Publié par Laurent Duyck le 9 septembre 2012 à 22h52

Clermont à l’usure

Top 14

Napolioni Nalaga a débloqué son compteur et inscrit son premier essai depuis plus de deux ans pour l'ASM.

Clermont à l’usure

L'ASM est toujours invaincue à domicile depuis novembre 2009 mais ça ne s'est joué à rien. A deux points pour être précis, l'écart qui a séparé le Racing-Métro 92 d'un exploit en clôture de la quatrième journée du Top 14 (13-12). L'équipe francilienne, qui a peut-être perdu Dambielle pour longtemps, se console avec le point de bonus défensif pour rester dans la bonne moitié du classement avec les Auvergnats, quatrièmes derrière Toulouse.

La série d'invincibilité à domicile de l'ASM, qui s'étend désormais à 45 victoires de rang depuis une défaite contre Biarritz en pleine période internationale un soir de novembre 2009, n'a tenu qu'à un fil dimanche en clôture de la quatrième journée du Top 14 (13-12). Si Jonathan Wisniewski ne donnait que 10% de chances à son équipe de réussir l'exploit de s'imposer à Marcel-Michelin, le Racing-Métro 92, qui avait visiblement bien préparé son affaire, n'était pas loin de quitter l'Auvergne avec les poches pleines. Au final, les Franciliens doivent se contenter du point de bonus défensif, un point, ce qui a suffi aux Clermontois pour décrocher leur troisième victoire en quatre matches et suivre tant bien que mal le rythme imposé en ce début de saison par le RC Toulon.

A la sortie de ce combat féroce, l'écart entre les deux équipes étaient aussi minces que la joie affichée dans les deux camps. "C'était un match très rude, le Racing était venu pour faire un résultat et on a eu du mal à mettre notre jeu en place", reconnaissait Wesley Fofana, le centre international de l'ASM, au micro de Canal+, avant de se montrer rassurant: "Il y a des choses à régler mais ce n'est que le début de saison, on repart avec une victoire, on va pouvoir travailler sereinement." Même sentiments partagés du côté de son homologue francilien, Fabrice Estebanez, qui a rapidement glissé à l'arrière en cours de match: "La fierté, elle y est mais c'est la déception qui prédomine pour l'instant. Mais on a prouvé qu'on était un groupe qui travaillait bien. On fait encore des petites fautes que ces équipes ne font pas. Ça montre qu'on peut encore progresser."

Dambielle casse, le Racing aussi

A la mi-temps, l'ancien Briviste y croyait. Et il avait raison. Malgré un essai rapidement encaissé, oeuvre de l'ancien chouchou en reconquête de Marcel-Michelin, le Fidjien Napolioni Nalaga, servi en bout de ligne pour inscrire son premier essai depuis près de deux ans avant sa disparition sans explication, le Racing s'est accroché pour basculer, déjà, avec un point de retard sur l'ASM grâce à la botte de Dambielle, remplaçant au pied levé de Wisniewski, blessé (7-6). "On ne doute pas de notre jeu, on ne doute pas de notre force. C'est dommage, on rate une occasion mais ça va payer, j'en suis sûr, on est en train de les faire douter", commente alors Estebanez à la sortie d'une première période marquée par de nombreuses prises de becs, preuves de la tension et de la nervosité affichées par les deux formations.

La pause est propice à calmer les esprits sauf celui de Julien Bardy, qui, en marchant sur un adversaire au sol, ne récolte qu'un carton jaune (43e). En son absence, le pack francilien en profite pour mettre les avants clermontois au supplice et obtenir une pénalité que convertit Dambielle pour donner l'avantage à son équipe (48e, 7-9). Machenaud, Szarzewski et Ducalcon, les trois recrues internationales du Racing, entrent dans la mêlée (52e) et le Racing appuie là où ça fait mal grâce à un drop de 50 mètres à la François Steyn d'Estebanez (55e, 7-12).

L'ASM plie mais ne rompt pas, à l'image de Morgan Parra qui passe une première pénalité (58e, 10-12), au contraire du genou de Dambielle. Une douleur qui s'accompagne de la pénalité de la gagne signé Parra en réponse à un écran de Chavancy sur une chandelle (64e, 13-12). A l'usure, les Clermontois, pas loin d'inscrire un deuxième essai en fin de match sur un ballon de récupération conduit jusqu'à la ligne adverse par Fofana (71e), auront finalement eu raison de la résistance du Racing. Deux équipes qui se sont peut-être déjà donné rendez-vous pour les phases finales...

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...