Publié par Laurent Duyck le 4 octobre 2012 à 20h14

Le CO n’est plus accro à Masoe

Top 14

Chris Masoe n'est plus là mais les responsabilités sont aujourd'hui dilués au sein du groupe castrais. (Maxppp)

Le CO n’est plus accro à Masoe

Ses entraîneurs ont tout fait pour le retenir. Chris Masoe a finalement répondu aux sirènes toulonnaises. Mais le Castres Olympique a bien digéré ce départ. S'il a perdu un leader, le club tarnais a gagné des joueurs plus responsables, presque libérés par ce vide laissé par le n°8 néo-zélandais. A confirmer vendredi contre Clermont en ouverture de la huitième journée.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. L'adage ne se confirme pas à Castres. Après avoir tout fait en fin de saison dernière pour le retenir, en vain, Laurent Labit et Laurent Travers, le duo d'entraîneurs du CO, qui pourraient eux-mêmes quitter le Tarn en fin de saison (les deux hommes doivent s'exprimer lundi sur leur futur qui pourrait s'inscrire du côté du Racing-Métro 92), ont appris à faire sans Chris Masoe, l'imposant n°8 néo-zélandais, nominé, au côté du Toulousain Luke McAlister et du Toulonnais Steffon Armitage, pour le titre de meilleur joueur de la saison 2011-2012. Et le rendement de l'équipe tarnaise, bien calée derrière le trio composé de Clermont, Toulon et Toulouse dans un peloton de prétendants aux barrages (derrière Biarritz, Montpellier, Grenoble et le Racing), ne semble aujourd'hui pas s'en ressentir.

"Chris reste le grand joueur que l'on connaît et qui continue d'ailleurs de faire les beaux jours de Toulon, note Laurent Travers, en charge des avants castres. Mais on a essayé de faire en sorte que les joueurs s'adaptent, même s'il ne faut pas oublier qu'il n'y avait pas non plus que Chris sur le terrain. Les joueurs ont répondu présent, tout le monde a su s'impliquer et faire ce qu'il fallait pour passer à autre chose."

Parmi eux, Antonie Claassen, le transfuge de Brive, qui reconnaît la difficulté à faire oublier son prédécesseur, devenu une idole à Pierre-Antoine. "Ce n'est pas facile de lui succéder mais je dois apporter mes qualités à l'équipe, j'essaie depuis le début de saison, expliquait-il avant le déplacement de sa nouvelle équipe à Toulon. Pour moi, les débuts n'ont pas été faciles, non pas à cause de l'ambiance, mais il fallait découvrir une nouvelle structure. Je progresse, comme l'équipe, mais ce n'est pas encore parfait."

A son crédit, le Sud-Africain, qui sera sur le banc ce vendredi contre Clermont (voir par ailleurs), semble avoir permis à ses coéquipiers de se libérer, en se concentrant sur le rôle ingrat de son poste : le jeu au près, la rigueur, la rugosité et la défense. "Chris avait beaucoup d'impact sur le groupe, il était un leader incontesté et incontestable, rappelle Travers. Ce qui est important, c'est que d'autres joueurs s'affirment et prennent le relais. C'est pour cela que l'on a cherché à responsabiliser chacun plus encore pour que l'on puisse compter sur le terrain, comme en dehors, un maximum de leaders, certains que l'on pressentait déjà, d'autres pour qu'ils commencent à éclore." Claassen, Tekori, Rolland, Caballero... Autant de joueurs qui ont profité depuis le début de la saison du vide laissé par Masoe pour prendre leurs responsabilités, laissant à penser que le pack tarnais n'a rien perdu de sa valeur. Aux Clermontois de s'y frotter...

Réagissez

Les blogs des joueurs