, c’était Bath et pas Calvisano, même s’il s’agit de la meilleure équipe italienne engagée en Challenge. Mais Bath est en milieu de tableau en Premiership, et on gagne jusqu’à la 79e minute et 30 secondes… En face, ils avaient six internationaux et un champion du monde en n°10, alors qu’on avait beaucoup de jeunes. Au niveau du comportement et des attitudes, on a vu des gestes techniques et des gestions stratégiques de très haut niveau, alors que d’habitude... Et ça, c’est très bien pour le club, pour le groupe qui en train de s’homogénéiser un peu. Après, c’est encore une défaite. Donc il faut mesurer l’importance de ce qu’on a réussi. Il y a beaucoup de choses positives dans l’analyse individuelle, très constructives. Mais malgré tout, c’est dans la défaite.

Ce match est-il de nature à bouleverser la hiérarchie dans la composition de l’équipe ?
Non, parce que ce serait monter les uns contre les autres. On est dans le même groupe. C’est extrêmement bien que les jeunes saisissent les opportunités, mais ça ne veut pas dire que le travail n’est pas satisfaisant de la part des anciens, de ceux qui ont plus d’expérience. C’est plus dans l’homogénéité. Evidemment, ça remet plus de concurrence à l’entraînement. On l’a senti dès cette semaine, et il faut rappeler qu’on est des partenaires et non des adversaires. On travaille pour les mêmes choses. Mais bouleverser, non. Il ne faut pas aller trop vite. Ce ne serait bien ni pour les plus jeunes, ni pour les plus vieux.

"On est sur les rails"

Le gros travail que vous avez eu à effectuer sur la mêlée porte-t-il ses fruits, car Agen partait de loin ?
Je trouve qu’on a quand même loupé le coche contre Bayonne. Pas qu’on devait gagner, puisqu’on en a pris 40. Mais on a perdu avec beaucoup de choses insupportables, à savoir 27 points pris sur des fautes directes. On est 12e, certes très près du huitième, mais on demeure 12e alors qu’on aurait pu avoir plus de confort. Par rapport à la mêlée, on était à 52% de possibilités d’utilisation de nos ballons la saison dernière, et là on est à 67%. De manière factuelle, c’est très positif de gagner 15%, même si on reste quand même à 67%... On a aussi gagné une dizaine de pourcentages sur la capacité à contrer la mêlée adverse. La saison passée, l’adversaire pouvait jouer 83% des mêlées, et là on est à 74%. On a une petite baisse sur la touche, ce n’est pas que ça s’équilibre mais… On a parlé et reparlé de ces maux autour de la mêlée, et on en est là.

De manière plus globale, comment définiriez-vous le début de saison de votre club ?
Ça a été quatre mois de rencontres, on vit ensemble depuis très peu de temps. Il y a eu beaucoup de changements à tous les niveaux. On ne fait pas mieux que ce qui a été fait avant, on fait comme on est, "Darri", Philippe Sella et moi. Si on considère toutes les évolutions intervenues, on est sur les rails. En sachant très bien que le précipice, à droite et à gauche, peut vite être très présent et très profond.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...