Publié par Sylvain Labbe le 26 septembre 2012 à 19h00

Michalak, l'autre Rouge et Noir

Top 14

De Toulouse à Toulon, Frédéric Michalak a troqué un maillot rouge et noir pour un autre. Avec le même bonheur ?

Michalak, l'autre Rouge et Noir

Du Stade Toulousain au Rugby Club Toulonnais, Frédéric Michalak a troqué un maillot rouge et noir pour un autre. Samedi, l'ancien chouchou toulousain fera son grand retour dans la Ville Rose sous ses nouvelles couleurs varoises à l'occasion du choc de la 7e journée du Top 14. Son ancien mentor Guy Novès, comme Bernard Laporte, qui lui a accordé de nouveau sa confiance après l'avoir dirigé chez les Bleus, livrent pour notre site leur regard sur son évolution.

A Toulouse, Guy NOVES : "Il est redevenu le meilleur"

A la question de savoir si cela lui fait drôle de retrouver Frédéric Michalak dans le camp d'en face, Guy Novès lâche : "Drôle, non ! Mais plaisir, oui. Parce qu'on évolue dans un rugby professionnel et que même nos meilleurs joueurs peuvent rebondir dans d'autres clubs." Le manager du Stade Toulousain ne feint pas cette affection qu'il porte à celui qu'il a lancé dans le grand bain en 2001 à seulement 18 ans. Avec la réussite que l'on sait pour ce gamin de la Ville Rose, né dans la quartier Ancely et débarqué au Stade à seulement 7 ans. Ses origines populaires et surtout son talent feront de lui le chouchou du public toulousain sous un maillot avec lequel Michalak a connu la reconnaissance internationale et construit son palmarès en sept saisons pleines et entières. Et si sa deuxième époque toulousaine ne sera pas à la hauteur de ses débuts, la trace et le souvenir laissés du côté d'Ernest-Wallon, comme du Stadium, où il vivra samedi ses retrouvailles avec son ancien public, sont indéniables. Il suffit pour s'en convaincre d'écouter Novès évoquer son ancien poulain : "Fred a choisi d'aller d'abord se refaire la santé en Afrique du Sud, il a réussi son pari. Il est redevenu le meilleur, n'hésite pas à affirmer l'entraîneur des champions de France. Il rebondit aujourd'hui à Toulon, c'est très bien pour lui parce qu'il ne rebondit pas n'importe où. Je pense que ce club correspond à son tempérament, va lui apporter encore un plus et j'espère qu'on va le voir dans cette continuité en équipe de France."

Un Michalak que Novès connaît suffisamment bien pour apprécier aujourd'hui son évolution. Pour lui, pas de doute, le joueur n'est plus le même : "On sent un Frédéric Michalak apaisé, beaucoup plus serein et constructif ; c'est évident que Fred a passé la vitesse supérieure et qu'il n'est plus tout à fait le même, même s'il a eu des moments où il a été exceptionnel avec nous.

A Toulon, Bernard LAPORTE : "Je le sens heureux, c'est le plus important"

Michalak titulaire à l'ouverture du XV de France sous ses ordres lors de la Coupe du monde 2003, en Australie, Bernard Laporte connaît aussi le joueur sur le bout des doigts. Au point de ne pas avoir hésité, presque dix ans plus tard, à en faire l'un des tauliers de l'invincible armada toulonnaise : "Il a changé comme tout le monde change entre vingt et trente ans. Il a la maturité de quelqu'un de trente ans, constate l'ancien sélectionneur comme une évidence. Il n'est plus le petit gamin, il a pris du recul, tout ce qu'il y a eu autour de lui l'a aidé à grandir." Laporte se souvient : "A l'époque, la « Michalak-mania » en 2003, je disais : « Attention ! » Il a eu deux ou trois années difficiles, mais il s'est donné des objectifs pas simples que de partir s'imposer aux Sharks, comme l'avait fait Sébastien Chabal en Angleterre. C'est tout à leur honneur parce qu'ils en ont retiré certainement une expérience précieuse. Et on le voit aujourd'hui, il reste passionné par le rugby, mais il a su prendre du recul par rapport à l'environnement et tout ce qui se dit autour. Parce que, comme je le dis à mes joueurs, ce n'est pas parce qu'on a gagné six matches qu'on est les meilleurs du monde. Ça ne veut rien dire..."

Le retour en grâce de Michalak est fragile, mais Laporte apprécie l'état d'esprit de sa recrue : "Fred joue le jeu, explique-t-il. Quand je l'entends parler de Jonny (Wilkinson) et dire que c'est un bonheur pour lui d'évoluer à ses côtés, ça démontre un certain état d'esprit de sa part. Fred s'est bien intégré et je le sens heureux, c'est le plus important."

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Tout le monde s’envoie"

    On a pu couper un mois depuis la tournée. Un mois de vacances, ça fait du bien.