Publié par la rédaction le 22 septembre 2012 à 22h18

Paris écarte la crise

Top 14

Pascal Papé et les Parisiens ont assuré l'essentiel contre Perpignan.

Paris écarte la crise

Contrairement à l'Aviron Bayonnais, qui a coulé vendredi à l'occasion de la réception du Stade Toulousain (6-35), le Stade Français, qui restait sur quatre matches sans victoire, dont un nul concédé à domicile contre Castres (20-20), a relevé la tête samedi, lors de la sixième journée de Top 14, prenant le meilleur sur Perpignan grâce notamment à la réussite de son buteur, Jérôme Porical (34-24).

"Avec la crise de confiance que nous traversions, nous avions vraiment besoin de cette victoire." Pascal Papé, le capitaine du Stade Français, ne cachait pas son soulagement samedi à l'issue de la victoire de son équipe contre Perpignan dans le cadre de la sixième journée de Top 14 (34-24). Pour ne pas toucher le fond, à l'image de l'Aviron Bayonnais, coulé par le Stade Toulousain vendredi (6-35), le club de la capitale se devait de mettre fin à une série de quatre sorties sans victoire, dont un match nul concédé à domicile contre Castres (20-20) pour trois défaites enregistrées à l'extérieur. C'est chose faite même si ce succès n'épargne pas les Parisiens d'une nouvelle autocritique s'ils veulent s'éloigner durablement de la zone rouge alors que se profile déjà le week-end prochain un déplacement à Clermont.

"Nous n'avons pas fait de grandes envolées ce soir mais nous avons été propres. Nous gagnons, c'était un bon match de rugby et au final Perpignan repart sans le bonus. Le principal est là même s'il reste encore beaucoup de travail à fournir", reconnaissait sans mal le deuxième-ligne international du Stade Français sur Rugby+. Les hommes de Richard Pool-Jones ont en effet souffert pour venir à bout de Catalans pourtant beaucoup moins inspirés que le week-end dernier à Barcelone, où ils ont mangé le Stade Toulousain (34-20), mais en confiance, pour preuve cet essai de Haughton, alerté sur son aile par une remise en jeu au pied de Hook avant de filer dans l'en-but de Parisiens surpris par cette inspiration (18e, 3-11).   

Porical pas loin du sans faute

Dominés dans les impacts et incapables de joueur dans le camp adverse, les Parisiens sont heureusement épargnés par Hook, maladroit dans ses tentatives au pied quand Porical, l'ancien perpignanais, réussit ses quatre pénalités (dont l'une à plus de 50 mètres) pour mettre son équipe devant à la pause (12-11). Durant le second acte, les Franciliens se décident à prendre le contrôle du jeu, à l'image de ces deux drops successifs de Plisson (48e, 51e). Perpignan, mis à la faute et sanctionné par la précision de Porical, auteur de 22 points à 8/9 au pied, lâche peu à peu prise mais l'essai de Vahaamahina redonne espoir aux Sudistes (24-24, 65e).

Sous pression, les Parisiens parviennent à enfoncer le clou grâce à une réalisation de Tomiki (73e). Mais à l'image de Papé, sanctionné en fin de match d'un carton jaune pour quelques amabilités échangées avec Charteris, son homologue gallois de la deuxième ligne perpignanaise, le Stade Français n'a jamais été serein dans ce match, cédant parfois à la pression ou la fébrilité. La victoire aidera peut-être le club de la capitale à se libérer complètement. Il est déjà temps...

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Ça n’a pas de prix"

    "Du stade de France à l’accueil que Toulon nous a réservés, on n’est pas vraiment descendu de notre nuage."

  • "Bâtir des fondations solides"

    "Même si le rugby est ma passion, la coupure aura été courte."

  • "Les premiers déçus"

    On avait déjà vécu ça l’an dernier, en Nouvelle-Zélande. Perdre trois matches d’affilée, ça n’a rien d’évident à...