Publié par Sylvain Labbe le 17 mai 2017 à 16h25

Carter: "Beaucoup de monde a essayé de nous salir"

Top 14

Dan Carter va-t-il redevenir le joueur dominant qui avait permis au Racing 92 d'être sacré champion de France l'an passé ? La question vaut pour l'ensemble du collectif francilien..

Carter: "Beaucoup de monde a essayé de nous salir"

Qualifié à l’arraché pour un barrage à Montpellier ce samedi (17h), dont ils sont loin d’être favoris, les champions de France du Racing 92, à l’image de leur star Dan Carter, veulent croire à leur capacité de résilience au terme d’une saison balayée par des vents si contraires.

Ça s’appelle une saison pourrie ou on ne s’y connaît pas… Si, comme le Stade Français ou le Castres Olympique, les récents champions de France ont vécu des lendemains qui déchantent, le Racing 92, sacré la saison dernière, à Barcelone, décroche lui haut la main le pompon des « emmerdes » en tout genre (affaire des corticoïdes, affaire Goosen, affaire Nyanga-Dulin, affaire Carter, affaire Williams): n’en jetez plus !

Dan Carter : "Toutes ces épreuves nous ont rendu plus forts" Entretien exceptionnel à voir ici ➡️ https://t.co/H15vbxHPOZ#ELP@racing92pic.twitter.com/JKqzxtaJ7k

— SFR Sport (@SFR_Sport) 16 mai 2017

Le club francilien a eu plus que sa part. Mais est parvenu à ses fins. Non sans mal. Avec cette qualification au forceps, validée lors de la dernière journée de saison régulière en tant que sixième et dernier qualifié, pour un barrage de tous les dangers que les Racingmen disputeront samedi, à l’Altrad Stadium (17 heures), face à des Montpelliérains grandissimes favoris. Et pour cause quand on sait que les Ciel et Blanc ont explosé pas plus tard que le 22 avril dernier, à l’occasion d’un match reporté joué sous le sceau de la polémique, mais surtout perdu dans les grandes largeurs par des champions de France proches du ridicule ce jour-là (54-3).   

Outragé, brisé, mais… libéré ?

Un revers dont l’ampleur a frappé les esprits, au moins autant que le contexte délétère dans lequel il a été enregistré. Même si, un petit mois plus tard, les joueurs de Travers et Labit ont tout oublié. Ou presque. Les blessures de cette saison en enfer ont entretenu la soif de revanche de ce groupe, que traduit aujourd’hui un Dan Carter, lui-même rattrapé par ce mauvais vent, jusque dans sa virée nocturne trop alcoolisée.  

"Ça a été une saison difficile, une saison avec beaucoup de péripéties, reconnaît l’ouvreur néo-zélandais dans un entretien exclusif accordé à SFR Sport. Nous n’avons pas aussi bien joués que j’aurais pu l’espérer, mais on s’est formidablement bien battus. On a une équipe avec un vrai « fighting-spirit », on joue les uns pour les autres. C’est important d’avoir atteint les barrages du Top 14, c’est énorme après tout ce que nous avons traversé cette saison", convient-il.

Ce Racing outragé, ce Racing brisé, ce Racing martyrisé, mais ce Racing… libéré ? Ça reste à voir, même si Carter, qui possède une certaine expérience, mais sans doute moins des équipes dans le dur que des équipes dominantes, se dit convaincu de la capacité de résilience de ses coéquipiers: "C’est vrai qu’on a dû affronter beaucoup d’adversité, beaucoup de monde a essayé de nous salir. (…) Mais on a su rester fort, c’est vraiment la marque de cette équipe, ça signifie tellement que quand vous arrivez à atteindre les barrages après toutes les épreuves que le club a traversées, on sent qu’on est sur le bon chemin." Et ce groupe, malgré les épreuves, n’aurait jamais perdu la foi.

"On savait ce qui se passait vraiment au sein du groupe. En tant qu’équipe, nous avons appris à composer avec tout ça et s’il y a bien une chose qui n’a pas changé cette année, c’est que nous ne nous sommes pas désunis. Et chacun joue encore l’un pour l’autre." (…) "Je pense que tout ça vous rend plus fort. Quand les gens essaient de vous salir, vous avez deux options ; soit vous n’êtes plus performants, soit vous en tirez de la motivation pour briller encore plus. Et c’est ce qui s’est passé pour nous ces dernières semaines." N’en reste pas moins une réalité avant ce barrage dans l’antre de Montpelliérains passés tout proches d’une qualification directe en demi-finales: "Ce sera très dur pour nous, leur équipe est vraiment en forme, elle joue un rugby fantastique, elle nous a littéralement laminés il y a trois semaines." Mais puisque ce Racing revient de si loin…  

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS