Propos recueillis par S.L. le 4 juin 2012 à 20h46

Dusautoir: "Encore rien gagné"

Top 14

Capitaine Dusautoir suivi comme un seul homme par un Stade Toulousain plus solidaire que jamais. (Maxppp)

Dusautoir: "Encore rien gagné"

Tombeurs des Castrais en demi-finales (24-15), les Toulousains défendront leur titre de champion de France samedi, en finale du Top 14, face à Toulon. Le capitaine Thierry Dusautoir, au rendez-vous du Stade de France pour la 3e année consécutive, n'y voit pas une fin en soi, même si l'état d'esprit de sa formation au bout de cette saison si exigeante force, selon lui, déjà le respect.

Thierry, il a fallu puiser dans vos ressources pour venir à bout de ces Castrais totalement décomplexés...
Oui, bien sûr. C'est une demi-finale, mais quand on réussit à passer ce tour-là, c'est vraiment génial. Maintenant, nous allons nous préparer pour jouer une deuxième finale d'affilée. Avoir l'opportunité de défendre notre titre, c'est déjà un exploit en soi. On fera tout pour être à la hauteur et décrocher la cerise sur le gâteau au terme d'une saison dure et longue.

Vous allez jouer un troisième finale en trois ans au Stade de France: vous ne semblez pas mesurer l'ampleur de cette performance ?
Parce que la finalité est samedi. Aujourd'hui, on est satisfait d'avoir franchi cette étape, mais, on est aussi conscient qu'on a encore rien gagné. Le plus dur et l'essentiel reste à venir. C'est aussi ça le sport de haut niveau, le plus important, c'est toujours le week-end qui suit. On a cette expérience qui nous permet de ne pas nous enflammer et de rester concentrés sur cet objectif de devenir champion.

"C'est quelque chose de très beau que nous avons fait"

Avez-vous trouvé des motifs de vous rassurer en touche ?
Oui, nous avons énormément travaillé. Le fait de ne pas avoir eu de bons ballons ces dernier mois nous a obligés à travailler sur nous-mêmes et à nous concentrer sur cette phase de jeu. Il fallait que ça redevienne un point fort. Aujourd'hui, ça a été déterminant. Et ce n'est pas rien face à Castres, qui a une des meilleures touches du championnat.

Quel discours avez-vous tenu quand votre équipe s'est retrouvée à treize contre quinze ?
A treize... à douze même car je n'étais pas très bien. Mes mots, c'était surtout récupérer du coup de genou que j'avais reçu de Masoe sur la tempe. J'étais concentré sur moi-même. A vrai dire, je n'ai pas trop parlé. L'équipe a fait preuve d'une solidarité à toute épreuve, nécessaire dans ces moments-là. C'est quelque chose de très beau que nous avons fait. Rester compétitif et ne rien lâcher à treize, c'est vraiment fort. Réussir à ne pas céder de terrain, comme on l'a fait, cet état d'esprit est vraiment fantastique. Maintenant, nous allons profiter au maximum de cette journée supplémentaire de repos pour préparer au mieux notre finale.

A défaut de retrouver la maîtrise de votre jeu, on a senti que le Stade Toulousain avait fait parler l'orgueil...
Oui, Il faut surtout féliciter Luke McAlister pour son grand match et sa super gestion au pied. Mais toute l'équipe a répondu présente. Face à une équipe de Castres qui n'a rien lâché du début à la fin, même si nous avons dans un premier temps marqué le coup, nous avons su maîtriser notre fin de match. Et c'est notre expérience qui nous a permis de passer ce tour.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Plutôt positif"

    Des nouvelles de Fulgences Ouedraogo, après trois journées de Top 14. 

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...