Publié par Krystel ROCHE le 7 octobre 2012 à 13h19

Quesada: "Ce n'est pas une excuse"

Top 14

Gonzalo Quesada, après un début de saison prometteur, assume la mauvaise passe du Racing. (Maxppp)

Quesada: "Ce n'est pas une excuse"

Alors que l’on pressent l’arrivée au Racing la saison prochaine des entraîneurs castrais, Laurent Travers et Laurent Labit, l’actuel coach des Franciliens Gonzalo Quesada refuse de faire de ce contexte, pourtant difficile, un prétexte pour justifier le revers (12-16) de son équipe samedi, à Colombes, face à Montpellier. L’Argentin assume.

Gonzalo, les rumeurs autour de votre avenir et de celui du staff du Racing n’ont-elles pas pesé sur l’issue de cette rencontre ?
Ce n'est pas une excuse. J'entends dire que cela a pu déranger le groupe, mais je crois qu'aujourd'hui, il y a eu une première mi-temps plutôt bien jouée, avec la pluie, contre le vent. Les conditions étaient horribles ! On a tenté peut-être des choses improbables, mais intéressante dans les ambitions. Il aurait fallu jouer un peu mieux au pied, à l'image de notre match à Grenoble.

Une semaine après un revers chez le promu grenoblois, le Racing marque-t-il le pas avec cette deuxième défaite de la saison à domicile ?
En première mi-temps, on gère mal, on "tue" un peu nos avants, qui font de beaux efforts, que ce soit dans le déplacement, dans le jeu ou en mêlée. Avec moins d'alternance que ce qu'il fallait, on les mets en difficulté, même si cela ne se ressent pas forcément au score. En seconde mi-temps, nous faisons trois erreurs très graves. Evidemment, le pauvre Benji (Fall, ndlr) fait une erreur qui nous coûte le match (ce sont ces points qui feront la différence au final). Et, alors que l'on est en train de mettre la main sur le ballon, de revenir petit à petit sur le match sans trop leur laisser de ressources ni de solutions, on leur offre deux pénalités vraiment évitables, qui les font respirer et revenir chez nous. Encore une fois, ça se joue sur des détails. Nous aurions pu être en train d'analyser une victoire en disant : « Quelles belles intentions en première mi-temps !... Même avec la pluie, il y a eu du jeu, de belles actions... Quelle belle remontée en deuxième période... »... On aurait pu analyser un super match. Malheureusement, il y a cette faute individuelle qui fait basculer la rencontre. Cela aurait parfaitement pu être une victoire.

"Mathieu Bélie avait un problème à l'adducteur…"

Cette équipe de Montpellier a réalisé le match parfait dans de telles conditions…
Côté Montpelliérain, la gestion n'était pas parfaite non plus. Ils ont raté un peu au pied, fait quelques fautes. Mais ils ont été super réalistes sur cette faute du pauvre Benji Fall, qu'ils amènent au bout. Ils ont aussi très bien su jouer les ballons portés et nous mettre sous pression. Ce sont deux équipes habituées à tenter un jeu assez ambitieux qui se sont retrouvées dans un contexte très négatif.

N’avez-vous pas été tenté de faire débuter plus tôt un Olly Barkley qui a l’habitude de telles conditions…
Mathieu Bélie avait un problème à l'adducteur depuis déjà deux semaines. Ce n'est pas un détail : cela l'empêche de faire confiance à son pied. Aujourd'hui, il y a eu au moins six actions en première mi-temps où l'on dépasse les 2e, 3e, 4e temps de jeu, où l'on sait que le ballon va tomber tôt ou tard (car il est impossible à contrôler), et où il aurait peut-être fallu les mettre sous pression avec du jeu au pied. Cette gestion pas toujours parfaite nous a coûté cher, mais aurait pu ne pas être trop grave sans ces deux, trois fautes individuelles de deuxième mi-temps...

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...