Propos recueillis par SYLVAIN LABBE le 6 août 2012 à 17h03

Landreau: "Ne rien s'interdire"

Top 14

Fabrice Landreau et son staff veulent faire de Grenoble l'une des 12 meilleures équipes de France.(Maxppp)

Landreau: "Ne rien s'interdire"

Trois saisons auront été nécessaires à Fabrice Landreau pour replacer Grenoble sur la carte du Top 14. A l'heure de renouer avec l'élite, le Directeur sportif isérois, persuadé de la pertinence et de la fiabilité des nouvelles fondations du FCG, ne s'interdit surtout pas de s'inspirer de l'exemple de Bordeaux-Bègles, brillant promu de la dernière saison.

Fabrice, pour avoir survolé sa saison de Pro D2, Grenoble a validé son accession très tôt. Comment avez-vous mis à profit cet avantage ?
On se dit toujours qu'on aimerait avoir un peu plus de temps. On aimerait avoir une ou deux semaines supplémentaires parce qu'on a envie de tout voir, d'être le plus précis possible, et surtout d'avoir le plus de vécu possible pour aborder ce début de championnat que l'on sait très important pour nous étant donné les adversaires qu'on va affronter d'entrée.

Avec huit semaines de préparation notamment, pensez-vous pouvoir affirmer que le FCG est prêt à aborder ce retour dans l'élite ?
Quant à savoir si on est prêts, on va être vite fixés entre nos deux premiers matches en allant jouer d'entrée à Bordeaux, qui s'est brillamment maintenu la saison passée, puis chez un demi-finaliste, à Castres. Avec ces deux rencontres, on va vite savoir où on en est. Notre accession très précoce au Top 14 nous aura en tout cas permis de cibler un recrutement important et de faire reposer des joueurs qui, depuis deux saisons, avaient passé beaucoup de minutes sur le pré. D'où un certain confort de ce point de vue-là. Mais comme toutes les équipes, on a pas mal de changements, quatorze arrivées, quelques blessés aussi, on aimerait que le groupe assimile les choses un peu plus vite. On va être sages, s'attacher à l'essentiel et essayer d'être dans les clous lors de ces premières journées.

Malgré une entrée tout aussi précoce sur le marché, le recrutement vous a-t-il permis d'arriver à vos fins ?
Il nous fallait trouver sept à huit joueurs destinés à remplacer ceux qui ont arrêté ou nous ont quittés ; et puis des joueurs complémentaires pour nous permettre de tripler les postes cette saison. Même si nous n'avons pas réussi à enrôler tous les Français qu'on désirait, malheureusement ; donc on a dû jeter un oeil sur l'hémisphère sud et le Super 15. On les suivait depuis pas mal de mois afin de bien identifier leur profil. Leur avantage, c'est qu'ils viennent de finir leur saison, ils sont en forme, ils sont opérationnels. Notre souci était également de les savoir complémentaires de nos propres joueurs et tout aussi capables de porter notre projet de jeu.

"Il faut que notre apprentissage soit très rapide"

Une première journée à Bordeaux-Bègles, n'y voyez-vous pas un clin d'oeil ? Le beau maintien de l'UBB ne peut-il pas être une source d'inspiration ?
Bien sûr, c'est une source d'inspiration pour tous. Comme Agen a pu l'être aussi, ou Montauban il y a de cela quelques années. Avec des budgets pas forcément conséquents, mais ils ont réussi grâce à leur état d'esprit, leur collectif, leur jeu proposé. A nous de savoir nous inspirer de ça, sans surtout se dénaturer, c'est l'essentiel, pour garder notre identité de jeu qui a fait notre force avec des fondamentaux solides. Et surtout ne pas être timides pour ne pas apprendre à nos dépens, il faut que notre apprentissage soit très rapide.

Lesdiguières en son temps était craint par la plupart des équipes. Refaire de ce stade une place forte de ce Top 14 est-il l'un de vos objectifs ?
Sans doute, mais ce qui nous importe surtout, c'est de montrer un esprit conquérant, de montrer des valeurs de courage, de combativité, mais aussi des valeurs offensives. Ce qui me semble essentiel, c'est de ne pas avoir de regrets à l'issue des matches en se disant : « Ah, si on avait été un peu moins restrictifs ! Si on avait tenté plus de choses... ». Autant d'ingrédients qu'il faudra savoir mobiliser pour bousculer la hiérarchie, en tout cas remporter des matches. Le Top 14 est ce championnat extrêmement relevé, peut-être truffé de stars, d'internationaux rompus à ces joutes, mais il ne faut s'interdire de rien. Qui peut le plus peut le moins.

Un cycle s'est achevé avec l'accession au Top 14. Persistez-vous à penser que celui vous vous apprêtez à entamer n'est pas forcément le plus dur ?
Ce qui est intéressant, c'est qu'on a réussi à franchir un cap, désormais, il nous faut réussir à nous installer durablement dans l'élite. Le futur challenge est là. Et la volonté qui anime ce club, que ce soit les joueurs, le staff ou les dirigeants, c'est de tout mettre en oeuvre pour garder cette place parmi les douze meilleurs clubs français. Ça va être une nouvelle épreuve, mais on l'attendait tous !

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Plutôt positif"

    Des nouvelles de Fulgences Ouedraogo, après trois journées de Top 14. 

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...