Publié par Sylvain Labbe le 16 mai 2017 à 12h15

Racisme et xénophobie: Altrad accuse Goze

Top 14

Mohed Altrad proche d'un possible premier titre après cinq années de présidence au MHR.

Racisme et xénophobie: Altrad accuse Goze

Dans un entretien accordé au Figaro, Mohel Altrad pointe le laxisme de Paul Goze, le patron de la Ligue, avec certains dirigeants qui auraient affublé le président de Montpellier d’un surnom pour le moins déplacé: "Le Bédouin". 

"Je suis un homme libre qui tient à cette liberté." Mohed Altrad réaffirme et revendique son indépendance et son profil atypique dans les colonnes de nos confrères du Figaro et en profite, à quelques jours d’un barrage brûlant en Top 14 face au Racing 92, qui aura lieu samedi, à Marseille (17 heures), pour mettre à nouveau en cause Paul Goze, le président de la Ligue nationale de rugby (LNR).

"Je suis quelqu’un d’un peu à part, de par ma réussite professionnelle, littéraire, sportive, et mes origines, convient-il tout en s’étonnant d’être trop souvent montré du doigt à son goût par ses pairs. Je sens une agressivité, mais elle ne se manifeste jamais en face." Une défiance qui aurait, selon lui et comme a pu le prétendre déjà avant lui son homologue toulonnais Mourad Boudjellal, des relents parfois nauséabonds parce qu’elle pointerait ses origines et sa naissance dans une famille bédouine en Syrie (*).

"J’avais de l’estime pour Paul Goze, mais quand certains présidents de clubs professionnels me rapportent qu’un ou deux crétins, en réunion de la LNR, m’appellent de façon péjorative « le Bédouin » en présence de Paul Goze et que ce dernier ni ne réagit, ni ne dit quoi que ce soit, cela me blesse profondément. On touche à l’intime, à l’identité, à ce que je suis, à mon intégrité, lance-t-il. Si ces propos qui me sont rapportés sont exacts, je dis clairement que ces individus font preuve de xénophobie et de racisme. J’ajoute de racisme primaire."   

Jusqu’à présent cantonnée au seul terrain sportif, entre le report si contesté du match MHR-Racing 92 et le rachat finalement avorté du club anglais de Gloucester par Mohed Altrad, qui estime ne pas avoir bénéficié du soutien qu’il méritait de la LNR sur ce dossier, la mésentente avec Goze prend ici une tournure plus gênante. Même si le président montpelliérain tient à préciser que ces propos inacceptables seraient le fait "d’une minorité de personnes. Quand Paul Goze me dit que ces mots sont dits sur le ton de la plaisanterie, je réponds que ce n’est pas la même chose quand l’intéressé est absent. Ces mots, aucun président n’a jamais osé me les dire en face. La force de la France, c’est la diversité de ses origines. Affirmer le contraire, c’est renier ce qui fait l’identité de notre pays."
--------------------------------
(*) Auteur de romans, l’homme d’affaires a raconté être le fruit d’un viol, avec un père, chef d’une tribu bédouine installée près de Racca, et une mère, membre de cette même tribu. Qui accouchera seule dans le désert, coupant le cordon de son fils avec ses dents, avant d’être  ensuite répudiée par le chef de la tribu et de mourir très peu de temps après la naissance de Mohed.

videoDailymotion("x5mirie", "100%", "275px");

Réagissez