Publié par Sylvain Labbe le 5 octobre 2017 à 18h15

Découvrez le pschitt Altrad…

Top 14

Mohed Altrad n'a que faire de la défiance des autres présidents du Top 14.

Découvrez le pschitt Altrad…

Mohed Altrad n’a que faire de la défiance de ses pairs, ulcérés par le conflit d’intérêts né des contrats passés avec la FFR et son président Bernard Laporte. Le président montpelliérain est convaincu que rien ne peut lui être reproché. Même pas le sponsoring maillot du XV de France pour un prix défiant toute concurrence. 

Droit dans ses bottes. Mohed Altrad et son club de Montpellier peuvent bien être désignés plus que jamais comme les moutons noirs du Top 14 et du rugby français, le président du MHR n’a que faire des critiques. Dimanche dernier, lors d’une conférence de presse en marge du nouveau carton signé par son équipe aux dépens de la lanterne rouge briviste sur la pelouse de l’Altrad Stadium (54-10), Altrad a balayé d’un revers de main les accusations qui, depuis les révélations sur les affaires qui l’ont lié à Bernard Laporte et le lient encore à la Fédération française de rugby (FFR), pèsent sur lui.

"En tant qu'entreprise, j'ai travaillé avec Bernard Laporte par le passé. J'ai cherché à retravailler avec lui lorsqu'il est devenu président. On l'a fait en toute bonne foi. Après, on m'explique que cela pose un problème moral, éthique. La moralité, c'est la science du bien et du mal. (...) Je ne suis poursuivi de rien. Je n'ai pas commis de crime", a-t-il martelé, après avoir tout de même renoncé au fameux contrat d’images, d’un montant de 150 000 €, avec la société de Laporte. Le patron du leader du Top 14 affiche sa totale sérénité dans l’attente des conclusions de l’enquête du ministère des Sports. Mais si Laporte, au cœur de la tempête, a pu par son mode de défense faire penser par moments à un François Fillon acculé lors de la dernière présidentielle, ce sont bien des accents chiraquiens que prend Altrad.

"L'accalmie est là car toutes les cartouches ont été tirées, assène-t-il. Tout cela, comme dit un homme célèbre, fera pschitt. Ça s'arrêtera. D'ailleurs, ça s'est arrêté car il n'y a plus de cartouche." Une forme d’impunité, comme si les accusations de conflit d’intérêts, qui agacent, et le mot est faible, les autres présidents du Top 14, n’avaient pas de prise sur lui. D’ailleurs, sa volonté de poursuivre et de valider sur le long terme le sponsoring maillot du XV de France reste plus que jamais d’actualité. On le comprend à un prix si attractif, comme l’a révélé le JDD le week-end dernier, de 5,4 M€. Quand le groupe d’assurances AIG verse 10 M€ par an pour s’afficher sur le maillot des All Blacks ou le groupe de téléphonie O2 débourse 8 M€ pour s’offrir la tunique de l’Angleterre. Mais surtout quand on sait que la Société Générale, parmi les partenaires historiques de la FFR, en est quitte de 5,2 M€ pour une visibilité qui se limite… aux tenues d’entraînement des Bleus. De là à penser que Laporte a bradé le maillot de l’équipe de France à son ami Mohed…  

Réagissez