Publié par Sylvain Labbe le 16 février 2017 à 17h25

Boudjellal verra le LOU avec… Macron !

Top 14

Mourad Boudjellal l'avoue: "En onze ans, je n'avais jamais poussé une gueulante à la mi-temps."

Boudjellal verra le LOU avec… Macron !

Toulon, pour son match du rachat samedi, à Mayol (20h45), face à Lyon, pourra compter sur un supporteur inattendu avec la présence dans les tribunes d’un certain Emmanuel Macron, le candidat à la présidence de la République, invité de Mourad Boudjellal.

"Y a-t-il des questions rugby ?" Mourad Boudjellal a beau sonder son auditoire sur les enjeux de la rencontre à venir, pourtant annoncé comme le match du rachat quinze jours après le camouflet infligé par La Rochelle - "si on devait perdre, il est certain que ça compliquerait largement la saison…", convient-il – le président toulonnais aura beaucoup moins parlé de la confrontation face au LOU samedi, à Mayol (20h45), lors de sa conférence de presse que du dispositif de sécurité renforcé autour de l’enceinte toulonnaise et… de la présence d’un invité surprise dans les tribunes.

Adieu la coke pour Barba, bonjour Toulon ! https://t.co/KkVcn1U8FYpic.twitter.com/TJixPV4GXE

— Europe1 Sports (@sports_fr) 14 février 2017

En pleine campagne présidentielle, c’est Emmanuel Macron, ancien Ministre de l’économie et candidat du mouvement « En marche ! », qui fera le buzz en venant assister à ce match de la 18e journée du Top 14 au côté du patron du club varois, dont il sera l’invité. "Je l’ai rencontré à Paris, il y a quelques semaines. Je lui ai dit: « Pourquoi ne viendriez-vous pas voir un match de rugby de haut niveau ? Ça vous changera des matches de Lyon ! », ai-je ajouté sur le ton de la plaisanterie. Et il m’a pris au mot", raconte Boudjellal, qui s’empresse d’ajouter qu’il ne « marche » pas pour l’ancien locataire de Bercy.

"Très choqué" par l’affaire Fillon

"Tous les candidats à la présidence de la République sont les bienvenus à Mayol, assure-t-il, rappelant notamment qu'un certain Benoît Hamon n'a pas caché qu'il était supporteur du RCT. Et si, par hasard, je devais un jour prendre une position, ce serait la position de Mourad Boudjellal et en aucun cas du Rugby Club Toulonnais. Donc j’accueillerai samedi soir, en tant que président du Rugby Club Toulonnais, M. Macron, ancien ministre et candidat à la Présidence de la République, comme j’accueillerai tous les candidats à cette élection. Mayol appartient à tout le monde. A tous les Toulonnais. Je ne me vois pas le droit d’empêcher quelqu’un de venir dans un lieu commun à tous. Je n’inviterai peut-être pas tout le monde, mais tout le monde sera bien reçu. (…) Quand il y a des candidats qui sont très clivant, c’est plus compliqué à accueillir, mais s’ils viennent, on les accueillera aussi." Boudjellal qu’il n’a pas fallu trop forcer pour livrer sa vision de la campagne.

"Très choqué par l’affaire Fillon, il lance: je ne conçois pas qu’il ne se soit pas retiré. Je n’ai pas d’antipathie particulière pour lui, mais quand on est candidat à la présidence de la République, on est altruiste. Quand on veut accéder au pouvoir, ça veut dire redonner aux gens l’espoir qu’ils nous ont donné, leur rendre quelque chose. Ce qui me dérange, c’est cette mentalité qui consiste pour un homme politique à dire: « Je donne aux miens. » S’il accède à la Présidence de la République, alors il va se dire: « Comment sécuriser les miens ? » C’est tout ce que je reproche." Il évoque pour le reste "une campagne à l’instar de ce qui se passe politiquement sur cette planète qui subit une crise identitaire majeure entre ceux qui veulent construire des murs et ceux qui veulent construire des ponts."

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS