Publié par Sylvain Labbe le 26 octobre 2012 à 00h30

Planté: "Un nouveau visage pour l'Usap"

Top 14

Loin des joutes du Top 14, Planté reste sur un quintuplé inscrit en Challenge Européen face aux modestes Champions d'Espagne du Bizkaia Gernica. Pas de quoi s'affoler...

Planté: "Un nouveau visage pour l'Usap"

Aux côtés des Mas, Sid, Marty et autre Tuilagi, Adrien Planté, fidèle à l'Usap depuis bientôt six saisons, reste l'un des derniers anciens de la génération championne de France en 2009 qui tentent de redonner au club catalan son lustre passé. Et adhèrent au nouveau de projet de jeu ambitieux prôné par Marc Delpoux et son staff. Sans crainte de dépoussiérer l'image des Sang et or.  

Adrien, l'Usap n'avait-elle pas hâte de reprendre le chemin de ce Top 14 pour effacer la somme de frustrations accumulées, notamment lors de vos dernières sorties à l'extérieur, comme à Grenoble (28-23)...
(il interrompt) J'allais en parler. On a hâte en effet de se replonger dans ce Top 14 après que cette parenthèse de Coupe d'Europe nous a permis, il est vrai, d'évacuer cette frustration née de notre défaite de Grenoble. On a, je dirais, peut-être des choses à se faire pardonner, même si on avait su produire un gros match face à cette équipe grenobloise, sans la dévaloriser. Mais on a perdu des points là-bas, tout le monde en est conscient. Ce week-end, on revient jouer à la maison, où, renseignés par les erreurs du passé (l'Usap s'est inclinée à trois reprises à Aimé-Giral la saison dernière face à Agen, Clermont, le Stade Français, concédant deux matches nuls à Toulon et au Racing, ndlr), nous savons que nous devons gagner tous nos matches, surtout que l'on court toujours après ce premier match et cette défaite à rattraper face à Toulon (15-21). Et si mes souvenirs sont bons, le Racing reste sur un match perdu à domicile (contre Montpellier) et, à ce titre, ne va pas se déplacer ici en touriste.

Qu'est-ce qui manque encore à cette Usap nouvelle, portée sur un nouveau credo de jeu, pour franchir un cap au classement notamment ?
La finition, tout simplement. Parce qu'on voit qu'on est en mesure de mettre à mal n'importe quelle formation, de transpercer le rideau défensif de toutes ces équipes. J'en veux pour preuve le match parfait qu'on a su produire face à Toulouse (victoire bonifiée 34-20, à Barcelone, ndlr). Ce jour-là, ça a été le déclic, on a connu cette réussite et réussi à concrétiser toutes nos actions. Après l'arrivée de nouveaux coachs à l'intersaison avec un nouveau projet de jeu, c'est un peu comme si on avait validé ce projet de jeu, comme si on s'était compris entre coachs et joueurs. On était sous pression et on a à nouveau fait bonne figure. Aujourd'hui, il faut tendre à devenir  capables de reproduire ce type de match à chaque sortie. Même si l'équipe reste en reconstruction et si parfois, ce réalisme nous fait encore faux bond.

On sent en tout cas le public derrière nous. Parce que même si on ne gagne pas encore tous nos matches, nos supporters nous le disent : ils se régalent !

Ce nouveau credo prôné par vos entraîneurs est ambitieux, vous enjoint à envoyer du jeu en toutes circonstances, ou presque...
Le projet de jeu établi est là pour tenir le ballon et parvenir à trouver les failles au sein de l'équipe adverse. Et pour cela, il faut savoir produire un gros volume de jeu. Ce projet de jeu séduisant, qui s'est accompagné de beaucoup de nouveautés, avec de nombreux nouveaux joueurs arrivés à l'intersaison, a contribué à tirer l'équipe vers le haut et à nous permettre de tourner la page. Même si le peu d'anciens qui restent encore ici aujourd'hui est toujours là pour mettre en garde le vestiaire. Parce que la saison dernière a vraiment été difficile.

Un jeu ambitieux, qui rompt avec une certaine tradition, de nouveaux visages pour l'incarner, et notamment un fort contingent d'étrangers : l'Usap prouve qu'elle peut aussi évoluer, non ?
Ça a été la volonté du staff et du président d'apporter -et la campagne de pub du club cette saison l'exprime bien- un nouveau visage. On continuait de surfer sur la vague du titre depuis deux ou trois saisons, deux ou trois années durant lesquelles l'Usap avait été au top, mais le club n'est pas parvenu à se maintenir au plus haut niveau comme savent le faire Clermont ou Toulouse, rejoints aujourd'hui par Toulon, capables chaque année d'aligner une équipe compétitive. D'où cette volonté du staff cette saison à Perpignan d'apporter à travers ces nouveaux joueurs cette fraîcheur qui nous faisait défaut depuis un certain temps.    

Cette parenthèse européenne vous aura permis de récupérer votre capitaine Nicolas Mas (voir par ailleurs), dont l'absence a incontestablement pesé sur vos derniers résultats...
Le capitaine revient, Nico, c'est le joueur emblématique de l'équipe, dont la force et l'influence dans le jeu n'est plus à démontrer. Donc rien que de l'avoir à nouveau avec nous, ça fait du bien au groupe et puis ça le rassure aussi.

Après cette dernière saison si éprouvante, ressentez-vous à nouveau une adhésion autour du club et de l'équipe chez les supporters, qui ont également souffert de ces résultats ?
On sent en tout cas le public derrière nous. Parce que même si on ne gagne pas encore tous nos matches, nos supporters nous le disent : ils se régalent ! Rien que ça, ça fait déjà plaisir parce que le système de jeu proposé, s'il l'est pour nous, est aussi attractif pour eux.  

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Plutôt positif"

    Des nouvelles de Fulgences Ouedraogo, après trois journées de Top 14. 

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...