Publié par Sylvain Labbe le 3 septembre 2017 à 18h45

Force reste au champion !

Top 14

Damian Penaud, dont c'était la rentrée en tant qu'international tricolore, inscrit le 2e essai de la première victoire clermontoise cette saison.

Force reste au champion !

Dans un remake de leur finale victorieuse de juin dernier (22-16), les champions de France clermontois lancent, non sans mal, leur saison de Top 14 face au Toulon nouveau de Fabien Galthié (21-16), déjà prometteur en Auvergne.  

Si Vern Cotter marque son retour en Top 14 de son empreinte avec une équipe de Montpellier, qui caracole déjà en tête du classement après deux victoires bonifiées… face aux deux promus, Fabien Galthié ne veut pas être en reste. Le nouveau manager de Toulon, après une première sortie prometteuse face à Pau à Mayol, se serait bien vu frapper lui aussi un grand coup en revenant s’imposer ce dimanche, au Marcel-Michelin, comme aux plus belles heures de sa carrière au MHR.

Loin de l’impression de terrible impuissance laissée par une équipe en fin de cycle la saison passée, lors de sa dernière visite en Auvergne, lors d’un quart de finale de Champions Cup à sens unique (29-9), ce RCT nouveau va réussir une première demi-heure de haute facture. "On n’est pas venus ici pour jouer petits bras", rappellera au micro de Canal+ un Mathieu Bastareaud reconduit au capitanat.

"It’s not soccer !"

Des Toulonnais très en place, capables de sevrer Clermont de ballons en conquête directe et, grâce à la belle alternance du jeune Anthony Belleau dans la conduite du jeu, de faire mouche. Grâce au « Falcao de Toulon », comme l’a déjà surnommé Fabrice Landreau. Un Chris Ashton qui, derrière sa mêlée, bien servi par Sébastien Tillous-Borde, s’en va inscrire son 3e essai en deux journées. Et se rappeler au mauvais souvenir de l’ASM qu’il avait déjà châtié avec les Saracens en finale de la dernière Coupe d’Europe (3-10, 17e).

Ça a été compliqué, on est tombé sur une belle équipe de Toulon

L’ASM, dans l’obligation de réagir après son faux départ de Bordeaux, est à la peine. A l’image de ces deux maladresses de ses deux centres internationaux, Rémi Lamerat (28e) et Damian Penaud (39e), qui annihilent ses deux seuls opportunités de scorer. Et il faut bien une double supériorité numérique pour permettre aux joueurs de Franck Azéma de desserrer enfin l’étau adverse. « It’s not soccer ! » (Ce n’est pas du football !), lance Nonu à l’arbitre. Mais, au même titre que la charge, coude en avant, de Romain Taofifénua sur Viktor Kolelishvili (33e), la charge dans le dos, et loin du ballon, du double champion du monde sur Nick Abendanon, n’a rien à faire sur un terrain de rugby (39e). Une pénalité de Camille Lopez (35e) et un essai d’Alivereti Raka, le marqueur de la finale de juin dernier, malgré la défense sacrifice de Vincent Clerc, et Clermont vire en tête à la pause (11-10, 40e+2). De façon plutôt inespérée.

C’est bien à 15 contre 15 en revanche que les Jaunards trouvent à nouveau la faille dans la défense toulonnaise  grâce à ce jeu au pied rasant d’Abendanon sur lequel Penaud surgit pour aller planter le deuxième essai de son équipe (18-10, 52e). Un avantage que les coéquipiers de Damien Chouly, pourtant rattrapés par l’indiscipline avec ce nouveau carton jaune, infligé à Peceli Yato pour un autre plaquage dangereux (61e), sont tout près d’appuyer avec ce nouvel essai de Raka, refusé justement à la vidéo pour un en-avant préalable (64e). Deux pénalités de part et d’autre plus tard, et on flirte avec le score de la finale du dernier Top 14 (22-16). Mais c’est Clermont qui garde la main (21-16). Même si Toulon, fort de ce bonus défensif, peut légitimement penser que l’écart s’est réduit...

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS