Publié par Krystel Roche le 9 septembre 2012 à 10h24

Pool-Jones: "Une crise inventée par les médias"

Top 14

Le directeur sportif du Stade Français veut rester positif. (Maxppp)

Pool-Jones: "Une crise inventée par les médias"

Mené à dix minutes de la fin, le Stade Français a finalement arraché le match nul, samedi face à Castres (20-20), dans le cadre de la 4e journée du Top 14. Un résultat qui n'arrange pas les affaires des Parisiens, qui n'ont gagné qu'un seul match depuis le début de la saison, et ont du mal à convaincre. Pas de quoi tirer la sonnette d'alarme pour Richard Pool-Jones, qui attend toutefois une réaction de ses joueurs.

Richard, quel sentiment domine après avoir concédé ce match nul face au Castres Olympique ?
Le soulagement, en partie en tout cas. A dix minutes de la fin, remonter huit points nous paraissait particulièrement compliqué. Le tableau aurait pu être bien plus noir qu'il ne l'a été à la fin du match. Et sur l'ensemble de la partie, nous aurions pu l'emporter. C'était un match largement à notre portée. Mais encore une fois, nous n'avons pas su concrétiser sur nos temps forts.

Comme l'expliquent les joueurs, à l'entraînement, tout se passe bien, mais en match, la mécanique se grippe. Un mal qui dure depuis trois semaines maintenant... Comment résoudre le problème ?
Ce soir, nous avons rendu pas moins de 18 ballons. Avec tant de déchet, tant dans la transmission du ballon que dans notre jeu au pied, impossible de gagner les matches. C'est bien simple : il y a eu un peu toute la gamme d'erreurs !... Tout cela nous a coûté cher. Certes, nous sommes satisfaits de la qualité des entraînements, mais en match, l'objectif est de concrétiser nos temps forts. Il faudra que l'on se pose des questions.

Pensez-vous qu'il faille dès à présent tirer la sonnette d'alarme ? Un début de crise touche-t-il  les rangs Stadistes ?
Il y a bien une crise... Une crise inventée de toutes pièces par les médias. Alors oui, bien sûr, il y a  la déception, la frustration... mais pour la crise, il faudra que vous patientiez encore un peu ! Comptablement, nous ne sommes pas du tout au niveau où l'on devrait être. On regarde ça avec les dirigeants, les entraîneurs, les leaders, les joueurs. Notre façon de réagir sera très importante pour la suite.

"Un ensemble de petits détails à régler"

Songez-vous à modifier votre préparation ?
Je n'ai pas encore eu l'occasion de me poser la question. Pour le moment, je suis en train de digérer la déception liée à ce résultat... Je me répète, mais avec un tel taux de déchet, nous n'arriverons jamais à atteindre nos objectifs. Il faut prendre conscience que, si l'on n'arrive pas à contenir le ballon, nous n'arriverons pas à nos fins.

Comment éviter de sombrer dans la sinistrose ?
Nous avons analysé ces échecs, fait un débriefing technique. Il va falloir que l'on se remobilise rapidement. J'ai confiance en ce groupe, en ce club. C'est un moment un peu compliqué, mais je pense que nous avons largement les moyens pour réagir. Nous avons les moyens de nos ambitions.

Quels sont, aujourd'hui, les motifs d'espoir ?
Notre façon de réagir pour aller chercher le match nul sur les dix dernières minutes de la rencontre est le reflet de l'état d'esprit du groupe. J'ai vu l'équipe remonter au score dans des circonstances difficiles: c'est un élément encourageant. Il y a beaucoup de choses positives. Et si la copie que nous rendons ce soir - comme lors des deux dernières journées - ne reflète pas la réelle valeur de cette équipe, même s'il y aura un ensemble de petits détails à régler, ce que je retiens, c'est cet état d'esprit. Maintenant, l'essentiel, dans ce jeu, c'est de scorer. Nous savons tout faire... sauf scorer sur nos temps forts ! Nous manquons de réalisme. Il faudra que l'on travaille dans ce domaine. La semaine dernière, nous avions manqué d'humilité. Ce n'était pas le cas aujourd'hui. Il y a eu des fautes de main, des mauvaises transmissions de ballons, des ballons arrachés par l'adversaire au contact... mais 18 ballons rendus... alors que nos adversaires : seulement quatre... bon, cela veut dire que l'on avait plus de ballons, ok... mais cela veut dire aussi que nous n'avons pas su les conserver aux moments-clés.

18 ballons rendus: une moyenne sur les trois premiers matches...
Si c'est la moyenne, cela ne la rend pas plus facile à avaler... Et bien sûr, au niveau comptable, il serait mieux d'avoir un peu plus de points, et moins d'état d'esprit (sourire)... Mais je crois en ce groupe. Nous verrons par la suite comment nous réagissons.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...