Publié par Sylvain Labbe le 29 juillet 2013 à 00h15

Dusautoir à l'épreuve du temps

Top 14

Dusautoir à l'épreuve du temps

A bientôt 32 ans, Thierry Dusautoir s’apprête à entamer sa huitième saison avec le Stade Toulousain. Et le capitaine de l’équipe de France, s’il ne subit pas encore le poids des ans, reconnaît qu’une page s’est tournée à l’intersaison dans le vestiaire rouge et noir.    

"Les années passent et c’est ma dernière fois ici." Juin dernier, Auckland. Thierry Dusautoir, au détour d’un entretien accordé à RMC Sport, se retourne furtivement sur sa carrière pour se rendre compte qu’à trois jours du troisième et dernier test de la tournée de l’équipe de France en Nouvelle-Zélande, au pays des champions du monde, le capitaine des Bleus joue pour la dernière fois au pays des Blacks, qui deux ans plus tôt l’avait consacré meilleur joueur du monde à l’issue d’une défaite en finale du Mondial.

"J’espère que ce ne sera pas la dernière fois contre les Blacks, mais j’ai conscience que si je reviens ici, ce sera en tant qu'ancien joueur ou en tant que touriste. (…) il y a pas mal de jeunes joueurs, il fallait les accompagner et les guider dans cet apprentissage qu’est le match face à la Nouvelle-Zélande." A peine un mois de vacances plus tard et Thierry Dusautoir est de retour en club pour la reprise lundi dernier de l’entraînement du Stade Toulousain. 

Jauzion, Bouilhou et Poux ne sont plus là

L’occasion là aussi de mesurer le temps qui passe à l’heure d’entamer une huitième saison sous le maillot rouge et noir. "C’est assez frappant, en rentrant dans le vestiaire, de ne plus voir Yannick Jauzion, Jean Bouilhou ou encore Jean-Baptiste Poux, avoue-t-il sur le site du club. L’équipe a changé de visage, avec beaucoup de jeunes joueurs, mais tout cela reste dans l’ordre naturel des choses. Il faut maintenant apprendre à connaître ces nouveaux joueurs, qui vont apporter beaucoup de fraîcheur au groupe." Plutôt bienvenu après une dernière saison blanche, qui a suivi deux titres de champion de France en deux, même si Dusautoir se refuse à tout voir en noir.  "Elle reste correcte : nous sommes arrivés en demi-finale de championnat et en quart de finale d’une compétition européenne. Mais nous sommes des compétiteurs, nous voulons gagner des titres. D’où une certaine frustration en fin de saison. Au final, ce sont les meilleurs et les plus réguliers de la saison qui ont gagné chaque compétition."

Le Stade Toulousain a la chance d’avoir beaucoup d’internationaux dans son effectif. Nous sommes donc habitués à ce système de préparation. Il n’y a pas de surprise.

Thierry Dusautoir (flanker et capitaine du Stade Toulousain)

La surprise castraise et l’armada toulonnaise, dont les stars étrangères ont fait des merveilles. Et fini par convaincre Guy Novès de changer son fusil d’épaule en matière de recrutement en se tournant plus encore vers l’hémisphère sud notamment et des joueurs libérés des contraintes liées aux équipes nationales. Même si le Stade reste le premier pourvoyeur de l’équipe de France et doit comme toujours cet été sacrifier à une préparation à la carte en fonction de la reprise en ordre dispersé de ses joueurs. "Il est vrai que les joueurs arrivés plus tard auront une préparation physique moins importante. Chacun doit donc être le plus efficace possible afin de devenir compétitif très rapidement."

Rien d’insurmontable et certainement pas un handicap aux yeux du premier des Bleus : "Le Stade Toulousain a la chance d’avoir beaucoup d’internationaux dans son effectif. Nous sommes donc habitués à ce système de préparation. Il n’y a pas de surprise. Et tout le monde fournit beaucoup de travail, ce qui est très un bon signe pour la suite", devine Dusautoir, qui du haut de sa colossale expérience sait toute l’importance de ces semaines de dur labeur estival : "Pour le moment, nous n’avons pas évoqué d’objectifs précis pour la saison, prétend-t-il. Nous verrons au fur et à mesure, en fonction des blessures, du rendement et de l’absence des internationaux, quels seront les choix stratégiques à faire.  Le plus important en ce moment est de faire une bonne préparation.

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...