Publié par SYLVAIN LABBE le 22 juin 2012 à 19h38

Montpellier: Quand Altrad menace...

Top 14

Mohed Altrad s'est mis à dos l'Association toute puissante du MHR. Une situation rédhibitoire ? (Maxppp)

Montpellier: Quand Altrad menace...

Sur fond de restructuration économique et de relation conflictuelle entre la SASP et l'Association, Mohed Altrad, le président du Montpellier Hérault Rugby, laisse entendre qu'il pourrait déposer le bilan si la signature de la Convention liant les deux entités n'intervenait pas avant le 26 juin.

La situation est donc grave à Montpellier. C'est à l'occasion d'une conférence de presse que Mohed Altrad, le président du MHR, a ce vendredi tenu à livrer un discours de mise en garde sur l'évolution d'une situation au sein du club, qui pourrait l'amener à quitter le navire.

En cause, la relation conflictuelle entre la SASP et l'Association sur fond de restructuration du secteur administratif notamment, qui pousse aujourd'hui le chef d'entreprise à lier la poursuite de son engagement à la signature avant le 26 juin de la Convention qui lie les deux entités et permet au club d'avoir un numéro d'autorisation pour évoluer en Top 14, rapporte Le Midi Libre. "Sinon, je déposerai le bilan" menace sans détour Altrad pourtant disposé, malgré "un déficit de près de 3 millions d'euros" sur l'exercice en cours, à fournir au plus tard mardi prochain à la DNACG, le gendarme de la Ligue nationale (LNR), les preuves de son engagement financier qu'il se dit prêt à réévaluer. Des capitaux supplémentaires, à hauteur de 11 à 12 millions d'euros, au lieu des 6 millions prévus sur trois ans.

Plan social et droit du travail

Altrad, décidé à appliquer sa logique de chef d'entreprise au MHR, mais lassé de voir l'Association freiner des quatre fers. Elle qui pèse si lourd, forte de ses 1 200 licenciées amateurs -un record en France, de l'école de rugby aux moins de 23 ans-, et estime, devant le "plan social déguisé en cours", dixit Serge Guidez, co-président d'un Comité Directeur de 60 bénévoles, que le centre de formation montpelliérain est "désossé" au profit du seul secteur professionnel. Un tableau que Mohed Altrad juge totalement en décalage avec la réalité, minorant le nombre de licenciements qu'il compte au nombre de "sept" et non pas de "onze", comme ses détracteurs les évalue, les justifiant par "des fautes lourdes" et assurant surtout que le "droit du travail a été respecté".

Un peu plus d'un an après avoir sauvé le club du naufrage, Mohed Altrad, accusé de tous les maux, s'estime bien mal remercié de son investissement. Plus jeune club de l'élite, fondé en 1986, Montpellier, finaliste du Top 14 il y a deux ans, a grandi très vite. Saura-t-il survivre à cette crise de croissance ? Les prochains jours seront décisifs...

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...