Publié par Sylvain Labbe le 16 février 2017 à 21h45

L’autre contrôle positif de Carter

Top 14

Présent 24 heures plus tôt au Parc des Princes pour y assister à l'exploit du PSG face au Barça (4-0), Dan Carter a été rattrapé par la patrouille dans la nuit de mercredi à jeudi.

L’autre contrôle positif de Carter

Dan Carter a été contrôlé en état d’ivresse au volant de son véhicule dans la nuit de mercredi à jeudi. Le Racing 92, au cœur d’une saison plombée par les affaires, s’en serait bien passé. 

Voilà qui ne risque certainement pas d’apaiser Jacky Lorenzetti, le président d’un Racing 92 qui n’en finit plus d’enchaîner les déconvenues… Les champions de France, à la lutte pour la qualification en phase finale du Top 14 – huitièmes à un point du top 6 avant la réception de Brice samedi – après leur piteuse élimination dès la phase de poules de la Coupe d’Europe, vivent une saison plus que tumultueuse dans la coulisse. Après l’affaire des corticoïdes, en marge de la finale de Barcelone l’an passé, impliquant trois joueurs (Carter, Rokocoko et Imhoff), finalement tous blanchis, après l’affaire Goosen et après les contrôles positifs cette saison de Dulin et Nyanga, voilà donc l’écart de conduite de la star Dan Carter (34 ans, 112 sélections).

Le magazine people Closer révèle ainsi que le double champion du monde a fait l’objet d’un contrôle d’alcoolémie positif au volant de son véhicule dans la nuit de mercredi à jeudi, près des Champs-Elysées. Un taux de 0,98 grammes d’alcool par litre de sang a été mesuré, alors que le taux limite autorisé est fixé à 0,5 g./l. Pour ne rien arranger, le joueur néo-zélandais roulait sans son permis de conduire, qu’il avait oublié.

Actuellement blessé, Carter, qui manque à son club, contraint d’aligner à un poste d’ouvreur sinistré un jeune Espoir de 20 ans le week-end dernier, lors de la victoire face à Bayonne (59-20), était présent au Parc des Princes la veille de ce contrôle pour y assister en compagnie d’Ali Williams, autre légende all black, à l’exploit du PSG face au Barça (4-0). 24 heures plus tard, c’est par ses propres moyens qu’il a dû regagner son domicile, sans être placé en cellule de dégrisement, ni en garde à vue, alors que son véhicule était immobilisé. Un contrôle positif que Carter, prochainement convoqué devant le tribunal pour y connaître sa peine, ne pourra cette fois pas a priori contesté.   

Réagissez