Publié par S.L. le 20 août 2012 à 10h43

La 1ère journée au banc d'essai

Top 14

Lund, Peyrelongue et les Biarrots ne sont pas dupes de leur statut de leader. (Maxppp)

La 1ère journée au banc d'essai

"On va prendre le classement en photo". Dimitri Yachvili et le BO sont leaders du Top 14 à l'issue de la première journée et c'est déjà un évènement. Une ouverture marquée par 4 succès à l'extérieur, dont celui du Racing à Agen, grâce à un jeune buteur, Gaëtan Germain, pas loin de faire oublier Frans Steyn. Ouedraogo et Montpellier ont le blues. Enfin, Vern Cotter goûte pour la première fois la victoire à Bayonne.

DANS LE VESTIAIRE DU... : Biarritz Olympique
Le Biarritz Olympique est leader du Top 14 et ce simple constat suffit au bonheur de Dimitri Yachvili. "Que ça dure !, lâche, cité par RMC, le demi de mêlée international qui, comme tout un groupe, savoure l'instant présent. Les Basques, tellement soucieux d'enfin redémarrer du bon pied leur nouvelle saison pour ne pas retomber dans les travers d'une dernière saison galère, ont saisi l'opportunité de la réception du promu montois pour s'emparer seuls des commandes du classement à la faveur d'un succès bonifié (35-10). Cinq points et quatre essais inscrits, soit un point et un essai de plus que l'an dernier au soir de... la cinquième journée. C'est dire le soulagement dans les rangs biarrots !

"Ce n'est que symbolique mais ça fait plaisir. On va prendre le classement en photo et on va le garder quelque part, s'amuse "le Yach'". On sait très bien que les saisons ne sont jamais les mêmes". Et heureusement pour ce BO capable de signer une entame tout feu tout flamme pour mener (15-0) après treize minutes de jeu et les deux essais de Traille et Balshaw, mais aussi de perdre le fil de son match et de s'endormir sur ses lauriers pour relancer des Montois à la fois courageux et trop pénalisés, à l'image de ces trois cartons jaunes, pour pourvoir exister à ce niveau. "On s'est fait peur, mais le résultat est là, jugeait Jack Isaac sur le site du club. C'est sûr qu'il y a eu une toute petite période d'absence en milieu de rencontre et que Mont-de-Marsan revient dans le match". Le promu a eu l'opportunité de se rebeller, mais dès que Biarritz a remis le couvert, l'affaire était entendue avec ce troisième essai de Wenceslas Lauret. L'unique réalisation montoise signée Ricaud, qui privait un temps le BO du bonus offensif, prouvait toute la capacité de réaction des joueurs du président Blanco, à l'évidence capables de frapper à l'envie, ou presque, comme sur ce quatrième essai, oeuvre de Baby.

"D'un point de vue comptable, on est heureux, parce que ce sont cinq points dans la musette, appréciait le taulier Benoît August dans Sud-Ouest. Mais d'un point de vue rugbystique, je dirais être un peu inquiet parce que l'on sortait de trois matchs amicaux corrects. Là, on a eu vingt minutes très bonnes et à la sortie, on tombe dans nos travers (...) Honnêtement, et sans manquer de respect aux Montois, je pense que si aujourd'hui on reçoit Clermont, Toulouse, le Racing voire Toulon, on passe à la trappe. Il va y avoir une belle mise au point lundi, mais c'est mieux de le faire sur des victoires à cinq points que sur des défaites !". Biarritz a trop souffert pour ne pas rester en alerte: "Ce qui est sûr, c'est qu'il ne faut pas se mettre le bordel comme on se l'est mis la saison dernière, parce qu'on sait très bien que chaque année, on ne pourra pas refaire ce qu'on a fait. Ça demande trop de travail dans la tête et ailleurs. Maintenant, la saison 2011-2012 est passée, c'est une autre histoire". Qui s'écrira dès le week-end prochain, du côté d'Agen.

LE JOUEUR : Gaëtan Germain (Racing-Métro 92)
Première journée faste pour les buteurs, à l'image notamment des performances du Castrais Rory Kockott et du néo-Parisien Jérôme Porical, tous deux auteurs de 22 points, mais plus encore de Jonny Wilkinson, crédité d'un 100 % de réussite et de la totalité des points de la victoire du RC Toulon à Perpignan (15-21). S'il ne tutoie pas encore ces maîtres-artificiers, le jeune arrière du Racing, Gaëtan Germain, titulaire pour cette ouverture à Agen, a frappé les esprits dans la fournaise d'Armandie. Orphelin de Frans Steyn et de son coup de pied de mammouth, le club francilien s'est trouvé dans cet ancien Berjallien de 22 ans, débarqué au club la saison dernière, un nouveau tireur d'élite, capable de partager la charge de buteur avec Jonathan Wisniewski et surtout de claquer parmi ses 15 points deux pénalités des... 56 mètres, comme qui rigole, ou presque, dont celle permettant aux Ciel et Blanc de prendre le score à l'heure de jeu. Le tout sous l'oeil expert d'un Gonzalo Quesada qui aura apprécié en connaisseur.

LA PHRASE : "On n'arrive pas à sentir le début d'une histoire" (Fulgence Ouedraogo, capitaine de Montpellier sur RMC)
Le malaise est palpable à Montpellier. Déjà pas franchement mis en confiance par deux sorties en préparation perdues face à Bayonne (26-25) et au Stade Français (26-7), handicapé par les absences de ses six Argentins mobilisés par le Four Nations et autres blessés, le club héraultais a attaqué sa saison de la façon qu'il redoutait. Par un revers logique (32-16) sur la pelouse du Stade Français qui avait le don d'instiller le doute jusque dans l'esprit de son capitaine Fulgence Ouedraogo: "Forcément, commencer comme ça c'est compliqué parce qu'il y a peu de choses qui ont été positives aujourd'hui, commentait, dépité, le flanker, sanctionné lui-même avant la pause d'un des deux cartons jaunes de son équipe, symbole d'un collectif qui se cherche et se confond en pénalités (17 au total). Et cet aveu inquiétant. "On a pris peu de confiance sur ce match. On n'arrive pas à sentir le début d'une histoire, a-t-il déclaré sur RMC. On s'est encore loupé. On cherche des solutions, il faut continuer à travailler on ne désespère pas, c'est le premier match de la saison, on ne va pas baisser les bras de suite. Mais dès la semaine prochaine, c'est la réception de Clermont. Et on sait que eux ils sont prêts".

LA STATISTIQUE : 1
Comme la première victoire que les Clermontois ont su signer à Bayonne depuis six ans ! Jamais depuis son arrivée à la tête de l'ASM en 2006, Vern Cotter n'avait goûté le succès sur les bords de la Nive. Un manque comblé par des Auvergnats un temps réduits à treize, mais impeccables en défense et d'un froid réalisme pour mater l'enthousiasme des Basques (6-13). Aussi froidement que Cotter, en bon Néo-Zélandais, accueillait cette première: "Le plus important, c'est de repartir avec quatre points. Pour débuter une saison, c'est toujours mieux de gagner que de perdre. Et puis, le club a déjà gagné ici, non ?"

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Plutôt positif"

    Des nouvelles de Fulgences Ouedraogo, après trois journées de Top 14. 

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...