Publié par Richard Burgan le 22 septembre 2012 à 22h29

Le Racing en tremblant

Top 14

Les Franciliens ont souffert pour faire plier le BO à Colombes.

Le Racing en tremblant

Une semaine après sa victoire à Bayonne (18-25), le Racing-Métro est venu à bout de l'autre représentant basque, Biarritz (13-12), en match de clôture de la 6e journée de Top 14. Les Franciliens ont fait la différence par un essai de Saubade dès la 9e minute avant de souffrir et profitent de ce court succès pour grimper à la 5e place du classement derrière le BO qui subit une deuxième défaite de suite.

Le Racing-Métro a failli manquer ses retrouvailles avec son public de Colombes. Le club francilien est sorti vainqueur d'un affrontement très serré contre Biarritz (13-12) en clôture de la 6e journée de Top 14. Cela faisait trois semaines que les hommes de Pierre Berbizier  n'avaient pas posé un crampon sur leur pelouse en raison de deux déplacements consécutifs. Passés près de l'exploit à Clermont (13-12), ils avaient ensuite fait le plein de confiance en l'emportant à Bayonne (18-25). Néanmoins, la perspective d'un tête-à-tête avec l'autre club basque promettait d'être autrement plus difficile. Avant le coup d'envoi, le Racing pointe à la 7e place du classement avec trois longueurs de retard sur Biarritz, 3e. Le calcul est simple : une victoire lui pourrait lui permettre de passer devant son adversaire du soir.

Les Franciliens montrent dès le coup d'envoi leur intention de dominer le combat physique. Usant de passes après contact, ils tiennent le ballon pendant deux minutes et baptisent logiquement le tableau d'affichage sur une pénalité de Gaëtan Germain (3-0, 3e). Les Biarrots parviennent immédiatement à rééquilibrer les débats mais vont très vite déchanter en se sabordant. En tentant de dégager à quarante mètres de sa ligne, Julien Peyrelongue se fait contrer par Julien Saubade qui a la chance que le ballon lui colle à la main. Profitant de cette réussite bienvenue, le petit feu follet ne se fait pas prier pour accélérer sur son aile gauche et aller planter ce coup de poignard entre les perches du BO (10-0, 9e). Avant même le premier quart d'heure, le Racing fait déjà un mini-break.

Pris à froid, les Basques sentent la nécessité de se "secouer" selon le terme choisi à la mi-temps par Imanol Harinordoquy, spectateur de la performance de ses partenaires. La réaction d'orgueil des visiteurs est initiée par une mêlée dominatrice. Prenant le pas sur son homologue, elle offre la possibilité à Peyrelongue de se racheter de sa bévue de la 9e minute. Le buteur biarrot montre sa capacité à faire le vide en trouvant la mire à chacune de ses trois tentatives de pénalité. Son adresse au pied contribue à maintenir son équipe dans la partie à la pause (13-9).

37 minutes sans point

Les joueurs de Laurent Rodriguez restent sur leur lancée en début de deuxième période. En enquillant une quatrième pénalité dès la 43e minute de jeu, Peyrelongue permet à ses coéquipiers de sentir de plus en plus l'odeur d'un éventuel succès même s'il subit un premier échec deux minutes plus tard. Malgré tout, le public de Colombes commence à être victime d'une extinction de voix, sentant que ses protégés sont en danger. Le Racing multiplie les fautes et retient son souffle à la 72e minute de jeu. A la lutte dans un ruck, Lo Cicero ne fait pas l'effort de rester sur ses appuis et concède une pénalité qui peut faire basculer le sort de la rencontre.

A huit minutes du terme, Peyrelongue a la balle de match au bout du pied, à près de quarante mètres des poteaux. Son coup de pied fuit la cible et a pour effet de crisper un peu plus la fin de la partie. Alors que Basques font le siège du camp adverse, les Franciliens durcissent leur défense et parviennent à préserver jusqu'à la sirène leur point d'avance après 37 minutes de combat sans point ! Leur soulagement au coup de sifflet final se ressent dans la voix de Maxime Macheaud. "On voulait remporter ce match pour valider la victoire à Bayonne, a indiqué le demi de mêlée du Racing. Ça n'a pas été parfait, pas grand-chose n'a fonctionné ce soir. On n'a pas su mettre notre jeu en place, on a péché dans la continuité, mais on a réussi à aller la chercher, on avait une bonne mêlée ce soir. On va se rattraper le week-end prochain."

Grâce à ce succès étriqué, le Racing se hisse à la cinquième place du classement à égalité avec son adversaire du soir. Éjecté du podium, Biarritz encaisse à Colombes sa deuxième défaite de rang après le revers à Castres (28-13). Le point de bonus défensif ne suffit pas à dissiper les regrets de Damien Traille. "On venait chercher autre chose, il y avait largement la place de faire mieux, a reconnu le centre international du BO. Sur la fin on peut gagner. Il y a eu une bonne remise en question par rapport à la semaine dernière, mais cela reste une deuxième défaite de rang avant le derby. Le week-end prochain, c'est le match qu'il ne faut pas perdre." Dimanche prochain, Biarritz retrouvera son voisin bayonnais dans son Parc des sports d'Aguiléra pour un derby basque qui promet d'être bouillant, un an après l'affaire Harinordoquy. De son côté, le Racing tentera de montrer un visage plus conquérant sur la pelouse de Grenoble.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Tout le monde s’envoie"

    On a pu couper un mois depuis la tournée. Un mois de vacances, ça fait du bien.