Publié par Christophe Lemaire le 6 septembre 2012 à 18h37

Le Top 14 fait sa rentrée

Top 14

La chasse au Bouclier de Brennus a été officiellement ouverte ce jeudi à l'occasion de la conférence de rentrée de la LNR.

Le Top 14 fait sa rentrée

Trois semaines après le début du Top 14, la Ligue nationale de rugby a sonné la rentrée des classes officielles à l'occasion de sa désormais traditionnelle conférence de presse d'avant-saison. L'occasion pour le rugby professionnel français de passer en revue les actualités, même les plus tendues, dans une ambiance cocktail.

Autour du Bouclier de Brennus, dans la foule des journalistes et des partenaires apprêtés pour l'occasion, les capitaines des quatorze écuries du Top 14 font exception avec leur tunique officielle estampillée saison 2012-2013. Dans un très chic restaurant niché au bord d'un étang dans le Bois de Boulogne, en périphérie de Paris, la LNR a convié les acteurs de la saison débutée mi-août. Si le lieu est habituellement propice au tir aux pigeons, pas de règlement de compte observé ce jeudi, même si les sujets qui fâchent n'ont pas été esquivés.

Aisément identifiable au milieu des costumes sombres avec son maillot des Jaunards, le Clermontois Aurélien Rougerie est un habitué. "C'est symbolique, formel, protocolaire, détaille le capitaine auvergnat. Mais c'est toujours bien de se retrouver hors contexte chaque début de saison, loin des matches et de la tension liées à la compétition." Plus loin, alors que l'Australien de Grenoblois Andrew Farley retrouve onze ans après en Mark Chisholm, son homologue bayonnais, un partenaire d'équipe nationale des moins de 21 ans, Jean Monribot est lui nullement intimidé. Le benjamin des chefs de meute rassemblés ce jeudi peut oublier un temps le difficile début de saison agenais (trois revers en autant de matches) : "Cela fait plaisir de discuter d'autre chose que de rugby entre capitaines. On peut être ennemis sur le terrain mais amis en dehors."

Confortablement installé dans un divan en plein soleil à siroter un jus de fruit, le troisième ligne de 24 ans, premier à avoir troqué son maillot pour une chemise de circonstance, discute de tout et de rien avec ses homologues. Mais aussi de l'épineux problème soulevé par les nouvelles règles en mêlée, le sujet de débats de ce début de saison. D'ailleurs, assis à ses côtés, Fulgence Ouedraogo fait partie des nombreux sceptiques. "On est très perturbés depuis la rentrée, explique le Montpelliérain. Changer les règles à ce point chaque année, c'est difficile pour les joueurs mais aussi pour le public qui, je crois, est un peu perdu. Il va nous falloir encore du temps pour nous adapter."

Revol ne sait pas encore s'il est candidat

Le différentiel entre football et rugby se réduit chaque année

Pierre-Yves Revol

Quelques dizaines de minutes plus tôt, entouré par sa classe de capitaines, Pierre-Yves Revol avait lancé les hostilités lors d'une conférence de presse en présentant le bilan de la saison dernière. Pour résumer, le bulletin scolaire de l'exercice 2011-2012 est jugé satisfaisant par le président de la Ligue nationale de rugby. Les chiffres en attestent. Même si les budgets des clubs de l'élite n'évoluent que très peu, "normal étant donné le contexte économique actuel" d'après Revol, ce dernier se réjouit du succès du Top 14 en tribunes. "Il y a beaucoup d'interrogations sur la qualité du jeu, sur l'arbitrage, mais je voudrais revenir à l'essentiel, demande-t-il à l'assistance. Depuis cinq ans, nos affluences ont progressé de façon considérable. On est passé de 11000 à 14000 spectateurs en moyenne par match. Dans le même temps, je constate, a contrario, que le football est passé de 22000 à 19000 spectateurs. Le différentiel se réduit chaque année et les courbes sont en train de se croiser." Et de botter en touche à propos des inquiétudes sur le niveau de jeu observé depuis août : "Tout n'est pas parfait mais il faut rester lucide et positiver."

Au rayon des (non-)annonces, signalons l'incertitude autour de la propre succession de Pierre-Yves Revol. "Peut-être que oui, peut-être que non, s'en est-il amusé. La fin du dépôt des candidatures est fixée au 29 septembre. Je me déciderai donc à la fin du mois." L'idée d'organiser les demi-finales du championnat au Parc des princes germe également dans l'esprit du président : "Nous l'avions déjà envisagé la saison dernière, affirme Revol. Si ça ne se fait pas à Paris, nous irons certainement dans le Nord ou dans l'Ouest. Pourquoi pas à Lille ou à Nantes. La décision sera prise d'ici à octobre." Enfin, parmi les axes de travail de la saison figure la mise en valeur de la Pro D2 voulue par la LNR après une saison de tous les records (affluences et audiences). "Quant à la saison à venir, confie Revol. J'en suis certain, elle sera tout aussi belle que la précédente." La récréation est terminée. Place au terrain.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Ça n’a pas de prix"

    "Du stade de France à l’accueil que Toulon nous a réservés, on n’est pas vraiment descendu de notre nuage."

  • "Les critiques sont normales"

    "C’est tristement la même histoire avec ces tournées d’été."

  • "Les premiers déçus"

    On avait déjà vécu ça l’an dernier, en Nouvelle-Zélande. Perdre trois matches d’affilée, ça n’a rien d’évident à...