Publié par Olivier Chauvet le 27 octobre 2012 à 23h10

Perpignan au courage

Top 14

Perpignan au courage

Vainqueur de ses trois derniers matches à domicile en championnat, Perpignan a poursuivi sur sa lancée samedi en clôture de la 9e journée du Top 14 en s'imposant face au Racing-Métro (17-13). Si un essai a été inscrit de part et d'autre, par Taumalolo pour les Catalans (22e) et par Matadigo pour les Franciliens (49e), James Hook a donné la victoire aux siens d'une pénalité et d'un drop en fin de match.

A la recherche d'un glorieux passé pas si lointain, l'Usap, passée proche de la correctionnelle la saison passée avec une douzième place peu concordante avec son statut, retrouve peu à peu les valeurs qui l'ont conduite au titre de champion de France il y a trois ans. Pour preuve, après avoir été battu par l'intenable leader toulonnais (15-21) pour son premier match de la saison dans son antre d'Aimé-Giral, le club catalan a enchaîné depuis par trois succès consécutifs à domicile, face à Bayonne, Toulouse et Mont-de-Marsan. La venue du Racing-Métro ce samedi sur les terres Sang et Or était un nouveau défi de taille pour les hommes de Marc Delpoux, qu'ils ont relevé avec la manière. Sans être toujours brillants dans le jeu, les Perpignanais ont su mettre du coeur à l'ouvrage pour venir à bout de l'armada francilienne (17-13).

La rencontre avait pourtant plutôt mal commencé pour les locaux avec deux pénalités de Juan martin Hernandez (0-6, 3e et 6e), mais l'Usap sonne peu à peu la révolte. Après une première pénalité de James Hook (3-6, 17e), Taumalolo conclut tout en puissance un joli mouvement collectif (8-6, 22e). Trop indisciplinés, les Racingmen commettent une nouvelle faute au sol et Hook ajoute trois nouveaux points dans l'escarcelle catalane (11-6, 27e). Plus agressifs en mêlée, les Perpignanais regagnent ainsi les vestiaires avec un avantage de cinq points.

Le Racing jeudi à Toulouse

Mais la révolte du Racing ne se fait pas attendre. Après une succession de mêlées devant l'en-but perpignanais, Matadigo parvient à passer entre Guirado et Strokosch pour franchir la ligne. La transformation de Machenaud permet même aux visiteurs de repasser devant (11-13, 50e). Mais ce n'est pas suffisant pour décontenancer les Catalans, qui, à force de combat, parviennent à faire plier leurs adversaires dans les dix dernières minutes. Imhoff est sanctionné pour un plaquage haut au centre du terrain. A 45 mètres face aux poteaux, Hook ne se fait pas prier pour redonner l'avantage aux siens (14-13, 73e). L'ouvreur de 27 ans crucifie le Racing d'un drop décisif à deux minutes de la fin (17-13, 78e).

Perpignan signe sa quatrième victoire de la saison, toutes à domicile, et revient à hauteur de son adversaire du soir, à deux petits points de la sixième place détenue par Grenoble et synonyme de qualification pour les barrages. De son côté, le Racing connaît une nouvelle désillusion après sa défaite subie à domicile face à Montpellier lors de la précédente journée (12-16) et à Bruxelles la semaine dernière face aux Saracens (13 -30) en coupe d'Europe. "On perd tout seul le match. On fait trop de fautes à la main, c'était compliqué avec le vent. C'est dommage car on pouvait espérer mieux. On a réglé le problème de la mêlée à la mi-temps, dommage de ne pas avoir su scorer. Il faudra réagir à Toulouse même si ce sera compliqué. En tout cas c'est une grosse déception", a confié, au micro de Canal+ Sport, un Maxime Machenaud un brin amer. Avant de retrouver le XV de France pour la tournée de novembre, le jeune demi de mêlée et ses coéquipiers devront rapidement se reconcentrer. Car c'est un autre défi de taille qui les attend, dès jeudi, avec un déplacement sur la pelouse d'un Stade Toulousain lui aussi revanchard après sa défaite au Stade de France face au Stade Français (24-28).     

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...